Al-Hakim Ier (Abbasside du Caire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hakim.

Abû al-`Abbas Ahmad al-Hâkim Ier[1] ou Al-Hâkim Ier (vers 1247[2]-1302) est le deuxième calife abbasside au Caire de 1262 à 1302. Il débute son règne sous la tutelle du sultan mamelouk bahrite Baybars. Abû al-`Abbas Ahmad est le descendant d'Abû Ja`far ar-Râchid bi-llah, 30e calife abbasside de Bagdad, à la quatrième génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1261, le sultan mamelouk baharite Baybars voit arriver au Caire Abû al-Qâsim Ahmad dernier Abbasside survivant du massacre de 1258. Abû al-Qâsim Ahmad est l’oncle d’Al-Musta'sim, le 37e et dernier calife de Bagdad, le fils d’Az-Zâhir (35e calife) et le frère d’Abû Ja`far Al-Mustansîr (36e calife). Il devient le nouveau calife sous le nom d’Al-Mustansîr.

Désireux de reconquérir Bagdad, il demande à Baybars de lui fournir des troupes. Baybars ne lui fournit qu’une armée de trois-milles bédouins au lieu des dix-milles demandés[3].

Al Mustansîr part pour Damas le 19 octobre 1261. Sur les rives de l’Euphrate, il retrouve Abû al-`Abbas Ahmad alors âgé seulement d’une quinzaine d’années[3]. Après avoir traversé le fleuve, les deux Abbassides se heurtent aux Mongols à Al-Anbar. Les troupes abbassides sont défaites par leurs adversaires. Al Mustansîr meurt et disparaît dans la bataille. Abû al-`Abbas Ahmad parvient à fuir et à rentrer au Caire. Baybars l’accueille. Le vendredi suivant[4] il est intronisé calife avec le titre d’Al-Hâkim bi-'Amr Allah mais ne jouit en réalité d’aucun pouvoir et vit reclus dans la citadelle du Caire[3].

Au cours de son règne il va voir se succéder les sultans mamelouks :

Les fils de Baybars
Qala'ûn et ses fils
Interrègne d'An-Nâsir Muhammad
Retour d'An-Nâsir Muhammad

Fin 1298[5], pendant le règne de Lajin, Al-Hâkim Ier fait le pèlerinage à La Mecque avec toute sa famille, le sultan lui donne 700 000 dirhams pour ce voyage[6].

Al-Hâkim Ier décède au début de l'année 1302[7], son fils Sulaymân lui succède sous le nom d'Al-Mustakfî Ier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en arabe : ʾabū al-ʿabbās ʾaḥmad al-ḥākim biʾamr allāh, أبو العباس أحمد الحاكم بأمر الله, « souverain par la volonté de Dieu ».
  2. Il a une quinzaine d'années en 1262, d'après André Clot, op. cit., « Le calife au Caire », p. 58
  3. a, b et c André Clot, op. cit., « Le calife au Caire », p. 57-58
  4. 22 novembre 1262 / 8 muḥarram 661, d'après (en) Akbar Shah Najeebabadi, History of Islam, vol. 2, Darussalam (ISBN 978-9960-892-88-7, lire en ligne), « The Caliphate of the Abbasids (Third Phase) », p. 590, mais c'est un mercredi.
  5. septembre 1298 / ḏū al-ḥijja 697
  6. Li Guo et Mūsá ibn Muḥammad Yūnīnī, Early Mamluk Syrian historiography: Al-Yūnīnī's Dhayl Mirʼāt al-zamān, vol. 21 : Islamic history and civilization, BRILL,‎ 1998, 241 p. (ISBN 978-90-04-11028-1, lire en ligne), p. 107
  7. 19 janvier 1302 / 18 jumādā al-ʾūlā 701, d'après (en) Akbar Shah Najeebabadi, History of Islam, vol. 2, Darussalam (ISBN 978-9960-892-88-7, lire en ligne), « The Caliphate of the Abbasids (Third Phase) », p. 590

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]