Al-Aʿšā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Maymûn Al-Aʿšā (590-629) (arabe : ميمون اَلأَعْشَى) est un poète bachique né dans le village de Manfuha.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce poète du VIIe siècle est un itinérant, surnommé « La cymbale des arabes ». Quasiment poète professionnel, il est l'auteur d'œuvres qui célèbrent les chefs de son temps, mais le panégyrique du prophète[1] qui lui est attribué ne semble pas authentique.

Il aborde tous les thèmes amoureux, bachiques, guerriers, naturalistes caractéristiques de la poésie de l'époque ; l'une de ses odes est parfois incluse dans la Mu'allaqât, qui est un ensemble de poèmes pré-islamiques.

Il meurt en 629 en tombant de sa monture alors qu'il retournait dans la région d'Al-Yamâma.

Extrait[modifier | modifier le code]

Le poème inclus dans la Mu'allaqât, traduit par Jacques Berque, commence ainsi :

Adieu, Hurayra
La caravane s'ébranle
Mais es-tu bien, toi, l'homme, capable d'un adieu

Une blancheur au front, les cheveux touffus, les dents pures
précautionneusement elle marche
comme endolorie dans la glaise /
son allure quand elle revient de la tente de la voisine
est celle du nuage qui passe ni lent ni pressé
tu entends ses bijoux chuchoter à chaque fois qu'elle se tourne
...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les dix grandes odes arabes de l'Anté-Islam, Les Mu'allaquât traduites et présentées par Jacques Berque, La bibliothèque arabe, Éditions Sindbad (1979)
  • Le Guetteur de mirages. Cinq poèmes préislamiques d'al-A‘shâ Maymûn, ‘Abîd b. al-Abras et al-Nâbigha al-Dhubyânî traduits de l'arabe et commentés par Pierre Larcher, Petite bibliothèque de Sindbad. Paris et Arles : Sindbad/Actes Sud (2004).
  1. Caussin de Perceval, Essai sur l'histoire des arabes, 1847

Voir aussi[modifier | modifier le code]