Ajuga chamaepitys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ajuga chamoepitys)
Aller à : navigation, rechercher

Bugle Petit Pin, Bugle jaune, Ive, Ivette

La Bugle Petit Pin, Ajuga chamaepitys est une espèce herbacée de la famille des Lamiaceae de répartition méditerranéenne. Cette espèce de plantes porte également les noms communs d'Ive ou d'Ivette, ce qui la rend connue des cruciverbistes. Le nom d'Ive provient de la forme féminine d'If, pour la même raison qui lui fait porter le nom de Petit Pin.[Quoi ?]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de l'Ive vient d'une ancienne forme féminine d'If[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce de plantes à fleurs jaunes fleurit entre avril et octobre. La pollinisation est assurée par les insectes (plante entomogame).

Les fruits sont des akènes.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Elle pousse sur des coteaux arides, généralement calcaires, de l'ouest de l’Europe à l'ouest, dans les zones méditerranéennes (jusqu'à l'Afrique du Nord) au sud et jusqu'au centre de l’Asie à l'est.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (20 mars 2012)[2] :

  • Ajuga chamaepitys subsp. chamaepitys
  • Ajuga chamaepitys subsp. chia (Schreb.) Arcang.
  • Ajuga chamaepitys subsp. cuneatifolia (Stapf) P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. cypria P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. euphratica P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. glareosa P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. laevigata (Boiss.) P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. libanotica P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. mardinensis P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. mesogitana (Boiss.) Bornm.
  • Ajuga chamaepitys subsp. palaestina (Boiss.) Bornm.
  • Ajuga chamaepitys subsp. rechingeri (Bilik) P.H.Davis
  • Ajuga chamaepitys subsp. suffrutescens (Willk.) Pott.-Alap. ex Greuter & Brudet
  • Ajuga chamaepitys subsp. tridactylites (Ging. ex Benth.) P.H.Davis

Utilisation[modifier | modifier le code]

Sous le nom chamoepitys, ses feuilles étaient un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ATILF, « ive, ivette, substantif féminin », sur atilf.atilf.fr (consulté le 21 novembre 2014).
  2. Kew Garden « World Checklist », consulté le 20 mars 2012
  3. D'après Maistral, in Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :