Al-Tirmidhî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Al-Tirmidhî (824-892) ne doit pas être confondu avec le maître soufi Al-Hakim al-Tirmidhî (mort en 910).
Abū ‘Īsā Muḥammad ibn ‘Īsā ibn Sawra ibn Mūsā ibn al-Daḥḥāk al-Sulamī al-Tirmidhī[1]. Né en 824 dans le village de Būgh, une banlieue de Tirmidh (Termez, en Ouzbékistan), situé sur les rives du fleuve de Jīhūn (Amou Daria). Sa famille appartenait aux Banū Sulaym. Dès son enfance, il se montra désireux d’apprendre l'islam et étudia auprès des savants de son village puis, à l’âge de vingt ans, se mit à voyager et se rendit dans le Khurāsān, à Kufa, puis en Iraq, à Bassorah et dans le Hijāz, auprès de grands traditionnistes tels que Bukhārī, qui joua un rôle clef dans sa formation à la fois en matière de hadith et de jurisprudence islamique, et Muslim ou encore de spirituels tels qu’Abū Dāwūd al-Sijistānī. Il écrivit neuf ouvrages dont al-Jāmi, référence incontournable, une des six compilations de hadith canoniques de l’islam sunnite, et al-Ilal, où il exposa, entre autres, la méthode qu’il avait adoptée dans la composition d’al-Jāmi‘, sont les plus connus et dont seulement quatre nous sont parvenus. On lui doit d’avoir établi diverses définitions et une terminologie classificatrice plus précise en matière de science du hadith. Il compte parmi les grands traditionnistes de l’islam. Sa droiture et sa piété l’ont rendu célèbre. Par crainte de Dieu, il pleurait abondamment au point de finir par en perdre la vue les deux dernières années de son existence. Il mourut dans sa ville natale le 9 octobre 892. On lui doit aussi le fameux al-Shamā’il al-Muhammadiyya traitant des qualités et des vertus du prophète Mahomet, “Le Livre de l’Ascétisme”, Kitāb al-Zuhd, et enfin le Kitāb al-Asmā’ wa l-Kunā[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. أبو عيسى محمد بن عيسى بن سورة بن موسى بن الضحاك السلمي الترمذي)
  2. Source : Le Livre des Haltes, Émir Abd el-Kader, trad. de Abdallah Penot, Dervy, Paris 2008, avec l’aimable autorisation de M. Jean Annestay.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]