Aigrette d'Australasie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aigrette d'Australasie

Description de cette image, également commentée ci-après

Ardea alba modesta

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Pelecaniformes
Famille Ardeidae
Genre Ardea
Espèce Ardea alba

Sous-espèce

Ardea alba modesta
(Gray, 1831)

Répartition géographique

Description de l'image  Ardea modesta map.svg.

     /    zone de nidification

     /    résident permanent

     /    non nicheur

L’Aigrette d'Australasie (Ardea alba modesta) est une sous-espèce d'oiseaux de la famille des ardéidés qui se retrouve en Asie et en Océanie. En 2005, une étude conclut que cette espèce devait être élevée au rang d'espèce. Mais ce point de vue a été infirmé par la suite, et à partir de sa classification de référence (version 2.8, 2011), le Congrès ornithologique international elle a nouveau considérée comme une sous-espèce de la Grande Aigrette (Ardea alba).

Distribution[modifier | modifier le code]

Aigrette d'Australasie

Cette aigrette se retrouve au Pakistan, en Inde, au Népal, au Bangladesh, dans la péninsule indochinoise, en Chine, en Corée, au Japon, aux Philippines, en Malaisie, en Indonésie, en Nouvelle-Calédonie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Aigrette sacrée, forme sombre, et Aigrette d'Australasie. Illustration de John Gerrard Keulemans.

Habitat[modifier | modifier le code]

L’Aigrette d’Australasie fréquente une grande variété d’habitats aquatiques, autant en eaux douces qu’en eaux salées.

Nidification[modifier | modifier le code]

Cette aigrette niche dans les roselières, les arbres (par exemple Larix, mangrove, Melaleuca, Eucalyptus, Casuarina) ou les arbustes, généralement en un lieu isolé ou sur une île. Elle niche en colonies, habituellement en compagnie d’autres espèces (Nycticorax, ibis, spatules, cormorans). Le nid, fait de bâtonnets, est une plate-forme peu profonde de moins d’un mètre de diamètre. Il est construit surtout par la femelle qui utilise les matériaux que le mâle lui apporte. Les œufs sont au nombre de 2 à 5.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Kushlan, James A. et James A. Hancock, Herons, New York, Oxford University Press,‎ 2005, 433 p. (ISBN 978-0-19-854981-9, lien OCLC?)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :