Alain Griotteray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Griotteray
Fonctions
Parlementaire français
Député
1967 - 1973
1986 - 1997
Gouvernement Ve République
Groupe politique RI (1967-1973)
UDF (1986-1993)
UDFC (1993-1997)
Biographie
Date de naissance 15 octobre 1922
Date de décès 30 août 2008 (à 85 ans)
Résidence Val-de-Marne

Alain Griotteray (15 octobre 1922, Paris - 30 août 2008) est un résistant, journaliste et homme politique français. Il fut cofondateur de l'UDF, député, maire de Charenton-le-Pont, chef d'entreprise et journaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de jeunesse et de formation[modifier | modifier le code]

Fils d'architecte, ancien élève de la faculté de droit et de lettres de Paris, sympathisant royaliste, il est engagé volontaire en 1940, à l'âge de 17 ans[1]. Le 11 novembre 1940, il est l'un des instigateurs de la manifestation par laquelle les étudiants défient l'occupant allemand en commémorant l'armistice de la Première Guerre mondiale. Repéré à cette occasion par Henri d'Astier de la Vigerie, il rejoint le réseau de ce dernier et en prend le commandement en 1943, devenant ainsi le plus jeune chef de réseau de la Résistance. Le réseau prend le nom de réseau Orion[2].

Capitaine parachutiste jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est appelé par le ministre de la Défense, Pierre-Henri Teitgen, comme chargé de mission dans son cabinet, poste qu'il conserve auprès de son successeur, René Mayer. Il est ensuite, entre 1956 et 1957, attaché au cabinet du général commandant supérieur des troupes françaises au Maroc[2].

En 1947, il adhère au RPF de Charles de Gaulle ; c'est un des cadets du gaullisme étudiés par François Audigier. Il milite activement pour le maintien de l'empire colonial, en particulier pour l'Algérie française. En mai 1958, il participe aux événements qui ramènent de Gaulle au pouvoir. Il rejoint l'UNR et est élu conseiller de Paris, mais il quitte ce parti en 1960 par fidélité à l'Algérie française.

Années 1960[modifier | modifier le code]

Il entre alors au Centre national des indépendants et paysans puis en 1965 aux Républicains indépendants de Valéry Giscard d'Estaing et participe à la création de la Fédération nationale des clubs Perspectives et Réalités.

Il devient en 1963, un des actionnaires fondateurs de l'hebdomadaire Minute. Il est élu député du Val-de-Marne en 1967 et réélu en 1968, avant d'être battu par le socialiste Joseph Franceschi (1973).

Septennat de Valéry Giscard d'Estaing[modifier | modifier le code]

Il devient maire de Charenton-le-Pont en 1973[2].

Sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, Alain Griotteray est chargé des investitures au Parti républicain. À ce titre, il participe à la fondation de l'UDF en 1978, et contribue à l'ascension d'une génération de nouveaux hommes politiques dont Alain Madelin, Charles Millon, Gérard Longuet et François Léotard.

En 1978, avec Louis Pauwels, il fonde le Figaro Magazine dont il est directeur délégué et éditorialiste. Ses éditoriaux sont sans concessions envers la gauche, favorables au libéralisme économique, très conservateurs et très eurosceptiques. Il fut le premier journaliste étranger à s'entretenir avec Ronald Reagan. Il finit par entrer en conflit éditorial avec le nouveau directeur du journal, Patrick de Carolis. Il est licencié en 2001, en même temps que d'autres partisans du libéralisme à l'américaine comme Thierry Desjardins et Jean-Jacques Rosa.

Maire et député (années 1980 et 1990)[modifier | modifier le code]

Réélu pendant ces années à la mairie de Charenton-le-Pont, il retrouve son siège de député entre 1986 et 1997, mais candidat malheureux aux élections législatives de 1997 face au maire de Maisons-Alfort (Démocratie Libérale) Michel Herbillon, il démissionne de l'UDF en 1998. En 2001, il est candidat à sa réélection à la mairie de Charenton, mais son échec au premier tour des municipales face à son adjoint Jean-Marie Brétillon, l'amène à se retirer[2].

