Akaroa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 48′ S 172° 57′ E / -43.8, 172.95 Akaroa est un village situé dans la péninsule de Banks dans l'Île du Sud en Nouvelle-Zélande. À présent, il est possible d'admirer un bras de l'océan Pacifique qui remonte jusqu'à Akaroa. À une distance de 75 kilomètres de Christchurch, la ville la plus proche, le village comptait 576 habitants au recensement de 2001.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a environ mille ans les Polynésiens peuplaient la Nouvelle-Zélande, la vallée d'Akaroa y compris, celle-ci fut donc habitée par plusieurs tribus maories.

Bien des années plus tard, James Cook découvrit, en 1770, la péninsule de Banks qu'il nomma ainsi en l'honneur de son botaniste, Joseph Banks. Il était persuadé à ce moment-là que la péninsule était en fait une île, erreur compréhensible lorsque l'on voit l’eau qui entoure la majeure partie de celle-ci.

En 1830, les Anglais intensifient leur présence en Nouvelle-Zélande et y développent le troc avec les populations indigènes.

Beaucoup de Maoris moururent après être entrés en contact avec des européens : ils n'étaient pas adaptés aux maladies européennes et le mousquet apporté par les colons donna de nouvelles proportions aux guerres inter-tribus.

Tentative de colonisation française[modifier | modifier le code]

Quelques années plus tard, quelques baleiniers français menaient leurs activités près de la Nouvelle-Zélande, la zone de pêche à la baleine étant excellente, le capitaine Jean-François Langlois eut donc l'idée de créer une colonie française en Nouvelle-Zélande afin d'éviter de parcourir la moitié de la planète pour obtenir de l'huile de baleine. Il acheta la péninsule aux Maoris pour mille francs et leur donna un premier versement de 150 francs sous forme de troc, le restant du paiement devant se faire au moment de la prise de possession du territoire à leur retour. Le capitaine retourna donc en France et fit les démarches nécessaires pour qu'une expédition de colonisation soit envoyée sur l'île sud de la Nouvelle-Zélande. Il faudra attendre jusqu'en 1840 pour qu'un petit groupe de français venus de Paris et dirigé par Lavaud revienne en Nouvelle-Zélande pour une colonisation. Mais les Anglais avaient déjà la souveraineté de l'île du nord et, avec le traité de Waitangi, il était facile de prendre possession de la totalité de la Nouvelle-Zélande. Ce qui arriva quelques semaines avant le retour des Français. Par la suite, les Français ont dû se contenter de deux villages au lieu de l'île entière, un de ceux-ci étant Akaroa.

Mais, si ces colonies n'étaient pas destinées à survivre bien longtemps, un certain nombre de Kiwis (habitants de Nouvelle-Zélande) sont descendants de colons français.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

On peut toujours voir des traces de l'influence française dans le village d'Akaroa, par exemple dans les noms de rue comme la rue Lavaud ou la station-service « l'Essence », mais plus personne n'y parle la langue de Molière.

Ce village très touristique grâce à son histoire attire beaucoup de monde durant la période estivale. Chaque année, on célèbre le Festival français d'Akaroa (Akaroa FrenchFest).

Liens externes[modifier | modifier le code]