Ainay-le-Vieil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ainay-le-Vieil
La croix et l'église.
La croix et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Canton Saulzais-le-Potier
Intercommunalité Communauté de communes du Grès rose
Maire
Mandat
Marie Sartin
2014-2020
Code postal 18200
Code commune 18002
Démographie
Population
municipale
228 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 58″ N 2° 33′ 04″ E / 46.666, 2.551 ()46° 39′ 58″ Nord 2° 33′ 04″ Est / 46.666, 2.551 ()  
Superficie 14,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ainay-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ainay-le-Vieil

Ainay-le-Vieil est une commune française située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Ainay-le-Vieil est située dans le sud du département du Cher, en bordure de l'Allier sur la limite du Berry et du duché de Bourbon aux abords du canal de Berry, dans l'ancien lit du Cher.

Ainay-le-Vieil est situé à 50 km au sud de Bourges et à 12 km de Saint-Amand-Montrond.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Groutte Drevant Colombiers Rose des vents
Saint-Georges-de-Poisieux N Coust
O    Ainay-le-Vieil    E
S
La Celette La Perche Lételon

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin Aginacus. Nom de personne d’origine germanique Agina et faux suffixe de possession iacus.

Segaudo de Anniaco, vers 1061 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 58, p. 127) ; De Aigennaico, 1064 (Archives Départementales du Cher-4 H, abbaye Saint-Sulpice de Bourges) ; Segaudo de Ainnaco, vers 1072 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 64, p. 138) ; De Ainnaco, 1075 (Archives Départementales du Cher-4 H, abbaye Saint-Sulpice de Bourges) ; Ainai, 1198 (Archives Départementales du Cher-8 H, abbaye de Noirlac) ; Aynolium, 1230 (Cartulaire de Fontmorigny) ; Ynaium propre Karentonium, 1300 (Archives Départementales du Cher-8 G, chapitre Saint-Étienne de Bourges) ; Aynolium Vetus, 1318 (Archives Départementales du Cher-8 G, chapitre Saint-Étienne de Bourges) ; Ynay le Vieil, octobre 1400 (Archives Nationales-JJ 155, n° 233, fol. 143) ; Ynay le Vielh, 1420 (Archives Départementales du Cher-E, seigneurie de Saint-Amand) ; Ygnec, 1422 (Archives Départementales du Cher-40 H, abbaye Notre-Dame de Charenton-du-Cher) ; Aynay le Viel, parroisse et grand chastel fort près le Cher de la mesme élection de Sainct Amand, 1569 (Nicolay, Description générale du Bourbonnais, p. 128, 188) ; Ayany le Viel, parroisse où est le chastel fort et lieu seigneurial dudict Aynay, 1569 (Nicolay, Description générale du Bourbonnais, p. 133) ; Parroisse d’Esnay le Vieil, 1579 (Archives Départementales du Cher-38 H, abbaye de Bussières) ; Le Bourg d’Aisnay le Vieil, 1660 (Archives Départementales du Cher-8 G, chapitre Saint-Étienne de Bourges) ; Ainay le Vieil, 6 novembre 1788 (A.D. 18-C 1109, Élection de Saint-Amand-Montrond) ; Ainay le Vieil, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

Le bas latin Viculus, diminutif du latin vicus, signifie petit village ouvert créé près de la ville forte, castrum ou castellum ; la forme latine Vetus est la traduction littérale de la forme romane Vieux incomprise.

Ce nom s’oppose à Ainay-le-Château, département de l'Allier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Xavier de Peyronnet    
mars 2008 2014 Michel Lacombe    
mars 2014[1] en cours
(au 2 avril 2014)
Marie Sartin    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 228 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342 309 343 420 430 408 378 438 451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
454 456 475 443 462 458 452 465 494
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
488 490 508 351 354 322 312 312 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
306 245 193 182 170 198 199 194 221
2011 - - - - - - - -
228 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château
  • L'église Saint-Martin[5]

Cette église du XIIIe siècle possède un imposant clocher voûté d'ogives abritant le portail principal. Sa chapelle seigneuriale (famille Bigny, toujours propriétaire du château) remonte au XVIe siècle et abrite un remarquable retable en bois doré du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
Références
  1. « Les maires déjà élus dans le canton », L’Écho du Berry (Édition du Cher), no 3124,‎ 2 avril 2014, p. 18
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Le château d'Ainay-le-Vieil », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « L'église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Le Pont-canal de La Tranchasse », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :