Alain de Libera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alain De Libera)
Aller à : navigation, rechercher

Alain de Libera est un philosophe français né en 1948, spécialiste de philosophie médiévale ; il est, depuis 1985, directeur d'études à l'École pratique des hautes études, où il enseigne l'histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval, et, de 1997 à 2008, professeur à l'Université de Genève. Depuis la rentrée 2008, il enseigne de nouveau à l'École pratique des hautes études. Il est élu professeur au Collège de France[1] en 2012.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Alain de Libera a publié en 2007 et 2008 les deux premiers volumes de l' Archéologie du sujet. Cette histoire de la subjectivité publiée aux éditions Vrin (Bibliothèque d'histoire de la philosophie) se déploie dans la longue durée philosophique, et se veut « une histoire de la philosophie du sujet entendue comme histoire du sujet de la philosophie, une archéologie du savoir pensée dans l'horizon de l'histoire de l'Être »[2]. Le travail d'Alain de Libera se place ouvertement sous les auspices de Martin Heidegger et de Michel Foucault[3].

Le premier tome Naissance du sujet montre que le sujet n'est ni une création moderne, ni un concept psychologique, ni une invention de Descartes mais plutôt la sédimentation d'une dynamique sémantique, c'est-à-dire le mouvement d'un réseau de concepts (sujet, agent, acteur, auteur, acte, action, passion, suppot, hypostase, individu, conscience, personne, je, moi, Self, égoïté). Il montre dans ce premier volume comment une série de principes (attribution, imputation, appropriation) et de schèmes mis en place dans l'Antiquité tardive (Plotin, Porphyre, Augustin), élaborés au Moyen Âge (Bonaventure, Thomas d'Aquin), et mis à ban par l'invention de la conscience (Locke) à l'Âge classique, travaillent cette dynamique sémantique. Le tome 1 expose les éléments méthodologiques, les concepts (périchorèse, immanence psychique, intentionnalité), les schèmes (sujet, suppôt, hypostase, personne; attribution, action, inhérence, dénomination) et construit les outils historiques (attributivisme/attributivisme*, subjectité)[4].

Le deuxième volume, sous-titré La quête de l'identité porte plus précisément sur ce qui constitue le Moi. Sur ce qui dit Je et son identité à soi dans le temps. L'ouvrage revient sur l'effacement apparent, depuis l'Âge classique, du sujet devant le « Self » et la « Person » et affirme sa persistance dans la notion de personne. La thèse porte sur cette persistance du sujet par le truchement des deux schèmes théoriques forgés dans la pensée antique et médiévale : la subjectité et l'attributivisme. L'identité personnelle selon Strawson et Rorty sert ici de fil conducteur à une étude sur la longue durée, avec les outils du premier tome (Naissance du sujet[5]) de quelques figures remarquables du « double parasitage du sujet et de la personne, d'où est issue la notion moderne de sujet personnel »[6]. Autrement dit, l'ouvrage analyse comment le sujet, « d'abord simple récepteur passif, accède à la condition personnelle d'agent, comptable de ses pensées tout comme de ses actions »[7].

Ce second volume puise la matière de son questionnement aux sources médiévales, antiques et contemporaines et nourrit son "sujet" notamment par des questions classiques de la philosophie (problème médiéval du baptême des siamois ; problème lockéen des personnalités multiples ou des corps en multipropriété ; bateau de Thésée ; Jumelles de Bohème; théologie des sacrements; satire philosophique ; philosophie de l'esprit ; métempsycose ; quodlibets medievaux) et des sources plus standard de l'histoire de la philosophie (Martin Scribbler, Locke, Thomas d'Aquin, Henri de Gand, Duns Scot, Leibniz, Clarke, Butler, Reid, Catharine Trotter, Swift, Pope, Suarez, Cajetan, Franz Brentano et Martin Heidegger).

Dans L'art des généralités, publié en 1999, Alain de Libera développe cette méthode « relativiste » placée sous les auspices croisés de Robin G. Collingwood et de Michel Foucault qui consiste à affirmer que «toute thèse est [...] relative au monde qui l’a vu naître et la réclame, en même temps, pour être monde.Toute thèse philosophique est une thèse du monde. Le relativisme bien compris est un holisme, et pour cette raison il est aussi discontinuiste »[8]. Cette méthode est appliquée ici à une analyse archéologique de la question de l'abstraction : « Qu'est-ce qu'une idée abstraite ? Un être mathématique ? Un objet universel ? Une classe ? Une collection ? À quelle partie de la philosophie l'enquête incombe-t-elle ? La métaphysique, la logique ou la psychologie[9] ? » L'Art des généralités explore cette question de l'abstraction dans la « longue durée » de l'aristotélisme grec (Alexandre d'Aphrodise), latin (Boèce, Abélard) et arabe (Avicenne). L'idée générale de l'ouvrage consiste à dégager "les ruptures épistémiques, les complexes de problèmes, les réseaux d'arguments, les schèmes et les invariants structurels permettant, par leurs retours et leurs déplacements, d'inscrire dans un même espace conceptuel philosophie médiévale et philosophie moderne"[9]. L'art des généralités actualise une double discussion théorique entre le Moyen Âge et la modernité (Locke, Berkeley, Bolzano et Meinong entre autres) sur les questions centrales de la philosophie première; mais aussi entre la philosophie analytique et continentale. « Cette approche, écrit Chirine Raveton, est souvent qualifiée d’analytique ou d’anglo-saxonne, mais c’est tout à fait réducteur ; citons pour nous en convaincre un article précurseur du médiéviste français, Paul Vignaux, le maître d’ailleurs d’Alain de Libera, article de 1977 : "La problématique du nominalisme médiéval peut-elle éclairer des problèmes philosophiques actuels [4]?", dans lequel il établit une parenté entre le nominalisme d’Abélard et d’Occam et celui de la philosophie analytique contemporaine ; il dresse également un pont entre le nominalisme médiéval et la pensée de Leibniz et Hume. Il n’est donc pas nécessaire d’appartenir à la tradition analytique pour établir une continuité entre philosophie médiévale, philosophie moderne et philosophie contemporaine. On peut penser, dans une tout autre perspective, aux travaux de Jean-Louis Chrétien, qui se réapproprie philosophiquement, dans une veine phénoménologique, les textes patristiques et médiévaux[10]. »

Son ouvrage de 1996, La Querelle des universaux met en perspective les débats médiévaux et contemporains sur la question des universaux. Il traite conjointement la discussion qui, "depuis l’antiquité tardive, oppose et rassemble à la fois le platonisme et l’aristotélisme"[11] et le débat contemporain entre « nominalistes » et « réalistes ». Cet ouvrage décrit comment la question des universaux est un "condensateur d’innovations" où s'agencent des machines théoriques inédites qui opéreront comme points de frayage du Moyen Âge à nos jours : « l’invention de l’intentionnalité, la théorie du signe, la refonte des concepts d’essence et d’existence, etc. »[11].

En 1991, dans Penser au Moyen Âge, il défendait une approche pluraliste de la Raison. Selon lui, l'histoire de la raison ne se réduit pas à l'histoire de la philosophie. Il existe plusieurs usages de la raison ayant chacun leurs normes, leurs exigences propres. Ainsi, il y a une rationalité philosophique, une rationalité théologique, une rationalité juridique, une rationalité scientifique, etc. En tant qu'historien, il pense que chaque texte étudié doit être remis dans le contexte historique de sa norme rationnelle afin d'éviter de nombreux contresens et anachronismes.

Par exemple, le Traité décisif d'Averroès ne sera pas étudié comme un texte philosophique traitant des rapports de la raison et de la révélation, mais comme un avis juridique (une fatwa) portant sur le statut légal de la philosophie à l'intérieur de l'Islam.

Responsabilités éditoriales[12][modifier | modifier le code]

Codirecteur de la collection Études de philosophie médiévale (fondée par E. Gilson) aux éditions J. Vrin

Directeur de la collection Sic et non aux éditions J. Vrin

Codirecteur de la collection Vestigia aux éditions du Cerf

Editorial consultant de The New Synthese Historical Library, édition Kluwer Academic Publishers, Dordrecht/Boston/Londres

Membre du comité de rédaction des Archives d’Histoire Littéraire et Doctrinale du Moyen Âge

Codirecteur de la collection Des travaux aux éditions du Seuil

Membre du conseil de rédaction de la Revue de métaphysique et de morale

Membre du comité de rédaction de Critique

Réception[modifier | modifier le code]

Penser au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Pour le philosophe Frédéric Nef, « Penser au Moyen Âge énonce dans son titre l’ambiguïté de son programme : il s’agit pour son auteur, médiéviste et historien de la philosophie, de réfléchir sur notre attitude vis-à-vis du Moyen Âge et de retracer les conditions d’émergence de ce qu’on appelle « l’expérience de la pensée » au XIIIe siècle autour des condamnations de 1277, qui marquent la volonté de l’église de s’opposer à un aristotélisme trop radical, c’est-à-dire à la possibilité d’une béatitude humaine qui serait obtenue par la vie philosophique. »[13] L'ouvrage, selon l'auteur, vise à repenser la position de l'intellectuel dans la société contemporaine, le rapport occidental à la pensée et à se défaire des caricatures d'un obscurantisme médiéval[14].

Dans cet ouvrage, Alain de Libera avance que la culture scientifîco-philosophique « péripatéticienne », aux 12è et au 13è siècles, passe du monde arabo-musulman à l'Occident latin notamment grâce au travail des traducteurs. « Notre conviction est que l'histoire de l'aristotélisme occidental est, pour une large part, celle d'un emprunt — d'un emprunt aux Arabes. On peut encore exprimer cela plus brutalement en disant que le penseur européen des XIIIe et XIVe siècles est un produit d'importation »[14]. Les “Arabes” auraient ainsi favorisé la formation intellectuelle de l'Europe (affirmation « qu'il n’est pas possible de “discuter” à moins de nier l'évidence »[15]).

L'affaire Aristote au Mont-Saint-Michel[modifier | modifier le code]

Alain de Libera a été l'un des acteurs de la controverse opposant un collectif de 56 universitaires (dont Philippe Büttgen, Marwan Rashed, et Irène Rosier-Catach)[16] et d'autres chercheurs dans « l'affaire Aristote au mont Saint-Michel », une violente polémique sur l'apport du monde arabo-musulman au monde occidental, déclenchée lors de la parution du livre du même nom de Sylvain Gouguenheim[17],[18]. Dans le domaine des analyses académiques, les principales critiques adressées à l'ouvrage de Sylvain Gouguenheim sont exposées dans l'ouvrage collectif Les Grecs, les Arabes et Nous[19]. Le journaliste et essayiste Jean Sévillia a critiqué la démarche idéologique et politique qu'il attribue à Alain de Libera et qu'il juge évidente au vu de certaines de ses déclarations, comme lorsque ce dernier écrit, à propos de l'islamophobie sous-jacente de l’œuvre de Sylvain Gouguenheim : « Cette Europe-là n'est pas la mienne, je la laisse au "ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale" et aux caves du Vatican »[20].

C'est en effet l'idée d'un réseau d'échange intellectuel méditerranéen que Sylvain Gouguenheim conteste notamment dans son livre Aristote au Mont-Saint-Michel (2008). Il avance qu'il ne pouvait suivre Alain de Libera quand celui-ci « crédite l’Islam d’avoir effectué la " première confrontation de l’hellénisme et du monothéisme " - oubliant les Pères grecs ! »[21]. L'essayiste Guy Rachet par exemple a adressé une critique similaire aux théories d'Alain de Libera, soulignant que « c'est bien dans l'Antiquité, on peut dire dès les épîtres de saint Paul, et plus symboliquement lors de son séjour à Athènes, que s'est produite la première confrontation entre l'hellénisme, porteur de la raison, et du monothéisme totalement irrationnel »[22].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages philosophiques et littéraire[modifier | modifier le code]

  • La Philosophie médiévale, Paris, PUF, coll. "Que sais-je ?", 1989. (ISBN 2-13-051580-0).
  • Albert le Grand et la philosophie, Paris, Vrin, 1990. (ISBN 2-7116-1015-2).
  • Penser au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1991. (ISBN 2-02-013199-4). ; coll. "Points", 1996.
  • Averroès et l'averroïsme, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1991. (ISBN 2-13-044203-X)
  • La Philosophie médiévale, Paris, PUF, coll. Premier cycle, 1993. (ISBN 2-13-046000-3).
  • La Mystique rhénane. D'Albert le Grand à Maître Eckhart, Paris, Le Seuil, coll. "Points", 1994. (ISBN 2-02-021112-2).
  • « Le don de l’Islam à l’Occident », in C. David et J.-Ph. de Tonnac, éd., L’Occident en quête de sens, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 189-196.
  • La Querelle des universaux, de Platon à la fin du Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1996. (ISBN 2-02-024756-9).
  • Eckhart, Suso, Tauler, ou la Divinisation de l'homme, Paris, Bayard, 1996. (ISBN 2-227-32508-9).
  • Maître Eckhart et la Mystique rhénane, Paris, éditions du Cerf, 1999. (ISBN 2-204-05981-1).
  • L'Art des généralités. Théories de l'abstraction, Paris, Aubier, 1999. (ISBN 2-7007-3355-X).
  • Morgen Schtarbe (roman), Paris, Flammarion, 1999.
  • « Pour Averroès ». Introduction à Averroès. L'Islam et la Raison, Paris, GF-Flammarion, 2000, p. 9-76. (ISBN 2-08-071132-6).
  • La Référence vide. Théories de la proposition, Paris, PUF, 2002. (ISBN 2-13-051619-X).
  • Raison et Foi. Archéologie d'une crise, d'Albert le Grand à Jean-Paul II, Paris, Le Seuil, 2003. (ISBN 2-02-061287-9).
  • Thomas d'Aquin. L'Unité de l'intellect contre les averroïstes, Paris, Vrin, 2004. (ISBN 2-7116-1681-9).
  • Métaphysique et noétique. Albert le Grand, Paris, Vrin, 2005. (ISBN 2-7116-1638-X).
  • Archéologie du sujet. I. Naissance du sujet, Paris, Vrin, 2007. (ISBN 978-2-7116-1927-6).
  • Archéologie du sujet. II. La Quête de l'identité, Paris, Vrin, 2008. (ISBN 2-7116-1974-5).
  • Archéologie du sujet III. La double révolution.L'acte de penser, 1, Paris, Vrin, 2014. (ISBN 978-2-7116-2533-8).
  • Les Latins parlent aux Latins, in Ph. Büttgen, A. de Libera, M. Rashed & I. Rosier-Catach, éd., Les Grecs, les Arabes et nous: Enquête sur l'islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009. (ISBN 978-2-213-65138-5).

