Alain Veyret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Veyret
Fonctions
Député de la première circonscription de Lot-et-Garonne
12 juin 199718 juin 2002
Élection 1er juin 1997
Groupe politique Soc.
Prédécesseur Paul Chollet (UDF)
Successeur Jean Dionis du Séjour (NC)
Biographie
Date de naissance 16 décembre 1953

Alain Veyret, né le 16 décembre 1953 à Alger (Algérie), est un homme politique et chirurgien français, ancien maire d'Agen et ancien député de Lot-et-Garonne

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est Pupille de la Nation à la suite de l’assassinat de son père à Alger le 14 février 1962. Il rentre en France d’abord à Paris puis à Rouen où il effectue ses études.

Il est chirurgien, longtemps membre actif de Médecins sans frontières et a effectué de nombreuses missions en zone de combat en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie.

Membre du Parti socialiste depuis 1992, il a été élu pour la première fois dans le canton de Laplume en 1994, en battant Jean François-Poncet, alors président du Conseil général de Lot-et-Garonne. Par la suite, il est devenu conseiller municipal d'Agen en 1995, puis député de la 1re circonscription de Lot-et-Garonne et maire d'Agen en 2001. Battu en 2007 par Jean Dionis du Séjour, il est toujours conseiller municipal d’Agen et membre du conseil de communauté de l’Agglomération d'Agen. En 2012, il est à nouveau battu comme dissident avec 16,65%, devancé par la candidate investie, Lucette Lousteau (20,53%)[1].

Mandats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2008[modifier | modifier le code]

Pour les élections municipales de 2008, M. Veyret présente une liste qui vise à faire renouveler son mandat. Face à lui, deux autres listes, celle de M. Dionis, député de la ville, et celle de « La voix des classes populaires » soutenue par la Ligue communiste révolutionnaire et par la fraction Étincelle de Lutte ouvrière.

Au premier tour, la liste de M. Veyret obtient 43,83 % des voix. La droite obtient 48,52 %, la troisième liste « La voix des classes populaires » (extrême gauche) obtient 7,66 %. M. Veyret préfère ne pas chercher un accord avec la troisième liste entre les deux tours.

Au deuxième tour, le taux de participation est plus élevé. C'est la liste de droite, menée par M. Dionis du Séjour, qui emporte la mairie.

Lien externe[modifier | modifier le code]