Albé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albé
Entrée du village d'Albé par la rue de l'Erlenbach.
Entrée du village d'Albé par la rue de l'Erlenbach.
Blason de Albé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Villé
Intercommunalité C.C. du canton de Villé
Maire
Mandat
Dominique Herrmann
2014-2020
Code postal 67220
Code commune 67003
Démographie
Gentilé Albégeois(es)
Population
municipale
470 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 28″ N 7° 19′ 09″ E / 48.357778, 7.31916748° 21′ 28″ Nord 7° 19′ 09″ Est / 48.357778, 7.319167  
Altitude Min. 274 m – Max. 901 m
Superficie 10,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Albé

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Albé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Albé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Albé

Albé est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du bourg par la rue principale.

Située à deux kilomètres au nord-est de Villé, la commune d'Albé est aussi localisée sur la rive gauche du Giessen, près du vallon de l'Erlenbach (430 m) entouré par les hauteurs de l'Ungersberg. La localité est vaste, 1 083 ha, et se trouve à proximité de l'avant-val, tout près aussi de la périphérie montagneuse. Le vallon de l'Erlenbach est situé non loin de collines peu élevées (Schrann-Schiebenberg 430 m, Sohlkreuz 463 m) qui s'élargit vers le nord. Elle est bordée :

  • à l'ouest, en limite avec la commune de Breitenbach, par une arête montagneuse débutant au petit col de la Sohl (448 m) pour gagner en altitude vers le nord jusqu'au Gross Gietzig (769 m), itinéraire emprunté approximativement par l'ancien chemin des Ânes qui mène de Villé au Hohwald ;
  • au nord, près du col de Bellevue (748 m) qui donne sur le Hohwald, l'arête rejoint les dernières crêtes du massif du Champ du Feu qui se maintiennent autour de 700 m et font fonction de ligne de partage des eaux entre le Giessen et l'Andlau ;
  • à l'est, ces crêtes rejoignent elles-mêmes le sommet isolé et dissymétrique de l'Ungersberg (901 m) qui domine les collines avoisinantes de 300 à 400 mètres.

Un réseau hydrographique très ramifié draine les eaux de l'Ungersberg et des contreforts du Champ du Feu et incise fortement versants et collines dégageant de nombreux vallons et coteaux. Le village (altitude 300 mètres) est établi de part et d'autre du cours de l'Erlenbach, le ruisseau s'écoulant le long de la rue principale avant d'être recouvert. Le village de vacances V.V.F. d'Albéville s'est installé à environ 1,5 km à l'est du village sur un replat du vallon du Sonnenbach, au pied de l'Ungersberg.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Erlenbach
  • Sonnenbach

Lieux et écarts[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Comme nombre de villages du Val de Villé, Albé (en allemand Erlenbach et en alsacien Erlebach) a hérité du nom du ruisseau qui traverse le village : le ruisseau des aulnes. L'orthographe de ce nom n'a subi au cours des siècles que des modifications mineures : Erlebach en 1303 et 1341, Erlibach en 1362, Ehrlinbach en 1362, Erlebach à nouveau en 1365 et 1380, Erlenbach en 1665. En dialecte roman, "Erle" devint "Al" et "Bach" se mue en "Be" d'où Albé, dénomination adoptée en 1919.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le village s'appelait autrefois Erlenbach et a été renommé Albé en 1867. Il a hérité du nom du ruisseau qui le traverse. L'orthographe du nom n'a subi que des variations légères au cours des siècles: Erlebach en 1303 et 1341, Erlibach en 1362, Ehrlinbach en 1362, Erlebach à nouveau en 1365 et 1380, Erlenbach en 1665. En dialecte roman, "Erle" devint "Al" et "Bach" se mue en "Be", d'où Albé, dénomination adoptée en 1919. L'origine du village est difficile à cerner. Le hameau, annexe de l'église mère de Villé appartient à l'abbaye de Honcourt qui y prélève la dîme et qui à l'origine ne possède ni chapelle ni église. Son noyau primitif devait se situer entre le confluent de l'Erlenbach avec le ruisseau du Sonnenbach, au niveau de la cave dimière et vers la bute où sera construite par la suite l'église du village.

