Alan Robert Pearlman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pearlman.

Alan Robert Pearlman (né en 1925 à New York) est un ingénieur américain, connu pour être le fondateur de la marque de synthétiseurs ARP.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'ARP 2500 conçu par Alan R. Pearlman

Le père d'Alan R. Pearlman était concepteur de projecteurs pour salles de cinéma, et son grand-père fabriquait des pièces pour phonographes. Il a grandi parmi les appareils de radio, inspiré par des magazines scientifiques.

Il a servi brièvement dans l'armée après la deuxième guerre mondiale. Par la suite il poursuit ses études à l'institut polytechnique de Worcester dans le Massachusetts, et sa thèse en 1948 portait sur des tube à vide détecteurs d'enveloppe, qui pouvaient extraire l'enveloppe sonore d'un instrument. Il a suivi par la suite des cours à l'Université Harvard par un des inventeurs du transistor, Walter Brattain[1].

Il passe cinq années à concevoir des amplificateurs pour la NASA[2] dans le cadre du Programme Gemini et Appolo. En 1969, il fonde la société Tonus Inc qui sera renommée ARP[3], dont le nom est formé à partir de ses initiales[4].

Son premier modèle est le 2500, lancé commercialement en 1970[2]. Le modèle suivant, l'ARP 2600 a été un des plus populaires et un succès commercial. Il a été produit entre 1971 et 1980, quand ARP a cessé ses activités. L'ARP Odyssey a été produit pour sa part à partir de 1972. En 1976, ARP occupe 40% du marché des synthétiseurs avec un modèle comme l'Omni. Cependant des difficultés financières dues à des divergences de vues dans l'équipe dirigeante, la concurrence avec Moog, couplée à un développement coûteux d'un synthétiseur pour guitare difficile à mettre au point, l'ARP Avatar, ont conduit à la disparition de la société.

Alan R. Pearlman reçoit le prix Alumni pour ses travaux en 1978[5].

En 2010, lors de la convention AES à New York, il a été présenté comme une « légende des claviers »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trevor Pinch, Frank Trocco, Analog Days, Harvard University Press, 2002
  2. a et b http://www.soundonsound.com/sos/1996_articles/aug96/arp2500.html
  3. http://www.sequencer.de/syns/arp/
  4. (en) http://www.till.com/articles/arp/patents.html
  5. « Prix Alumini » (consulté le 28 juillet 2013) [PDF]
  6. (en) « Keyboard Legend », Keyboard Magazine, Oct. 2010