Alain Ier d'Avaugour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alain Ier d’Avaugour)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alain.

Alain Ier d'Avaugour ou de Penthièvre (né vers 1151/1154 mort le 29 décembre 1212) Seigneur de Goëlo et comte de Penthièvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Henri Ier d'Avaugour, comte de Trégor et de Goëlo et de Mathilde de Vendome.

Alain assiste parmi les barons bretons en 1185 à l'assemblée dite l'Assise du Comte Geoffroy; Il met à profit la mort du duc Geoffroy II pour récupérer les domaines paternels et prête hommage au roi de France. En 1189 il est de ceux qui s'opposent aux prétentions du roi Richard Ier d'Angleterre à assurer la tutelle du jeune Arthur Ier de Bretagne, son neveu.

Alain fonda pour lui, son père, sa mère et Pétronille, sa femme en 1184/1189 pour les chanoines réguliers de l'abbaye Saint-Victor de Paris un premier établissement religieux dans l'« île aux cerfs » (Île Saint-Riom) au large de Paimpol qui fut repris en 1200 par des Prémontrés de l'Abbaye de La Lucerne lors de son transfert sur la terre ferme et qui devint l'abbaye de Beauport. La nouvelle fondation fut officialisée par une charte de 1202[1].

Alain est de nouveau mentionné dans l'entourage ducal à partir de juillet 1204 auprès de Guy de Thouars. En 1206 il hérite de son cousin Geoffroy III de Penthièvre sans enfants, le comté de Penthièvre et ses droits sur la Bretagne. La transaction est validée par les autres héritiers et le roi Philippe Auguste à Candé. Alain est désormais le détenteur « du comté de Penthièvre et de son droit d'aînesse » soit l'ensemble des « droits  » de sa famille sur la Bretagne[2].

Afin d'écarter le risque de conflit entre Alain et Guy de Thouars baillistre du duché de Bretagne, ce dernier reçoit l'autorité sur les domaines ducaux du sud du duché c'est-à-dire les évêchés de Cornouaille, Vannes et de Nantes et le « comte Alain » reçoit le nord de la Bretagne soit les revenus des évêchés de Saint-Malo, Dol-de-Bretagne, Saint-Brieuc et Saint-Pol-de-Léon. À la suite d'un nouvel accord conclu sous l'égide du roi de France à Paris en 1209 Alix de Thouars, demie sœur d'Arthur de Bretagne et fille de Guy de Thouars est fiancée à Henri le fils d'Alain.

Trois ans plus tard, pendant la dernière maladie d'Alain le roi de France peu confiant dans l'autorité de Guy de Thouars en Bretagne et alors que Henri n'est âgé que de 7 ans, organise les fiancailles d'Alix avec son cousin l'énergique Pierre de Dreux [3]. Alain meurt le 29 décembre 1212 en désignant comme tuteurs de ses enfants son frère Geslin de Coëtmen et son beau-frère Conan de Léon.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Il avait épousé vers 1180, Pétronille de Beaumont au Maine Blason Hubert de Beaumont.svg, fille de Richard Ier de Beaumont-au-Maine et de Lucie de l'Aigle. Le mariage fut sans postérité.

En 1204, il épousa en secondes noces Adelaïde ou Alix de L'Aigle [4] dont il aura deux enfants [5] :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Abbayes Bretonnes : Beauport, p. 321-329
  2. Stéphane Morin Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des Comtes de Bretagne du XIe au XIIIe siècle Presses Universitaires de Rennes & Société d'émulation des Côtes-d'Armor. Rennes 2010 (ISBN 9782753510128) p. 154-155
  3. Stéphane Morin op.cit p. 156-158
  4. Frédéric Morvan, « Les règlements des conflits de succession dans la noblesse bretonne au XIIIe siècle  », 2010, [lire en ligne], consulté le 22 octobre 2013
  5. Généalogie d'Alian de Penthièvre sur le site Medieval Lands

Sources[modifier | modifier le code]