Une possession des Habsbourg[modifier | modifier le code]

Depuis le XIIIe siècle, les Habsbourg possèdent le village, qui est cité pour la première fois dans un terrier établi en 1303 par Burkhard von Fricke pour le bailli Rodolphe d'Ensisheim. À la fin du XIIIe et au XIVe siècle, l'expansion démographique a pour résultat la mise en valeur des terroirs agricoles, viticoles et de la forêt, ce qui amène l'abbé Diether de l'abbaye de Honcourt à solliciter la construction d'un lieu de culte. La construction d'une première chapelle avec un déservant intervient en 1341-1342. Le clocher de l'église actuelle remonte peut-être à cette époque. De même que les autres villages de la seigneurie, Albé partage le sort des domaines habsbourgeois du Val, successivement engagés à divers créanciers : les Reichenberg en 1314, les Müllenheim, les Rathsamhausen zum Stein (au château de la Roche) après 1560.

Saccagé à plusieurs reprises[modifier | modifier le code]

À partir du XIIIe siècle jusqu'au XVe siècle, la région subit de nombreux saccages commis par les troupes étrangères de passages en conflit avec les Habsbourg et les troupes épiscopales. Les villages du Comte-Ban ont particulièrement souffert de ces passages, notamment pendant l'hiver 1444-1445. On ne sait si Albé a été pillé par les Armagnacs alors qu'ils étaient stationnés à Châtenois. Le relatif isolement du lieu, à l'écart des principales voies de communication a peut-être épargné le village. Le passage des troupes bourguignonnes entre 1348-1349 avec à la tête Pierre de Hagenbach (1470) a sans doute également été épargné à Albé.

Le soulèvement des paysans[modifier | modifier le code]

Le village participe au soulèvement des paysans au cours de la Semaine sainte de l'année 1525. Les abbayes de Honcourt et de Baumgarten sont détruites. Après l'écrasement des paysans par les troupes lorraines à Scherwiller (20 mai 1525), Albé figure parmi les localités condamnées par la régence d'Ensisheim à des représailles pour avoir participé au sac des deux abbayes.

Un incendie détruit 42 maisons[modifier | modifier le code]

Le jour de la Pentecôte de 1575 un terrible incendie détruit 42 maisons, l'église et la maison commune où sont conservés les archives et règlements divers.

La guerre de Trente Ans[modifier | modifier le code]

La Guerre de Trente Ans, également dite guerre des Suédois s'abat sur le Val de Villé en 1633. Ayant fait mine de résister aux Suédois, la population est pourchassée, les maisons pillées et incendiées, les églises détruites. La vallée devient un désert. Albé n'y échappe probablement pas. Le repeuplement amène des immigrants venus d'horizons divers, apportant leurs traditions architecturales. Un siècle de paix ramène la prospérité, surtout basée sur la viticulture. De très nombreuses maisons aux linteaux datés et décorés, sont édifiées au XVIIIe siècle.

La Révolution[modifier | modifier le code]

La Révolution de 1789 passe avec son cortège de peurs et d'angoisses, mais également ses espoirs nés de ses nouveaux principes égalitaires. De cette époque, Albé conserve son tilleul, un arbre de la liberté planté en 1795 sur la coquette place du village. L'église du lieu est en grande partie démolie et agrandie par la commune en 1752. Le village obtient un vicaire à temps complet avant de gagner en 1802 le rang de paroisse autonome, après séparation avec la paroisse-mère de Villé. On construit par la suite le presbytère (1804) et le clocher est rehaussé en 1864.

La surpopulation[modifier | modifier le code]

Le surpeuplement, l'épuisement du potentiel agricole et le phylloxéra qui touche le vignoble vers la fin du XIXe siècle sont à l'origine d'une importante émigration.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Albé

Les armes d'Albé se blasonnent ainsi :
« D'azur aux trois chevrons d'argent. »[1].

Armes parlantes créées sous Louis XIV. L'azur rappelle peut-être la couleur bleue de la rivière. Quant aux chevrons, ils peuvent suggérer que le village se situe dans un vallon encaissé.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Albé est surtout connu pour sa viticulture, puisqu'elle est la seule localité du val à produire son propre vin d'Alsace dont les vignes se trouvent sur les versants pentus et bien ensoleillés. La vigne couvre actuellement soixante cinq hectares et la surface devrait encore progresser à la suite de divers remembrements menés sur un coteau en friche. Le raisin est essentiellement acheté pour la production locale.

La forêt[modifier | modifier le code]

La forêt couvre une surface de 795 ha sur la partie montagneuse du ban communal. Elle se compose de : 258 ha de forêt domaniale (Ungersberg), 359 ha de forêt communale et 177 ha de forêt privée (châtaigniers pour les échalas et le chauffage).

Industrie, artisanat et commerce[modifier | modifier le code]

Albé n'a jamais eu d'établissement industriel, son économie étant toujours orientée sur la viticulture. Même le tissage à domicile n'a jamais occupé un rôle important. Neuf familles possèdent en 1886 un métier de tissage à domicile. Par contre, la commune a produit et fabriqué puis commercialisé une grande quantité d'échalas de vigne en châtaignier, vendus dans le vignoble de moyenne Alsace. L'arboriculture a aussi favorisé le développement de la distillation qui, avec l'augmentation de volume, de familiale est devenue commerciale. Le territoire communale à connu une exploitation de houille au XIXe siècle suite à l'accord d'une concession[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Maurice Kubler[3]    
2001 2008 Maurice Kubler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 470 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
854 855 965 1 060 1 007 1 027 937 944 973
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
892 939 947 913 887 896 883 802 806
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
734 740 730 692 591 566 541 527 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
501 501 439 457 439 457 473 470 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Wendelin [6][modifier | modifier le code]

Église Saint-Wendelin à Albé.
Vitrail montrant Sainte Odile, patronne de l'Alsace, réalisé par Ott Frères, Strasbourg.

Le village d'Albé dépendait autrefois de la cure de Villé. Aux environs de 1300, Albé avait une forte population. Les gens malades, les vieillards et les enfants n'étaient pas toujours en mesure d'assister aux offices du dimanche, surtout en période de mauvais temps. Pour remédier à cette situation pour le moins embarrassante, l'abbé Ditter de Hugshoffen (Honcourt) décida d'un commun accord avec l'évêque de Strasbourg, de consacrer une partie de la dîme due par le village au couvent de Hugshoffen à la construction d'une chapelle et à l'installation d'un vicaire à Albé. Dès 1341, Albé et la chapelle dépendirent de l'église-mère de Villé et depuis ce temps le patron de l'église est saint Wendelin. En 1575, la chapelle est détruite par un violent incendie, puis reconstruite au même endroit en 1578. Au XVIIIe siècle, vu le grand nombre de fidèles qui assistent à la messe dominicale, la chapelle fut remplacée par une modeste église moyennant une petite contribution au vicariat de Villé pour qu'il accepte de dire la messe.

L'église est construite en 1752 sur une colline, au-dessus de la place du Tilleul, sur le même emplacement que l'ancien édifice détruit avec une partie du village par le grand incendie de la Pentecôte 1575. Le clocher fut ajouté et surélevé en 1864 puis restauré en 1960. Dix vicaires se sont ainsi succédé jusqu'à 1793. Pendant la Révolution, entre 1793 et 1801, le poste fut vacant. Les vicaires Sommerer et Borlenbach durent se cacher et dire la messe clandestinement. Comme les redevances versés à l'église-mère de Villé grevaient le budget de la commune, les édiles adressèrent une pétition au cardinal de Rohan, évêque de Strasbourg, afin d'obtenir l'autonomie de la paroisse d'Albé. En 1804, Albé devint une paroisse autonome. La même année, à la place de l'ancienne maison d'école, on bâtit un nouveau presbytère et le premier prêtre fut le curé Ignace Vonderscher qui officia entre 1803 et 1811. Le 13 septembre 1808, ce prêtre bénit trois cloches ; la plus grande fut consacrée à sainte Odile, patronne de l'Alsace, la moyenne à saint Wendelin et la plus petite à sainte Anne. Ces nouvelles cloches trouvent peu de grâce aux yeux et aux oreilles des paroissiens et, en 1864, quatre nouvelles cloches furent commandées à la fonderie Perrin de Robécourt dans les Vosges ; les anciennes furent fondues par cette maison. La sonnerie harmonieuse des cloches comptait alors parmi les plus belles du Val de Villé. Malheureusement, trois d'entre elles furent réquisitionnées lors de la Première Guerre mondiale. La plus grande pesait 1 669 kg, la seconde, de 836 kg, fut conservée à la commune. Celle-ci acheta fin 1921 à la commune de Châtenois une petite cloche de 325 kg. En 1925, on leur adjoignit une troisième de moyenne grandeur, qui provenait de la fonderie Caussard à Colmar. Ell fut bénite la même année et consacrée à saint Wendelin. C'est cette cloche qui sonne actuellement l'angélus trois fois par jour.

