Al-Mansûr Sayf ad-Dîn Qala'ûn al-Alfi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mansur et Sayf ad-Dîn.

Al-Mansûr Sayf ad-Dîn Qala’ûn al-Alfî[1], aussi connu sous le nom de Qala’ûn ou Kélaoun, est un sultan mamelouk bahrite d’Égypte de 1279 à 1290.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait nommer Sultan le fils aîné de Baybars, Baraka. Constatant son incompétence à gouverner, Qala'ûn l'écarte du pouvoir. Il se fait alors nommer régent de Salamish, le frère cadet, en août 1279. En septembre 1279, il prend le pouvoir. Il mène alors une politique d’alliance avec les Kiptchak et Byzance contre les Il-Khan d’Iran. Il vainc les mongols d’Abaqa près de Homs (1281) grâce à la neutralité des Francs de Saint Jean d'Acre.

Le 25 mai 1285, il prend la forteresse des Hospitaliers de Marchat (Marqab). En mars 1289, il assiège Tripoli de Syrie, qui tombe le 27 avril. Une partie de la population parvient à s’enfuir par la mer, mais le reste des hommes est massacré, les femmes et les enfants sont réduits en esclavage. La ville, pillée, est démolie et rasée.

Pressé par ses émirs d’en finir avec les Francs d’Acre, Qala’ûn refuse de violer le traité de 1283 et renouvelle la trêve pour dix ans en juillet 1289. Il encourage les musulmans à profiter d’Acre pour leurs échanges avec l’Occident, par l’intermédiaire des commerçants vénitiens et des Templiers, devenus les principaux banquiers de Syrie, et des marchands damascènes. Le port d’Acre connaît une période de prospérité. Cependant, au lendemain de la chute de Tripoli, le roi d’Acre Henry dépêche des messagers à Rome pour demander des renforts.

Une importante flotte occidentale chargée de croisés arrive à Acre au milieu de l’été suivant. Des marchands damascènes sont assaillis dans les rues, dévalisés et laissés pour morts par les nouveaux venus. Les autorités parviennent à rétablir l’ordre, mais la situation se détériore fin août. Qala’ûn profite de la situation. Il envoie à Acre une ambassade pour demander des explications et pour que les assassins lui soient livrés. Devant le refus des Francs, le sultan brise la trêve. Le 4 novembre 1290, l’armée mamelouk s’ébranle. Mais le lendemain Qala’ûn tombe malade. Il fait jurer à ses émirs et à son fils Khalil de terminer la campagne, et meurt moins d’une semaine plus tard.

Son successeur, Khalil, prendra Acre le 17 juin 1291.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : al-manṣūr sayf ad-dīn qalāʾūn al-ʾalfī, المنصور سيف الدين قلاوون الألفى, al-manṣūr sayf ad-dīn : Le vainqueur, glaive de la religion, al-ʾalfī : le millier

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2004, 1056 p. (ISBN 978-2-13-054536-1), « Mamlouks syro-égyptiens », p. 526-529
  • André Clot, L'Égypte des Mamelouks 1250-1517. L'empire des esclaves, Perrin,‎ 2009, 474 p. (ISBN 978-2-262-03045-2)
  • (en) Clifford Edmund Bosworth, The new Islamic dynasties: a chronological and genealogical manual, Edinburgh University Press, 389 p. (ISBN 978-0-7486-2137-8, lire en ligne), « The Baḥrī line 648-792/1250-1390 », p. 76