Alain Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas.

Alain Thomas (né le 14 février 1942 à Nantes) est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Grâce à sa grand-mère maternelle qui lui transmet lors d’une rencontre familiale son goût pour le dessin et la peinture en lui offrant chevalet, tubes et pinceaux, Alain Thomas exécute sans le savoir un bouquet (1954) qui jouera un rôle déterminant pour la suite de sa vie.[réf. nécessaire]

Autodidacte, il débute sa carrière à l'âge de 20 ans. En 1963, il présente à Nantes sa première exposition.

Bien que le thème du bestiaire et plus particulièrement celui du toucan apparu en 1995 soit étroitement associé à l’univers pictural d’Alain Thomas, il n’en demeure pas moins que l’artiste doit avant tout sa notoriété et ses premiers succès aux scènes de paysages intemporelles qu’il ne cesse de peindre depuis le début de sa carrière.[réf. nécessaire]

Alain Thomas a illustré au cours de sa carrière une vingtaine de livres dont plusieurs bestiaires, livres de bibliophilie tels que Marco Polo (1987) et contes pour enfants comme Neige de Printemps (1987). Certaines créations sur papier comme celle du Toucan (2002) et des Aras Macao (2004) décorent également les supports de nombreuses collections sur porcelaines de Limoges, soies de Lyon, émaux de Longwy, tapisseries d’Aubusson, enluminures, etc.

L’évolution artistique d’Alain Thomas peut être expliquée en trois grandes périodes qui ont marqué son parcours entre 1962 et 2006.[réf. nécessaire]

Œuvres[modifier | modifier le code]

De 1962 à 1967[modifier | modifier le code]

Arlequin

Il commence par peindre des personnages tristes et rigides aux visages assez indifférenciés à l’image du Saltimbanque (1965).

Comme le soulignent les visages du clown Bocki du Cirque Francky (1963) et des baladins (1964), ses personnages ont toujours le regard triste et le sourire figé. Ils occupent presque la totalité du tableau et ne permettent pas d’obtenir une perspective dégagée. Jusqu’en 1967, les fonds de la plupart de ses œuvres sont quasiment inexistants et ne laissent entrevoir que de timides couleurs uniformes tombant souvent à la verticale. Ces éléments se retrouvent également dans le tableau solitude (1964).

Influencé par la période bleue et rose de Picasso comme en témoigne le mime et la Vahiné (1965), Alain Thomas lui rend un Hommage à Pablo (1965) en le représentant de face sur un fond où l’on retrouve la période cubiste du célèbre artiste espagnol.

De 1968 à 1979[modifier | modifier le code]

Nid flottant

En 1968, Alain Thomas connaît dans sa vie deux événements qui vont lui permettre de s'épanouir : il arrête son travail de confiseur chocolatier pour se consacrer pleinement à la peinture et se marie.

L’élaboration de ces nouveaux arrière-plans composés d’oiseaux, de fleurs, de paysages a pour effet d’adoucir l’impassibilité des personnages qui continuent d’offrir le même visage mélancolique, les mêmes yeux noirs candides. Grâce à la palette de couleurs qui s’éclaircit les œuvres d’Alain Thomas se retrouvent allégées et font oublier les premières peintures traduites dans un chromatisme plus sombre et froid.[réf. nécessaire]

Tour de Babel

C’est à partir de 1968 qu’Alain Thomas abandonne ses constructions-portraits centrés sur un ou deux personnages. Le fond du tableau, la perspective, la profondeur de champ s’ouvrent désormais sur des paysages verdoyants peuplés d’animaux fantastiques comme la licorne située aux côtés d’Irun (1968). De 1968 à 1979, il s'affirme dans cette optique avec sur l’embarcadère du rêve (1969), le temps des métamorphoses (1970), l’arbre-fleurs (1979) et Graziella, princesse des lutins (1972).

De 1980 à 2006[modifier | modifier le code]

À partir des années 1980, le portrait posé, en gros plan, disparaît peu à peu. Animaux, et personnages se multiplient pour s’intégrer dans leur environnement. Les peintures se singularisent par la diversité des thèmes abordés tels que le cycle des saisons, la féerie, l’Orient, la Russie et le bestiaire.

Les compositions traitées sont scène hivernale russe (1983), bouquet printanier (2002), Sultan, Schéhérazade et Dinarzade (1985), scène orientale animée (1997) ou Sultane à la guirlande (1987), paysage hivernal nocturne aux trois moines (2004), oiseaux exotiques (2003), Gerda à la montgolfière (1991), concerto animalier (1998).

