Al-Muzaffar Rukn ad-Dîn Baybars al-Jashankir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baybars (homonymie) et Rukn ad-Dîn.

Al-Muzaffar Rukn ad-Dîn Baybars al-Jashankir[1] ou Baybars II est le sultan mamelouk bahrite d'Égypte en 1309. Il décède en 1310.

Biographie[modifier | modifier le code]

Baybars al-Jashankir est un Mamelouk de Qala'ûn promu au rang de goûteur (jashankir[2]) du sultan[3].

En janvier 1299, An-Nâsir Muhammad est élu sultan pour la deuxième fois mais il n'a encore que quatorze ans et reste sous la tutelle de deux émirs rivaux : Rukn ad-Dîn Baybars et Sayf ad-Dîn Salâr[4],[5]. Baybars est le majordome (ustadar[6]) du jeune sultan[3]

Au cours de années, An-Nâsir Muhammad supporte de moins en moins la tutelle des deux émirs. Il tente de les faire arrêter mais renonce devant les risques d'une telle opération. En 1309, il prétend faire le pèlerinage à La Mecque accompagné de ses deux tuteurs. Il s'arrête à Al-Karak et les prévient qu'il ne poursuivra pas son chemin vers La Mecque. Les deux émirs le somment alors d'abdiquer, ce qu'il fait sur le champ et Rukn ad-Dîn Baybars se fait élire sultan. An-Nâsir Muhammad reçoit néanmoins le soutien des gouverneurs de Homs et d'Alep qui lui étaient favorable[7]. Les menaces de Rukn ad-Dîn Baybars restent sans effets car An-Nâsir Muhammad parvient à réunir une armée plus forte que celle de son rival. Sayf ad-Dîn Salâr prend le parti de rejoindre An-Nâsir Muhammad[8]. Rukn ad-Dîn Baybars abdique et s'enfuit. Il est rattrapé et étranglé devant An-Nâsir Muhammad. Sayf ad-Dîn Salâr est arrêté et sa fortune est confisquée[9], on le laisse mourir de faim. Le 5 avril 1310, An-Nâsir Muhammad monte sur le trône pour la troisième fois[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en arabe : al-muẓaffar rukn al-dīn baybars al-jāšankīr, المظفر ركن الدين بيبرس الجاشنكير « le victorieux, soutien de la religion ».
  2. Jashandir en arabe : جاشنكير est un arabisation du persan : čāšanīgīr, چاشنیگیر « goûteur »
  3. a et b « Sultan Baybars Al-Jashankir », sur L’Égypte éternelle
  4. André Clot dans son ouvrage l'appelle Sayf al-Din Safar mais son nom est en arabe : sayf al-dīn salār, سيف الدين سلار.
  5. André Clot, op. cit., « L'âge d'or », p. 122
  6. Ustadar en persan : ustādār, استادار « majordome »
  7. André Clot, op. cit., « L'âge d'or », p. 124
  8. a et b André Clot, op. cit., « L'âge d'or », p. 125
  9. Ibn Khaldoun cite une partie de l'inventaire des biens confisqués à Sayf ad-Dîn Salâr :

    « Quelque temps après, quand an-Nâsir eut reconquis le pourvoir, il disgracia Sallâr et confisqua son trésor. J'ai pris connaissance de l'inventaire de celui-ci, dont j'extrais ce qui suit :

    • Hyacinthes jaunes et rubis : 4 livres et demie
    • Émeraudes : 19 livres
    • Diamants et saphirs : 300 grandes pièces
    • Chatons divers : 2 livres
    • Perles rondes pesant entre 1 mithqâl et 1 dirham : 1 150 pièces
    • Pièces d'or : 1 400 000 dinars
    • Un bassin plein d'or pur
    • Des sacs pleins d'or découverts entre deux murs. On n'en connaît pas le nombre.
    • Dirhams : 2 071 000
    • Joyaux : 4 quintaux

    Une quantité équivalente d'effets, de meubles, de chevaux, de bêtes de somme, de récoltes, de bétail, d'esclaves mâles et femelles, d'immeubles. »

    — Ibn Khaldoun (trad. Abdesselam Cheddadi), Le Livre des exemples, vol. I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade »,‎ 2002, 1560 p. (ISBN 2-07-011425-2), « Réalisations et puissance originelle », p. 455.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Clot, L'Égypte des Mamelouks 1250-1517. L'empire des esclaves, Perrin,‎ 2009, 474 p. (ISBN 978-2-262-03045-2)
  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2004, 1056 p. (ISBN 978-2-13-054536-1), « Mamlouks syro-égyptiens », p. 526-529