Grâce à un travail soigné (décapage, redorures, polychromie), des artistes ont réussi à rendre aux statues leur aspect premier. C'est ainsi qu'on peut admirer dans la nef côté sud, la Vierge Marie et saint Jean au pied de la croix, sur l'autel, saint Joseph. Dans le chœur sud, saint Ignace de Loyola, le fondateur de l'ordre des Jésuites ; côté nord, saint Wendelin, patron de la paroisse (pâtre et ermite), abbé du monastère bénédiction de Tholey où il mourut en 617. Il est fêté le 20 octobre. Également remarquables, les quatre évangélistes qui ornent la chaire. Au fond de la nef côté nord, on trouve une magnifique reproduction de la « Vierge à la grappe » de Pierre Mignard (1610-1695). Cette copie a été réalisée par un artiste espagnol fin 1962, début 1963. Côté sud, une toile représentant la Vierge montrant l'Enfant-Jésus à saint Antoine.

De l'ancien édifice, il ne reste que la base de la tour. Le mobilier religieux qui se trouve à l'intérieur de l'église est consacré à saint Wendelin patron de l'église. Saint Wendelin est cité en 1341 pour une église érigée par l'évêque Berthold de Strasbourg. Wendelin, fils d'un roi iro-écossais, renonce au trône au retour d'un pèlerinage à Rome. Il devient ermite dans la forêt de Saint-Wendel près de Trèves. Il se fait gardien d'un troupeau d'un seigneur qui lui érige une cellule près du couvent de Tholey dont les moines l'élisent abbé.

Prêtres en fonction à Albé[modifier | modifier le code]

  • 1803-1811 Ignace Vonderscher, inhumé à Albé
  • 1811-1818 Ch. Bruno
  • 1818-1831 Jean Klein
  • 1831-1835 A. Wendling
  • 1835-1837 Jean Baptiste Dinsenhoffer
  • 1837-1860 Jean Schlintzweg
  • 1860-1866 Jean Axinger
  • 1866-1898 Georges Sittler, inhumé à Albé
  • 1898-1908 G.Lutz, inhumé à Albé
  • 1908-1936 Jean Grossfuss, inhumé à Albé
  • 1936-1957 Jean Schmitt
  • 1957-1979 Léon Schindler
  • 1979-1984 Marcel Fuger
  • 1984-1988 Joseph Grass
  • 1988-1989 Joseph Mehl
  • 1999-2000 Robert Lang
  • 2000-2003 André Willemin
  • 2004-2013 Olivier Miesch

Petits monuments religieux[modifier | modifier le code]

Croix tombale (1711)[modifier | modifier le code]

A l'entrée, côté sud, se trouve une petite croix en grès de 1711, très soigneusement décorée dressée sur la tombe de Barbe Klein, femme du maire nommé par la famille Choiseul-Meuse.

Croix à oratoire[modifier | modifier le code]

Un calvaire au bord de la route.

La croix à oratoire ou Bildstock, située sur une propriété privée, est composée d'un bloc monolithique avec une petite croix tréflée décorée et d'un fût massif dans lequel a été taillée une grande niche. Dans la partie inférieure, une belle rosace sculptée.

Édifices particuliers[modifier | modifier le code]

Ancien corps de garde[modifier | modifier le code]

Ce petit édifice, situé face au musée, servait autrefois de poste de police municipal. C'était le siège du veilleur de nuit et il faisait surtout fonction de prison. La porte ancienne a été conservée.

Le Schloessel[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Albé nomment cette imposante bâtisse Schlossel (le petit château). Le Schloessel est un massif bâtiment de pierre comprenant deux niveaux d'habitation et à haut pignon droit, doté d'un oriel. Les encadrements des baies sont décorés de symboles religieux, et celui de la porte d'entrée, en arc brisé, abrite une coquille Saint-Jacques dans une petite niche. La maison porte la date de sa construction et porte l'identité de son constructeur Joseph-Conrad Vonderscher, vigneron, cultivateur et maire d'Erlenbach, ancien nom d'Albé au XVIIIe siècle. La maison appartient à l'origine à une famille locale aisée.

Maison du Val de Villé (1721)[modifier | modifier le code]

Maison du Val de Villé (Musée local).
Article détaillé : Maison du Val de Villé.