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

De 2002 à sa mort, il est directeur d'un libre journal à Radio Courtoisie, fondée par son ami Jean Ferré, également cofondateur du Figaro Magazine. Il avait donné à Radio Courtoisie, lors de sa création en 1987, le matériel de la radio qu'il avait lui-même créée en 1981, Radio Alpha, première radio d'opposition à la victoire de l'union de la gauche. Éditorialiste au Figaro Magazine, il publie également de nombreux ouvrages. Son dernier livre, La Mosquée de Marseille, devait paraître, à titre posthume, en janvier 2009[réf. nécessaire]. Alain Griotteray est membre du comité d'honneur du Mouvement initiative et liberté.

Retiré de la vie politique, il poursuit néanmoins ses prises de positions politiques. Il soutient au second tour des élections législatives de juin 2007, Marine Le Pen dans la quatorzième circonscription du Pas-de-Calais, au nom d'une conception commune de l’Europe des patries[3]. Lors des élections municipales de 2008, il soutient Louis Aliot, tête de liste FN à Perpignan contre le maire sortant Jean-Paul Alduy qui se considère comme l’homme le plus à gauche du département et qui vante son passé trotskyste, ainsi que la candidature de Rachida Dati dans le 7e arrondissement de Paris, une jeune femme qui illustre, selon lui, le « génie assimilationniste » de la France[4].

Atteint de la maladie de Charcot, il est hospitalisé en mai 2008, et meurt le 30 août 2008[2]. La cérémonie funèbre se déroule en la basilique Saint-Louis des Invalides, à Paris, en présence, notamment, du ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, du ministre de la Justice, Rachida Dati, et de trois anciens candidats à l'élection présidentielle : Marie-France Garaud, Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers.

Homme de droite aux convictions tranchées, pourfendeur d'une gauche accusée de « donner une apparence savante à ses raisonnements absurdes »[2], il est amateur engagé des débats d'idée, partisan déclaré d'ententes entre la droite et le Front national pour battre la gauche. En 30 ans, il transforme profondément Charenton, rénovant les quartiers et attirant de gros groupes industriels tel Natixis[5].

Vie professionnelle non politique ni journalistique[modifier | modifier le code]

Fondateur des aspirateurs Tornado [réf. nécessaire], il est PDG de la société entre 1961 à 1976, et membre à partir de 1997 des conseils d'administration de Tornado et Electrolux[6].

