Akermanite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Akermanite[1]
Catégorie IX : silicates[2]
Général
Classe de Strunz 9.BB.10
Formule brute Ca2MgO7Si2Ca2 Mg Si2 O7
Identification
Masse formulaire[3] 272,628 ± 0,011 uma
Ca 29,4 %, Mg 8,92 %, O 41,08 %, Si 20,6 %,
Couleur incolore; gris jaunâtre; grisâtre; vert; brun; gris blanc
Classe cristalline et groupe d'espace Tétragonale-scalénoédrique ; P\bar{4}2_1m.
Système cristallin Quadratique
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage Distinct sur {001}, indistinct sur {110}
Cassure irrégulière; conchoïdale
Habitus Prismatique; massif; grenu; tabulaire
Échelle de Mohs de 5,00 à 6,00
Trait blanc
Éclat vitreux; résineux
Propriétés optiques
Indice de réfraction w=1.632, e=1.64
Biréfringence Uniaxial (+);0.0080
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Transparent - Translucide
Propriétés chimiques
Densité 2,94
Température de fusion 1454 °C
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’akermanite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des sorosilicates de formule Ca2 Mg Si2 O7 avec des traces : Ti;Al;Fe;Mn;Zn;Na

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste Vogt en 1884. Dédié au métallurgiste suédois Anders Richard Åkerman (1837-1922)[4].

Topotype[modifier | modifier le code]

Monte Somma, Complexe volcanique Somma-Vésuve, Naples, Campanie Italie.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle :a = 7,84 Å, c = 5,01 Å, Z = 2; V = 307,94 Å3
  • Densité calculée = 2.94

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle forme une série avec la gehlénite. Si l'on compare la formule de l'akermanite et celle de la gehlénite, on voit que dans le groupement [Si2O7]6- un atome de silicium est remplacé par un atome d'aluminium, l'électroneutralité provenant du remplacement d'un cation bivalent (le magnésium) par un cation trivalent (l'aluminium).
  • Appartient au groupe de la mélilite.

Groupe de la mélilite[modifier | modifier le code]

Ce sont des silicates qui ont pour formule générale [8]X2[4]Y[4]Z2O7, où [N] signifie nombre de coordination N.

Ce groupe comprend plusieurs minéraux, les plus importants étant les suivants :

  • Akermanite : X = Ca, Y = Mg, Z = Si ; Ca2MgSi2O7
  • Gehlénite: X = Ca, Y = Al, Z = (Al,Si) ; Ca2Al[AlSiO7]
  • Mélilite : X = (Ca,Na), Y = (Mg,Fe,Al), Z = (Al,Si) ; (Ca,Na)2(Mg,Fe,Al)[(Al,Si)SiO7]
  • Okayamalite : X = Ca, Y = B, Z = (Si,B) ; Ca2B(BSiO7)
  • Hardystonite : X = Ca, Y = Zn, Z = Si ; Ca2ZnSi2O7
  • Gugiaite : X = Ca, Y = Be, Z = Si ; Ca2BeSi2O7

Tous ces minéraux ont une symétrie tétragonale et un groupe d'espace P\bar{4}2_1m.

Gîtologie[modifier | modifier le code]

  • L'akermanite est un minéral produit par le métamorphisme des calcaires et dolomies silicieuses, et dans les magmas alcalins riches en calcium.

CaMgSi2O6 (diopside) + CaCO3 → Ca2MgSi2O7 + CO2 À plus haute température, l'akermanite est instable et réagit avec la calcite :

Ca2MgSi2O7 + CaCO3 → Ca3MgSi2O8 (mérinite) + 2β-Ca2SiO4 (larnite) + CO2 Inversement, par diminution de la température et de la pression, l’akermanite peut se décomposer :

Ca2MgSi2O7 → CaSiO3 (wollastonite) + CaMgSiO4 (monticellite)

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
Steinbruch Caspar, Bellerberg Vulkan, Ettringen, Mayen, Eifel, Rhin-Palatinat [5]
  • Canada
Quebec Columbium Ltd. Property, Oka complex, Oka, Deux-Montagnes RCM, Laurentides [6]
  • Italie
Monte Somma, Complexe volcanique Somma-Vésuve, Naples, Campanie[7] Topotype

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Neues Jahrbuch für Mineralogie, Monatshefte,1(1981)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. MINER Database von Jacques Lapaire - Minéraux et étymologie
  5. . Wittern: Mineralfundorte in Deutschland, Schweizerbart (Stuttgart), 2001
  6. SABINA, A.P. (1968), revised (1983) Rocks and Minerals for the collector. Kingston, Ontario to Lac St-Jean, Quebec. Geological Survey of Canada paper 67-51 (1968), Misc. Report No. 32 (1983), 46-49.
  7. Lapis 1994:5 p.13-23,58