Alan Rudolph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alan Rudolph est un réalisateur, scénariste et producteur américain, né le 18 décembre 1943 à Los Angeles (Californie) aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Oscar Rudolph (1911-1991), un acteur et réalisateur de télévision, il amorce sa carrière au cinéma comme le protégé du réalisateur Robert Altman : il est d'ailleurs son assistant réalisateur sur le plateau du film Le Privé (The Long Goodbye), une adaptation, sortie en 1973, du roman noir The Long Goodbye de Raymond Chandler.

Après deux films d'horreur plutôt convenus, il donne une première œuvre plus personnelle avec Bienvenue à Los Angeles (Welcome to L.A.) en 1976. Y apparaissent ses thèmes récurrents : un récit centré sur ​​des personnages isolés et excentriques, dont les difficiles relations affectives font alternés des moments de pur sensibilité romantique et de brusques éclats de fantaisie, voire de grotesque. Scénariste de la quasi-totalité de ses films, il a travaillé à plusieurs reprises avec les acteurs Keith Carradine et Geneviève Bujold, et avec le compositeur Mark Isham.

En 1984, Choose Me, le récit de relations affectives et sexuelles difficiles, complexes et surprenantes entre une poignée de citadins esseulés et noctambules, mais néanmoins tout à fait charmants, dont une animatrice de radio névrosée (Bujold), une propriétaire de bar et ex-prostituée déboussolée (Lesley Ann Warren) et un homme sans domicile fixe aussi fou que désarmant d'honnêteté (Carradine), remporte contre toutes attentes un gros succès. Dès lors, le réalisateur peut se permettre des œuvres plus ambitieuses, notamment The Moderns (1988), qui suit un artiste américain (Carradine), expatrié dans le Paris de 1926, qui tente de raviver son amour pour sa femme (Linda Fiorentino), alors qu'il entretient une relation d'affaires malsaine avec un collectionneur d'art philistin joué par John Lone. Rudolph donne une vision très juste des tourments d'un artiste-peintre, d'autant peut-être qu'il s'adonne lui-même à la peinture.

En 1994, Mrs Parker et le cercle vicieux (Mrs. Parker and the Vicious Circle) (1994) est un film biographique sur la romancière des années folles Dorothy Parker, incarnée par Jennifer Jason Leigh. Dans L'Amour... et après (Afterglow), en 1997, Phyllis Mann, un actrice vieillissante, dont le mariage bat de l'aile, rencontre un homme qui vit le même désarroi devant sa jeunesse révolue et son bonheur conjugal évanoui. Le rôle, un autre complexe portrait de femme, vaut à Julie Christie d'être nommée à l'Oscar de la meilleure actrice à la 70e cérémonie des Oscars.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]