Alain Le Roy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain Le Roy, né le 5 février 1953, est un diplomate et haut fonctionnaire français, ambassadeur de France à Rome de décembre 2011 à août 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Le Roy est ingénieur diplômé de l’École nationale supérieure des mines de Paris et titulaire d’un DEA de sciences économiques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est également agrégé d’économie et gestion et diplômé du programme senior managers in government de la Kennedy School of Government, à l’université Harvard.

Alain Le Roy au milieu et Général Gaye à droite
Alain Le Roy (au centre) et le général Babacar Gaye (à droite), en 2011.

Après une carrière dans le secteur privé, qui comprend notamment dix années comme ingénieur dans le groupe pétrolier français Total, il entre dans la fonction publique en 1990. Il a pour premier poste sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de l'Eure-et-Loir à Chartres, avant d'occuper celui de sous-préfet d'Avallon dans l'Yonne, de février 1991 à octobre 1992, date à laquelle il est nommé chef de cabinet puis conseiller du ministre de l'Agriculture. Il entre comme conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1993.

En 1995, il est coordonnateur spécial adjoint de l'ONU à Sarajevo. Également envoyé en mission en Mauritanie dans le cadre du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), il est détaché au Kosovo pour l'ONU comme préfet de la région de Peć de juillet 1999 à juillet 2000.

D'octobre 2001 à novembre 2002, il est représentant spécial de l’Union européenne en Macédoine, succédant à François Léotard. Il revient à Paris où il est nommé en novembre 2002, directeur des affaires économiques au Ministère des Affaires étrangères[1]. Dans cette fonction, il participe à la préparation du sommet du G8 d'Évian en 2003 comme sous-sherpa du président de la République.

Ambassadeur de France à Madagascar de 2005 à 2007, il est nommé en septembre 2007, ambassadeur chargé du projet d'Union pour la Méditerranée.

Le 30 juin 2008, il est nommé Secrétaire général adjoint de l'ONU, chargé du Département des opérations de maintien de la paix. Il remplace à ce poste Jean-Marie Guéhenno.

Le 25 août 2011, il quitte New-York et rejoint Paris. Le 5 décembre suivant, il est nommé ambassadeur de France à Rome[2]. Le 1er septembre 2014, il rejoint la Cour des comptes comme conseiller maître.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d'honneur
  • Commandeur de l'ordre du Mérite italien
  • Commandeur de l'ordre national de Madagascar

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]