Histoire de Fresques[modifier | modifier le code]

La « Fresque du toucan à bec caréné »[modifier | modifier le code]

Fresque du toucan à bec caréné

la « Fresque du toucan à bec caréné » de la Rue Fanny-Peccot à Nantes. Dévoilée en mai 1996, cette fresque de plus de 125 m2 représentant un toucan en forêt amazonienne, ornait auparavant un mur de la place Aimé-Delrue, à l’entrée sud de Nantes. En raison de la construction d’un immeuble, la fresque du toucan à bec caréné quitte cet emplacement en juillet 2004. Dix ans après sa première apparition et une rénovation complète, la fresque du toucan fait son retour en juin 2006 dans le centre-ville de Nantes, sur un mur de la rue Fanny- Peccot, face à la cour d’honneur de l’Hôtel de Ville.

Entièrement réalisée à la main par quatre artisans des ateliers Greleg, la fresque est le résultat de l’agrandissement par projection de l’œuvre d’Alain Thomas selon la technique du carreau.

Initialement commandée par l’entreprise Giraudy, devenue aujourd’hui Viacom, la fresque du toucan est désormais la propriété de la Ville de Nantes.

Le « Triptyque de la Nativité »[modifier | modifier le code]

le « Triptyque de la Nativité » qui est exposé à la cathédrale Saint-Pierre de Nantes. Propriété de l’Association Diocésaine de Nantes, la Nativité d’Alain Thomas est visible dans la Cathédrale de Nantes depuis Noël 2004. D’un commun accord entre les représentants du Ministère de la Culture et de l’Evêché de Nantes, l’accrochage de cette œuvre revêt un caractère définitif.

En 2004, à l’occasion de la messe de Minuit, célébrée dans la Cathédrale Saint-Pierre de Nantes, Mgr Soubrier a dévoilé une Nativité peinte par Alain Thomas. L’artiste a consacré une année entière à la réalisation de ce triptyque de 3,5 m2.

Comme dans toute Nativité, on y retrouve l’Enfant Jésus blotti dans son lit de paille, Marie, Joseph, le bœuf, l’âne et les Rois mages. Moins courant : on y voit aussi des toucans chers à l’artiste, un raton laveur, des singes et de minuscules patineurs dansant allègrement sur un lac de couleur émeraude.

Détail du triptyque de la Nativité

Les oiseaux d’Amérique du sud[modifier | modifier le code]

En 1987, Alain Thomas concrétise sa passion pour le monde animal en constituant près de son atelier un parc animalier où cohabitent différentes espèces : lièvres de Patagonie, cochons du Viêt Nam, émeus, daims, kangourous, ibis royaux du Nil, grues couronnées, paons, etc. C’est à partir de cette date qu’Alain Thomas décide de rendre hommage aux animaux en les représentant dans ses peintures sous la forme de portraits.

Sensible à la sauvegarde des milieux naturels et à la protection des espèces menacées de disparition, Alain Thomas a fait du toucan son oiseau symbole dont il recense et peint un à un les 113 spécimens de cette espèce depuis 1995. En préparant l’illustration des deux Bestiaires parus en 1992 et 1997, Alain Thomas se passionne pour le toucan. À partir de 1995, il décide alors de peindre toutes les espèces une à une sur panneau de bois. La L.P.O. (Ligue de Protection des Oiseaux) et le W.W.F. (Fonds Mondial pour la Nature) apportent leur soutien à la démarche d’Alain Thomas.

Illustration d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1969, Nus d’Alain Thomas - Texte de Michel Géa - Éditions P.-J.Oswald (épuisé).
  • 1969, Alain Thomas - Éditions Chiffoleau (épuisé).
  • 1978, Douze contes pour Noël - Texte de Jacques Raux - Éditions Pierre Gauthier (épuisé).
  • 1979, La Belle Babel - Texte d’Yves Cosson - Éditions Pierre Gauthier (épuisé).
  • 1981, Elles sur des textes choisis, portfolio - Éditions Pierre Gauthier (épuisé).
  • 1982, Interlude familier de Magdeleine Labour - Éditions Imbert Nicolas (épuisé).
  • 1985, Contes des mille et une nuits - Traduction Antoine Galland - Éditions Hervas (épuisé).
  • 1987, Le Livre de Marco Polo - Bibliophilie - Éditions du Cadran (épuisé).
  • 1988, Alain Thomas - Éditions Cid-Picollec.
  • 1988, La Reine des neiges - Andersen - Éditions Cid-Picollec (épuisé).
  • 1988, Neige de Printemps - Texte d’Ysabelle Lacamp - Albin Michel Jeunesse (épuisé).
  • 1992, Le Bestiaire d’Alain Thomas - Texte de Karl Regardin - Éditions Hervas (épuisé).
  • 1993, Perceval Le Gallois - Texte de Jacques Boulenger - Bibliophilie - Éditions du Cadran.
  • 1997, Le Bestiaire II d’Alain Thomas - Texte de M.Wilhem - Éditions Victor Stanne.
  • 2000, Toucans - Texte de Jacques Cuisin - Éditions Victor Stanne.
  • 2004, La Reine des neiges - Andersen - Éditions Coiffard.
  • 2005, Sindbad le Marin - Mille et une nuits - Éditions Coiffard.
  • 2006, Alain Thomas - Éditions Coiffard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]