Akram Ojjeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Akram Ojjeh (1918-1991) était un homme d'affaires, multi-milliardaire saoudien - d'origine syrienne - de Damas. Sa troisième femme fut Nahed Ojjeh, fille du général Mustafa Tlass, ancien ministre syrien de la défense et probable chef effectif des services secrets syriens.

Akram Ojjeh a fondé dans les années 1970 le Groupe TAG, une société holding hautement diversifiée, dotée d'un capital social de $ 100 millions entièrement détenu à l'origine par lui-même et ses deux fils aînés, Mansour Ojjeh et Aziz Ojjeh.

Ventes d'armes[modifier | modifier le code]

Il fut conseiller du ministre saoudien de la Défense, et joua un rôle d'intermédiaire dans de grands marchés d’armement, notamment entre la France et l’Arabie saoudite.

Comme Samir Traboulsi, les trois frères Al-Fayed de Londres, et Adnan Kashoggi, Akram Ojjeh fit partie des intermédiaires qui bâtirent des fortunes colossales dans les années 1970-1980 en s'installant opportunément à la croisée de la diplomatie, du « renseignement » et des affaires.

Les groupes français Thomson-CSF, Matra, Dassault passèrent par Akram Ojjeh pour tous leurs gros contrats d'armement, au centre du système de recyclage des pétrodollars. Ainsi, au début des années 1970, Akram Ojjeh signa avec Hugues de l'Estoile, alors directeur de l'armement, un accord réservant une commission de 7 % chacun sur toutes les ventes d'armement de Paris à Riyad. La SOFRESA (Société française d'exportation de systèmes avancés), une émanation de la DGA (Délégation générale pour l'armement) dont le siège social est à Saint-Cloud, reversait à Akram Ojjeh de confortables commissions à hauteur au moins de 7 % du montant des contrats signés entre l'Arabie Saoudite et la France.

Akram Ojjeh est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1950, sous Vincent Auriol. Il fut promu Officier de la Légion d'honneur en 1974 par Valéry Giscard d'Estaing, puis commandeur par Charles Hernu, en 1983.

Akram Ojjeh avait pour principale structure d'investissement le Groupe TAG, acronyme de Techniques d'Avant Garde, fondé en 1975 en Suisse et au Luxembourg. Propriété aujourd'hui de ses héritiers, le Groupe TAG est notamment propriétaire de 15 % du capital de l'écurie de Formule 1 McLaren.

Paquebot France[modifier | modifier le code]

Akram Ojjeh fut propriétaire du paquebot France, acheté le 24 octobre 1977 pour 80 millions de francs et revendu le 25 juin 1979 à l'armateur norvégien Knut Ulstein Kolster, propriétaire de la société Norwegian Caribbean Line, pour 77 millions de francs. Il fut aussi propriétaire d'une version du tableau de Fragonard Le Verrou.

Références[modifier | modifier le code]

  • Ariane Chemin, « Les dîners de madame Ojjeh », dans Le Monde, 3 octobre 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]