Aignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aignan (homonymie).
Aignan
Image illustrative de l'article Aignan
Blason de Aignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Aignan
Intercommunalité Communauté de communes Terres d'Armagnac
Maire
Mandat
Philippe Baratault
2014-2020
Code postal 32290
Code commune 32001
Démographie
Gentilé Aignanais, Aignanaise
Population
municipale
760 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 55″ N 0° 05′ 03″ E / 43.6986111111, 0.0841666666667 ()43° 41′ 55″ Nord 0° 05′ 03″ Est / 43.6986111111, 0.0841666666667 ()  
Altitude 165 m (min. : 107 m) (max. : 222 m)
Superficie 32,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Aignan

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Aignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aignan

Aignan est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aignan est le chef-lieu du canton d'Aignan dans l'arrondissement de Mirande et se situe à 39 km de Mirande et à 50 km au sud-ouest d'Auch[1]. Aignan est une commune de la région gasconne de la Ténarèze.

Situation d'Aignan

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aignan
Avéron-Bergelle, Loubédat Margouët-Meymes Lupiac
Sabazan, Bouzon-Gellenave Aignan Castelnavet
Pouydraguin Loussous-Débat Couloumé-Mondebat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 216 ha. Son altitude varie entre 107 m et 222 m[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aignan est arrosée par le Petit Midour, affluent de la Midouze dans le bassin versant de l'Adour, et le Midouzon qui y prend sa source.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aignan vient du patronyme latin Annius, suivi du suffixe anum, sans doute le propriétaire du domaine situé en ce lieu à l'époque gallo-romaine[3].

En 1801, la commune est connue sous le nom d'Aignan-la-Justice[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est fondée vers l'an 620. Elle est plus tard organisée en bastide.
Première capitale de l'Armagnac, Aignan fut anciennement le siège du Parlement de Gascogne.

Elle est incendiée par le Prince noir en 1355.

En 1590, profitant de l'absence de défenseurs, à l'occasion d'une noce, les Protestants s'en emparent.

Sous l'Ancien Régime, Aignan est déjà réputée pour son commerce du vin et de la verrerie.

Elle faisait partie de la généralité d'Auch.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie et Poste d'Aignan

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2006 en cours Philippe Baratault[4] PS  
2001 2006 Christian Vienne PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 760 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 413 1 427 1 469 1 492 1 771 1 630 1 639 1 618 1 686
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 649 1 700 1 703 1 612 1 649 1 595 1 500 1 517 1 350
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 215 1 247 1 088 1 139 1 175 959 1 035 950 898
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
965 932 941 921 842 853 858 775 760
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0-14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans =22,5  %, plus de 60 ans =27 %)
  • 49,9 % de femmes (0-19 ans = 14,1 %, 15 à 29 ans = 8,9 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans =22,8 %, plus de 60 ans =35,6 %)

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (30 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Aignan en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,2 
90  ans ou +
1,6 
10,1 
75 à 89 ans
16,9 
15,7 
60 à 74 ans
17,1 
22,5 
45 à 59 ans
22,8 
18,0 
30 à 44 ans
18,5 
14,5 
15 à 29 ans
8,9 
18,0 
0 à 14 ans
14,1 
Pyramide des âges du département du Gers en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,8 
10,1 
75 à 89 ans
13,2 
17,0 
60 à 74 ans
17,2 
22,6 
45 à 59 ans
21,8 
19,3 
30 à 44 ans
18,7 
13,9 
15 à 29 ans
12,4 
16,3 
0 à 14 ans
14,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aignan dispose d'une école maternelle publique (38 élèves en 2013)[9], d'une école élémentaire publique (87 élèves en 2013)[10] et d'un collège public[11].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foires : 28 décembre, et lundis les plus près des 10 mars, 11 juin et 22 septembre ;
  • Marchés : les lundis ;
  • Fête communale : samedi, dimanche et lundi de Pâques ;
  • Fête patronale : 1er dimanche de septembre[12].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

  • Un club de football : USA (union sportive aignanaise).
  • Un club de tennis.
  • Un club bouliste.
  • Différentes associations.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 523 €[13].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Viticulture, Côtes-de-gascogne (VDP) et Côtes-de-saint-mont (AOVDQS). Le commerce des eaux-de-vie d'armagnac est très actif (Il est possible de visiter des chais de vieillissement). Mais l'activité économique reste surtout agricole.

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre possède une usine [14] dans la commune, spécialisée notamment dans la fabrication de pastilles pour les maux de gorges, gommes et poudres dermocosmétiques.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Elle possède un massif clocher carré. À l'intérieur, elle est composée de deux nefs inégales et de deux absides semi-circulaires aux remarquables chapiteaux. Mais elle est surtout connue pour son portail roman sculpté.

L'église a subi au cours de l'histoire de nombreuses vicissitudes : destructions liées aux rivalités entre Anglais et Français durant le Moyen Age et aux guerres de Religion ensuite. De plus elle a été agrandie, remaniée, complétée durant les siècles suivants.

C'est donc un édifice composite fortifié qui garde toutefois de beaux vestiges de style roman, notamment son décor sculpté.

À l'intérieur ce décor se compose des chapiteaux de l'arcature, du doubleau et de l'arc triomphal du sanctuaire ainsi que de ceux de l'arc d'entrée de l'absidiole méridionale. Deux chapiteaux sont plus particulièrement historiés. Sur l'un, on voit le Christ assis qui bénit de la main ; il est encadré de Saint Pierre, reconnaissable à sa clé accompagné de deux Apôtres porteurs de livre, et de l'autre côté par une femme qu'il prend par la main et de deux autres personnages. Cette dernière scène est difficile à interpréter : peut-être s'agit-il de la résurrection de Lazare. Le deuxième chapiteau représente un thème fréquent dans l'Ouest de la France à savoir Daniel dans la fosse aux lions.

Le clocher donjon possède des contreforts en échelons. Il est coiffé d'un pavillon bulbeux élaboré. Les fenêtres ont été refaites. Elles sont à remplages gothiques.

  • Église Saint-Jacques de Fromentas[16] : au lieu-dit Fromentas, construite au XVe siècle. Il faut remarquer les voûtes à croisées d'ogives en pierre. Supportées par des consoles placées dans les murs, elles aboutissement à deux grosses colonnes situées en file au milieu de l'église. Le chœur est à trois pans coupés.
  • un plan d'eau de 5 hectares et de 7m de profondeur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au lion à la queue léopardée d'argent, au chef cousu de gueules chargé de trois croissants aussi d'argent[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Artcicles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. III : Arrondissement de Mirande, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers,‎ 2005, 437 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF40101206)
  2. a et b Notice Cassini
  3. Bénédicte Fénié et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud-Ouest,‎ 2006, 123 p. (ISBN 2-87901-693-2, notice BnF no FRBNF40160701)
  4. Site dela préfecture - fiche de Aignan
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Evolution et structure de la population à Aignan en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Gers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  9. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École maternelle publique Empu à Aignan
  10. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École élémentaire publique à Aignan
  11. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Collège Vert à Aignan
  12. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  13. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  14. Diet et pharm.com
  15. « Notice no PA00094696 », base Mérimée, ministère français de la Culture : église
  16. « Notice no PA00094697 », base Mérimée, ministère français de la Culture : église Saint-Jacques de Fromentas
  17. Banque du blason.