Aka (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aka (pygmées))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aka.

Aka

Description de cette image, également commentée ci-après

Famille Ba'Aka en République démocratique du Congo

Populations significatives par région
Autres
Langues

aka

Ethnies liées

Bakas

Le peuple Aka est un peuple de pygmées nomades d’Afrique centrale, vivant principalement dans le sud de la République centrafricaine, ainsi que dans le nord de la République démocratique du Congo.

Ce peuple de chasseurs-cueilleurs entretient des relations de commerce avec les fermiers Ngbandi.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe de très nombreuses variantes : Akas, Baaka, Ba.Aka, Babenga, Babenjelle, Ba.Benjelle, Babenzele, Ba.Benzele, Babinga, Babingas, Bambenga, Bambenzele, Ba.Mbenzele, Bayaga, Bayaka, Beká, Benjelle, Biaka, Binga, Bingas, Mbaka, Mbenzele, Mbinga, Mòáka, Nyoyaka, Pygmées Aka, Tara-Baaka, Yadinga[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Leur complexe musique polyphonique a été étudiée par plusieurs musicologues comme Simha Arom, qui a réalisé plusieurs enregistrements[2] sur le terrain, et Mauro Campagnoli, qui a étudié leurs instruments et les a comparés avec ceux d'autres peuples pygmées comme les Bakas. Des compositeurs occidentaux contemporains tels que György Ligeti, Steve Reich et le pianiste Pierre-Laurent Aimard se sont intéressés à leur musique. Le trio Aka moon a, quant à lui, basé une grande part de son répertoire sur l'étude des musiques pygmées.

Les traditions orales du peuple Aka font partie du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l’UNESCO depuis 2003.

Une étude sur les relations par société entre les pères et leurs enfants a élu les Akas « meilleurs pères du monde »[3],[4]. Les pères Aka passent plus de temps en contact étroit avec leurs enfants que ceux de toute autre société. Ils donnent aussi le sein aux bébés pour les calmer en l'absence de leur mère. De plus, les liens entre époux sont très forts, la mère et le père partagent la chasse, la préparation de la nourriture, les activités sociales et les loisirs[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Gerhard Kubik, Moses Yotamu et Artur Simon, « Zone VI, Ewe- und Aka-Völker », in Westafrika, VEB Deutscher Verlag für Musik, Leipzig, 1989, p. 144-165
  • (en) Barry S. Hewlett, Intimate fathers : the nature and context of Aka pygmy paternal infant care, University of Michigan Press, Ann Arbor, 1991, 201 p. (ISBN 978-0-472-10184-9)
  • (en) Barry S. Hewlett et L. Sforza Cavalli, « Cultural transmission among Aka pygmies », American Anthropologist, 1986, n° 88, p. 922-934
  • (en) Koichi Kitanishi, « The Aka and Baka : food sharing among two central Africa hunter-gatherer groups », in Senri ethnological studies (Osaka), n° 53, 2000, p. 149-169
  • (en) Andrew J. Noss, « Aka net hunting », in Philip M. Peek, African folklore: an encyclopedia, Routledge, New York, 2004, p. 175-177
  • (en) Masato Sawada, « Rethinking methods and concepts of anthropological studies on African Pygmies' world view : the creator-God and the dead », in African study monographs (Kyoto), numéro special, n° 27, 2001, p. 29-42
  • Serge Bahuchet, Les Pygmées Aka et la forêt centrafricaine : ethnologie écologique, SELAF, Paris, 1985, 638 p. (ISBN 978-2-85297-179-0)
  • Noël Ballif, Les pygmées de la grande forêt, L'Harmattan, Paris, 1992, 240 p. (ISBN 2738409644)
  • Beb-Deum, PK 12 : voyages en Centrafrique, de Bangui aux pygmées Aka : entre mutineries et coups d'État : janvier 2000-mars, avril 2001, Éd. du Rouergue, Rodez, 2003, 96 p. (ISBN 978-2-84156-473-6)
  • Victor Bissengué, Contribution à l'histoire ancienne des Pygmées : l'exemple des Aka, L'Harmattan, 2004, 205 p. (ISBN 978-2-7475-7282-8) sangonet.com
  • Susanne Fürniss, « Le système pentatonique de la musique des Pygmées Aka (Centrafrique) » (thèse de doctorat de l'Université Sorbonne nouvelle), in Journal des Africanistes, 63 (2), 1993, p. 133-137
  • Elisabeth Motte-Florac, Les plantes chez les pygmées Aka et les Monzombo de la Lobaye (Centrafrique) : contribution à une étude ethnobotanique comparative chez des chasseurs-cueilleurs et des pêcheurs-cultivateurs vivant dans un même milieu végétal, Peeters Publishers, 1980, 573 p. (ISBN 978-2-85297-065-6)
  • Jacqueline M.C. Thomas et Serge Bahuchet (dir.), Encyclopédie des pygmées Aka : techniques, langage et société des chasseurs-cueilleurs de la forêt centrafricaine (Sud- Centrafrique et Nord-Congo), Société d'études linguistiques et anthropologiques de France, Paris, plusieurs volumes. Premier livre : Les Pygmées aka ; fasc. 1 : Introduction à l'Encyclopédie (1983, 140 p.) ; fasc. 2 : Le monde des Aka (1990, 242 p.) ; fasc. 3 : La société (1990, 244 p.) ; fasc. 4 : La langue (1990, 183 p.) vjf.cnrs.fr

Discographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Louis Sarno, Bayaka : the extraordinary music of the Babenzele pygmies and sounds of their forest home, Ellipsis Arts, Roslyn, N.Y., 1995, 1 CD + 1 livret de 93 p. (ISBN 978-1-55961-313-2)
  • Centrafrique : anthologie de la musique des pygmées Aka (texte de Simha Arom, trad. par David Stevens), prod. Radio-France, Paris ; distrib. Harmonia Mundi, Arles, 2002, 2 CD (2h 14' 34 s) + 1 livret

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Berceuse Aka, documentaire réalisé par François Gaulier et Alain Epelboin, CNRS Audiovisuel, Meudon, 1988, 6' (VHS)
  • Les maîtres fous, documentaire ethnographique réalisé par Jean Rouch, 1956

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) et (it)Pygmées Aka (en Italie) Musique et danses d'un groupe Aka en tournée en Italie, avec photos et paysages sonores.