Alain Labrousse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain Labrousse est un journaliste, sociologue et géopoliticien français, spécialiste de la géopolitique des drogues et de l'Amérique latine né le 19 février 1937 à Libourne[1]. Il fut le président et fondateur de l'Observatoire géopolitique des drogues (OGD). En 2002, Il devient consultant auprès de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et de l’Union européenne. Il est aussi membre de l'Observatoire de la criminalité internationale (OGCI, université de Liège). Il est éditeur de la revue Drogues Trafic International. Et il publie des articles à la revue française Politique internationale.

Ses travaux sont reconnus depuis la publication en 1986 de Coca Coke et jusqu'à présent du premier Dictionnaire géopolitique des drogues, aidé de 70 experts dans une centaine de pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Labrousse réussit son doctorat en lettres à Bordeaux puis en sociologie à Paris I. Il enseigne pendant cinq ans au lycée français de Montevideo en Uruguay (1965-1970) et deux ans au Maroc (1969-1971). Il poursuivra son travail ou vivra en Amérique latine jusqu'en 1985, qui donnera lieu à une demi-douzaine d’ouvrages sur les mouvements sociopolitiques du cône Sud de l’Amérique latine (les Tupamaros d’Uruguay, le Chili de l’Unité populaire, l’Argentine du retour de Perón) et les mouvements indiens des pays andins (1981-1985) ainsi que sur la guérilla maoïste du Sentier lumineux du Pérou (1989).

À la suite de ses recherches sur « Identité indienne et mobilisation politique », notamment en Bolivie et au Pérou, Alain Labrousse s’est intéressé à la feuille de coca et à la géopolitique des drogues, matière de plusieurs ouvrages dont Coca Coke.

Constatant la pauvreté de l'information sur les drogues, notamment sur l'Asie centrale, Alain Labrousse fonde, puis dirige l’Observatoire géopolitique des drogues (OGD) de 1990 à 2000, date à laquelle l'observatoire prend fin par souci financier. Il suivit donc l’évolution de la situation des drogues, d'abord au Pakistan, puis en Afghanistan où il a fait quatre séjours entre 1992 et 2001. En vue de la rédaction de son livre Afghanistan, opium de guerre, opium de paix (2005), il a passé de deux mois (avril-mai 2005) dans différentes régions de ce pays.

Alain Labrousse travaille désormais comme expert indépendant dans le domaine des drogues, notamment auprès de l’Union européenne. Depuis 2005, il est membre du collège scientifique de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et secrétaire du conseil d’administration de la Mission d’aide aux économies rurales en Afghanistan (MADERA).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)[PDF] Élément bibliographie : Alain Labrousse, Hôpitaux du Léman

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages

Une note de lecture sur la réédition du Que sais-je dans la publication "Drogues, enjeux internationaux" de l'OFDT.

  • Dictionnaire géopolitique des drogues. La drogue dans 134 pays. Productions, trafics, conflits, usages, Ed. De Boeck
Articles
  • « Le trafic de drogue au Pakistan : une affaire d'État ? », Cultures & Conflits, n° 03, automne 1991, pp. 87-98, [lire en ligne], mis en ligne le 31 décembre 2002.

Dans le domaine des mouvements sociaux en Amérique Latine :

  • Tupamaros de l'Uruguay des armes aux urnes, Paris, 2009, Editions du Rocher.

Notes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]