Traductions et présentations[modifier | modifier le code]

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Avec Emile Zum Brunn : Maître Eckhart. Métaphysique du Verbe et théologie négative, éd. Beauchesne, 1997. (ISBN 2-7010-1072-1).
  • Avec Claude Gauvard et d'autres spécialistes : Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 1re édition, 2002, (ISBN 2-13-053057-5).
  • Avec Philippe Büttgen, Marwan Rashed, Irène Rosier-Catach : 'Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l'islamophobie savante', Paris, Fayard, 2009.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Docteur honoris causa de l'Université Laval de Québec (2013)
  • Corresponding Fellow de la British Academy (depuis 2012)
  • Chevalier des Palmes académiques (2006)
  • Chevalier de l'Ordre national du mérite (2004)


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.college-de-france.fr/site/alain-de-libera/course-2013-2014.htm
  2. De Libera Alain, Archéologie du sujet. I. Naissance du sujet, Vrin, Paris, 2007
  3. Fournier Jean-Baptiste, "Alain de Libera en quête d'identité", 12 novembre 2008 (http://www.nonfiction.fr/article-1809-alain_de_libera_en_quete_de_lidentite.htm)
  4. a et b Ibid.
  5. Op.Cit.
  6. De Libera, Archéologie du sujet. t.2 La quête de l'identité, Vrin, Paris, 2008
  7. Ibid.
  8. A. de Libera, «Retour de la philosophie médiévale?», in Le Débat, 72 (1992), p. 155-169.
  9. a et b Alain de Libera, L’art des généralités, Paris, Aubier, 1999.
  10. Chirine Raveton, "Pourquoi et comment étudier la philosophie médiévale?", In. Klēsis - Revue de philosophie no 11, 2009.
  11. a et b Alain de Libera, La Querelle des universaux, Paris, Seuil, 1996.
  12. http://lem.vjf.cnrs.fr/spip.php?article113
  13. Nef Frederic, « L'âge moyen (à propos de "Penser au Moyen Âge" de Alain de Libera)», In. "Multitudes", mis en ligne en mars 1993 [1]
  14. a et b Penser au Moyen Âge, Éd. du Seuil, 1991, p. 19-20
  15. ibid, p. 21
  16. Büttgen P., de Libera A., Rashed M., Rosier-Catach I., Les Grecs, les arabes et nous. Enquête sur l'islamophobie savante, Fayard, 2009
  17. Pour Alain de Libera, « L’hypothèse du Mont-saint-Michel, chaînon manquant dans l’histoire du passage de la philosophie aristotélicienne du monde grec au monde latin hâtivement célébrée par l’islamophobie ordinaire, a autant d’importance que la réévaluation du rôle de l’authentique Mère Poulard dans l’histoire de l’omelette » dans Landerneau terre d'Islam, article paru dans Télérama le 28 avril 2008
  18. Sur la réception d'un livre de Sylvain Gouguenheim, André Perrin, mezetulle.net, 28 mars 2009
  19. Op. Cit.
  20. Jean Sévillia, Historiquement incorrect, Paris, Le Livre de Poche, 2011, p. 80.
  21. Le médiéviste et les nouveaux inquisiteurs, André Perrin, mezetulle.net, 28 mars 2009
  22. Guy Rachet, Les racines de notre Europe sont-elles chrétiennes et musulmanes ?, Paris, Jean Picollec, 2011, p. 302.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandrine Schniewind (dir.), Christophe Erismann (dir.), Compléments de substance. Études sur les propriétés accidentelles offertes à Alain de Libera, éd. Vrin, 2008. (ISBN 2-7116-1993-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]