Il commandera au sculpteur Cyril de La Patellière, pour l'école Pasteur de Charenton, un monument à Louis Pasteur, inauguré le 10 octobre 2000 en présence de François Jacob, prix Nobel de Médecine.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anatomie du parti communiste, Denoël, 1952
  • L'État contre Paris, Hachette, 1962
  • Des Barricades ou des Réformes, Fayard, 1968
  • Si la France parlait, Fayard, 1973
  • Lettre aux giscardo-gaullistes, Mengès, 1980
  • Le théâtre des Opérations, La Table Ronde, 1982
  • La fraude électorale de la gauche, Albatros, 1983
  • Nous ne serons plus jamais socialistes, Albatros, 1985
  • Alain Griotteray, Les immigrés : le choc !, Paris, Plon,‎ 1984 (ISBN 978-2259012171).
  • Alain Griotteray, 1940 : la droite était au rendez-vous : qui furent les premiers résistants, Paris, R. Laffont,‎ 1985, 258 p. (ISBN 978-2221049426).
  • Alain Griotteray et Jacques Soustelle, Qui furent les premiers résistants, Monaco, Alphée - Jean-Paul Bertrand,‎ 2008 (ISBN 978-2753803480).
  • Réformer l'Administration, Albatros, 1987
  • Les privatisations, oui mais…, Éditions républicaines, 1987
  • Alain Griotteray, Trois portraits cavaliers, Paris, Editions de Fallois,‎ 1990 (ISBN 9782877060950)
  • Politique d'abord, Albatros, 1991
  • Alain Griotteray, Retour d'Israël, Monaco, Editions du Rocher,‎ 1992 (ISBN 9782268013565)
  • Alain Griotteray, La Droite peut-elle détruire la France, Monaco, Editions du Rocher,‎ 1993 (ISBN 978-2268015620).
  • Alain Griotteray, Mieux privatiser, Paris, la Documentation française,‎ 1994 (ISBN 9782110032669)
  • Alain Griotteray, L'argent de la télévision, Monaco Paris, Éd. du Rocher,‎ 1996 (ISBN 978-2268022932).
  • Alain Griotteray, La droite molle : chronique d'une déroute méritée, Paris, Plon,‎ 1997 (ISBN 9782259026383)
  • Alain Griotteray, Une idée certaine de la France, Paris, Editions France-Empire,‎ 1998 (ISBN 978-2704808724) ouvr. collectif, avec Gilles William Goldnadel, Alexandre del Valle, Eric Zemmour, Chantal Delsol, Christian Jellen
  • La pensée unique : le vrai procès, ouvrage collectif (avec Jean Foyer, Michel Godet, Philippe Tesson, Jean-Pierre Thiollet, Françoise Thom…) ; Économica, 1998
  • Alain Griotteray, Voyage au bout de l'Allemagne : l'Allemagne est inquiétante, Monaco, Éd. du Rocher,‎ 1999 (ISBN 978-2268030135).
  • Alain Griotteray, Les années Jospin : chroniques du temps perdu, Paris, Syrtes,‎ 2000 (ISBN 978-2845450257).
  • Alain Griotteray, Lʹâme dʹun peuple : essais, Lausanne, LʹAge dʹhomme,‎ 2001 (ISBN 978-2825116203).
  • Alain Griotteray, Les raisons de ma colère, Monaco, Rocher,‎ 2002 (ISBN 978-2268042268).
  • Alain Griotteray, Je ne demande pas pardon, Monaco, Editions du Rocher,‎ 2001 (ISBN 978-2268038476).
  • Alain Griotteray, Mémoires : aimer et servir la France, Monaco Paris, Rocher Fallois,‎ 2004 (ISBN 978-2268049663).
  • Alain Griotteray, Diên Biên Phu : pourquoi en est-on arrivé la, Monaco, Rocher,‎ 2004 (ISBN 978-2268051109).
  • Alain Griotteray et Étienne Tarride, Non à la constitution : pour une certaine idée de l'Europe, Monaco, Éditions du Rocher,‎ 2005 (ISBN 978-2268054667).
  • Alain Griotteray, De Gaulle : encore et toujours, Lausanne, L'Age d'Homme,‎ 2006 (ISBN 978-2825136690).
  • Alain Griotteray, Ne l'appelez plus jamais France, Versailles, Editions de Paris,‎ 15 février 2007, 196 p. (ISBN 978-2851622037).
  • Alain Griotteray et Valéry Giscard d' Estaing, Mai 68 : des barricades ou des réformes, Monaco, Alphée,‎ 2008 (ISBN 978-2753802919).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Landrin, « Alain Griotteray », Le Monde, 6 septembre 2008
  2. a, b, c, d, e et f Philippe Goulliaud, « Décès d'Alain Griotteray, hussard de la droite », Le Figaro, 1er septembre 2008
  3. [1]
  4. Aux municipales de 2008, le résistant Alain Griotteray soutient Lesquen, Dati et Aliot, sur le site e-deo.net, avec la reproduction d'un article de l'hebdomadaire Minute
  5. « Alain Griotteray est décédé », Le Parisien, 1er septembre 2008
  6. « Alain Griotteray, co-fondateur de l'UDF, est mort », leparisien.fr avec AFP, 31 août 2008