Al-Bara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bara
Albara, (ar)بارة, قلعة ابو سفياب
Ruines de Bara
Ruines de Bara
Localisation
Pays Syrie Syrie
Gouvernorat Idlib
Principauté d'Antioche
Coordonnées 35° 40′ 55″ N 36° 31′ 35″ E / 35.682072, 36.526451 ()35° 40′ 55″ Nord 36° 31′ 35″ Est / 35.682072, 36.526451 ()  

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bara
Bara

Bara, El-Bara, Al-Bara ou Albara (en arabe : bāra, بارة, ou qalaʿa ʾabū sufyān, قلعة ابو سفياب) est une des villes mortes du Jebel Riha au nord-ouest de la Syrie, située à 25 km de Ma'arrat al-Numan, environ à 65 km au nord de Hama et à 80 km au sud-ouest d'Alep.

Les ruines forment un vaste ensemble éparpillé sur plusieurs collines boisées (maquis, oliviers). C'était un riche bourg agricole fondé au IVe siècle sur une route commerciale importante entre Antioche et Apamée, dont l'économie était basé sur la production d'huile d'olive et de vin. Il se développe grâce aux moines qui s'y installent : entre le Ve et le VIIe siècle sont construits cinq églises, trois monastères et deux tombeaux pyramidaux. La ville devait alors accueillir jusqu'à 5000 habitants.

C'est le siège d'un évêché byzantin jusqu'à l'arrivée des croisés. Une bataille y a lieu le 31 décembre 1097, durant laquelle Bohémond de Tarente et Robert de Flandre mettent en fuite une forte troupe de Turcs venus au secours d'Antioche assiégée[1]. La ville est prise en septembre 1098 par Raymond de Saint-Gilles. Al-Bara constitue dès lors une des pièces défensives de la principauté d'Antioche outre-Oronte avec Apamée. Puis elle est conquise par l'émir ortoqide l'Alep Balak en 1123[2], qui y édifie une forteresse, le Qalaat Abou Sofian (ou Abu Safyan). Elle retourne aux croisés à une date inconnue, puis en 1148 Nur ad-Din la leur prend définitivement[3].

Al-Bara, détruite par les tremblements de terre de 1157 est de 1170, est abandonnée et disparait des chroniques à la fin du XIIe siècle. Un village est construit à proximité au début du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heinrich Hagenmeyer, Chronologie de la première croisade, 1094-1100, Hildesheim, G. Olms,‎ 1973, 344 p. (ISBN 978-3-487-04756-0, LCCN 73175187, résumé), p. 118
  2. (en) Jean Richard, The Crusades, c. 1071-c. 1291, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1999, poche, 516 p. (ISBN 978-0-521-62566-1, LCCN 98043850, résumé, lire en ligne), p. 137
  3. Haut Commissariat de la République française en Syrie et au Liban, Syria: revue d'art oriental et d'archéologie, Volume 25, P. Geuthner,‎ 1948 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]