Alan Cottrell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alan Cottrell

Naissance 17 juillet 1919
Birmingham (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Décès 15 février 2012
Londres (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Domicile Londres
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Champs métallurgiste, physicien
Institutions Université de Cambridge, Académie royale des sciences de Suède
Diplôme Université de Birmingham
Distinctions Fellow de la Royal Society[1]
Médaille Hughes (1961)
Prix Harvey (1974)
Médaille Copley (1996)

Alan Howard Cottrell, FRS[1] (17 juillet 1919 – 15 février 2012) est un métallurgiste et physicien anglais. Il a notamment étudié l'action des rayonnements radioactifs sur la stabilité structurale des métaux, et est l'un des principaux concepteurs du modérateur à graphite. Il a attiré l'attention des pouvoirs publics sur les dangers des réacteurs nucléaires à eau pressurisée.

L'universitaire[modifier | modifier le code]

Cottrell fut d'abord maître de conférences à l'université de Birmingham, et promu professeur en 1949. Il réforma profondément l'enseignement de la métallurgie en y incorporant les théories les plus modernes de la physique de l'état solide[2] : son traité Theoretical Structural Metallurgy (1948), reprend les idées de Fermi et de Brillouin pour interpréter les propriétés physiques des métaux par des mécanismes microscopiques. Dans un traité ultérieur, Dislocations and Plastic Flow (1953), Cottrell analyse la plastification des métaux par la dynamique des dislocations, développée par Griffith, Frenkel et Orowan.

Le conseiller scientifique[modifier | modifier le code]

En 1955 il rejoignit l'A.E.R.E. Harwell, comme responsable du Département de Métallurgie sous la direction de Monty Finniston[2], et la même année fut élu Fellow de la Royal Society. Cottrell apporta d'importantes contributions au génie nucléaire, par l'étude de l'altération structurale des métaux sous l'action de la radioactivité, la conception des modérateurs à graphite pour la pile atomique de Windscale et l'étude des risque de rupture fragile des conduites de refroidissement en acier.

De 1958 à 1965 Cottrell occupa la chaire Goldsmith de Métallurgie de l'Université de Cambridge, et fellow de Christ's College. Puis il fut expert gouvernemental, et conseiller scientifique de 1971 à 1974[3]. À ce poste, il attira l'attention sur les risques que présente le procédé Westinghouse de réacteur à eau pressurisée (REP) pour les générations futures. En 1974, lors d'une conférence devant la commission britannique des sciences et technologies, il décrivit les réacteurs à eau pressurisée comme des systèmes qui ne laissent pas droit à la moindre erreur (unforgiving), et entreprit d'énumérer le nombre de points de contrôles indispensables à leur surveillance[4].

Promu Master de Jesus College (Cambridge) (1973[5]) il fut Vice-Chancelier de l'Université en 1977-1979. Cottrell, récompensé par la Médaille Hughes en 1961[6] et la Médaille Francis J. Clamer en 1962, avait été le premier lauréat de la Médaille et du Prix Alan Griffith (1965).

Il reçut encore la médaille d'or James Douglas en 1974[7] et la Médaille Copley[8],[9] (la plus haute distinction décernée par la Royal Society) en 1996. Il fut anobli en 1971[5], et élu à l'Académie royale des sciences de Suède[10]. Cottrell a été fait docteur honoris causa de l'Université d'Essex au mois de juillet 1982 et de l'Université de Bath en 1973[11].

Cottrell est décédé le 15 février 2012 au terme d'une brève maladie[12].

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

  • Theoretical Structural Metallurgy (1948) (E Arnold; 2e édition revue et corr. 1955 ; réimpr. par THE CAMELOT PRESS LTD. en 1962 ; (ISBN 0713120436)
  • Dislocations and Plastic Flows in Crystals, Clarendon Press (1953, réimpr. 1965), 223 pages
  • Superconductivity (1964) (Harwood Academic (Medical, Reference and Social Sc; n edition (December 1964)) (ISBN 0677000650)
  • An Introduction to Metallurgy (1967)
  • Portrait of Nature : the world as seen by modern science, éd. Collins (1975), 236 pages (ISBN 0002191148)
  • How Safe is Nuclear Energy? (1982) (Heinemann Educational Publ.) (ISBN 0435541757)
  • Concepts in the Electron Theory of Alloys (1998)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b R. E. Smallman, « Sir Alan Cottrell FREng. 17 July 1919 — 15 February 2012 », Biographical Memoirs of the Royal Society,‎ 2012 (DOI 10.1098/rsbm.2012.0042, lire en ligne)
  2. a et b L'enseignement de la Métallurgie à Birmingham (Université technique de Birmingham)
  3. D'après Philip Gummett, Scientists in Whitehall, Manchester University Press,‎ 1980, 245 p. (ISBN 0719007917), p. 49
  4. D'après John Knott, « Sir Alan Cottrell – Chief scientific adviser to the government who transformed the study of metallurgy », The Guardian, no 18 mars,‎ 2012 (lire en ligne)
  5. a et b Masters of Jesus College
  6. Hughes archive winners 1989 - 1902 Royal Society
  7. (en) « Lauréats de la médaille James Douglas », sur AIME
  8. Copley recent winners: 1990 - present day Royal Society
  9. Lauréats de la Médaille Copley (1731–2005) Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press 2004
  10. « The Royal Swedish Academy of Sciences: Alan Cottrell » (consulté le 1er mai 2009)
  11. (en) « Lauréats de titres honoris causa », sur Université de Bath
  12. (en) « Mention of Alan Cottrell's death », sur Christ's College, Université de Cambridge

Voir également[modifier | modifier le code]