Installée au centre du village d'Albé, à l'ombre d'un tilleul planté en 1795, la Maison du Val de Villé a pour vocation de faire découvrir aux visiteurs l'histoire et le patrimoine du Val de Villé. Il s'agit d'une ferme d'inspiration vosgienne (1709) et sa maison du journalier. La maison qui abritait le musée, jadis habitée par des notables, comprenait deux niveaux d'habitation, une cave à vin et de vastes combles partiellement dallés de briques contenant un fumoir à viande. La Maison du Val de Villé possède également de vastes dépendances agricoles, une étable, un fournil et une grange édifiée par une famille noble. Dans la cour on aperçoit une maisonnette datée de 1616 avec une galerie de pignons de bois. Au XXe siècle, la maison de pays forme avec le musée la Maison du Val de Villé[7].

Banc du Roi de Rome[modifier | modifier le code]

Le banc du Roi de Rome, dont il ne reste que quelques spécimens en Alsace, se compose d'une dalle en grès reposant sur deux supports également en grès. On peut y lire: A l'HONNEVR. DE. S.M. DV ROY. DE ROM. C'est le préfet Adrien de Lezay-Marnésia, qui a suggéré aux communes d'équiper les routes de bancs-reposoirs. Ils devaient être terminés pour le 2 juin 1811, jour de baptême du Roi de Rome.

Bâtiment public[modifier | modifier le code]

La mairie[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie a vraisemblablement été construite au Moyen Âge connue sous le nom Bürgerstube (salle de réunion des bourgeois). Il a été détruit en 1575 au cours d'un incendie, puis reconstruit dans sa forme actuelle en 1618, comme l'atteste deux inscription figurant respectivement sur le mur-pignon sud et sur une poutre de la salle du conseil municipal. Le rez-de-chaussée du bâtiment présente la forme d'une halle (Laube), jadis ouverte, destinée aux réunions des habitants pour délibérer des affaires communautaires. Au début du siècle dernier, la Laube a été convertie en école. Elle a conservé cette fonction, même après la construction d'une école des garçons en 1869 jusqu'en 1972, date à laquelle la mairie a réintégré ses locaux légitimes.

Autres équipements[modifier | modifier le code]

Centre équestre Equivallé[modifier | modifier le code]

VVF à Albéville[modifier | modifier le code]

Albé possède sur un territoire l'un des premiers V.V.F (village Vacances Familles) édifié par une association vouée à la promotion du tourisme social. Inauguré le Ier août 1959, l'établissement s'est installé en amont du village, sur un replat exposé au pied des versants boisés de l'Ungersberg. Le V.V.F regroupe 26 pavillons permettant d'héberger 700 personnes. Le centre accueille une clientèle familiale pendant les vacances scolaires, le troisième âge et, hors saison, des séminaires.

Aérodrome[modifier | modifier le code]

La commune d'Albé possède sur son territoire, près du V.V.F., un petit aérodrome de montagne né de l'initiative privée d'un industriel qui a aujourd'hui quitté la vallée. La piste et le bâtiment ont été rachetés par le SIVOM pour la poursuite d'activités aéronautiques de loisirs (U.L.M., aéromodélisme, aviation de tourisme). Il s'est également agrandi avec un deuxième hangar en 2009.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Une grande partie des informations issues de cet article proviennent de l'ouvrage Le Val de Villé, un pays des hommes, une histoire, rédigé avec le soutien de la Société d'Histoire du Val de Villé et la Communauté de Communes du canton de Villé, 1995. Les textes ont pu être modifiés depuis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  2. Jacques Baquol,Ristelhuber, L'Alsace ancienne et moderne ou dictionnaire géographique, historique et statistique du Bas-Rhin,‎ 1865 (lire en ligne), p. 357.
  3. [PDF] « Liste des maires du Bas-Rhin au 1er avril 2008 », sur http://www.bas-rhin.pref.gouv.fr,‎ 2008 (consulté le 22 mai 2009)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Cet exposé est repris d'une fiche signalétique qui se trouve à l'intérieur de l'église d'Albé
  7. maisonduvaldeville.com


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Société d'histoire et Communauté de Communes du canton de Villé : Le Val de Villé, un pays, des hommes, une histoire, 1995.
  • A. Riff : Albé, un village des Vosges peu connu : in Les Vosges et le Club Vosgien autour du centenaire 1872-1972.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :