Ai Iijima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Ai Iijima
Ai Iijima (1972- 2008)
Ai Iijima (1972- 2008)

Nom de naissance Matsue Ōkubo[1]
Surnom Ai-chin (愛珍?)
Ai Candy[2]
Mitsuko Ishii[1]
Naissance 31 octobre 1972[1]
Drapeau du Japon Tokyo, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès 24 décembre 2008 (à 36 ans)[3]
Drapeau du Japon Tokyo, Japon
Profession * Actrice de film pornographique
* Mannequin de charme
* Animatrice de télévision
* Chanteuse[1]
* Écrivain
Années d'activité 1992-2006
Yeux Marrons
Cheveux Bruns

Ai Iijima (飯島 愛, Iijima Ai?, 1972 - 2008), de son nom patronymique Matsue Ōkubo (大久保 松恵, Ōkubo Matsue?)[1], est une actrice japonaise de film pornographique et une personnalité des médias de masse. Elle a également été mannequin de charme et chanteuse sous le nom de Mitsuko Ishii (石井 光子, Ishii Mitsuko?)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Dans son autobiographie, Iijima décrit une enfance malheureuse. Victime d'un viol à l'âge de 10 ans elle a dû se faire avorter[4],[5]. Elle se sauve du domicile parental alors qu'elle est encore adolescente et déclare à ce sujet: « j'ai haï mes parents au point de vouloir devenir clocharde et dormir dans les jardins publics enveloppée dans du papier journal »[6],[7].

À cette époque, pour survivre, Iijima travaille dans des établissements de karaoké, des snack bars[8] ou des hotess clubs[9] situés dans le quartier de Ginza[6] et dans des établissement enjo kōsai[4]. Elle débute dans le divertissement vers la fin de son adolescence au sein de programmes télévisés diffusés à une heure tardive. Elle est vêtue d'un bikini, d'un tanga (connu au Japon sous le nom de T-back) ou d'une minijupe mais se présente parfois la poitrine dénudée. Son nom de scène a été choisi par un de ses admirateurs.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Iijima débute dans la vidéo pornographie en 1992 pour la firme Crystal Eizo AV[10]. Son prénom Ai est celui sous lequel elle travaille dans les bars. Elle se hisse rapidement en tête des actrice de ce genre, interprétant plus de 100 films[4]. Elle se produit dans le programme télévisé nocturne Gilgamesh Night[11] où elle gagne le sobriquet de T-back Queen, en raison de son habitude de présenter ses fesses à la caméra en soulevant sa jupe pour montrer son tanga[12].

Arrivée en tête des actrices de film pornographique Japonais à l'âge de 20 ans, elle décide d'abandonner cette carrière pour recentrer ses activités vers les distractions haut de gamme[4].

Après avoir mis fin à sa carrière dans l'industrie de la vidéo pour adultes, Iijima enregistre un CD de chansons en 1993 sous le nom de Mitsuko Ishii et devient une partenaire régulière d'émission variétés télévisées diffusées dans la journée[12]. En peu de temps, elle accède à la notoriété de meilleure tarento et fait ainsi la transition entre la pornographie et les œuvres de distractions plus valorisantes[13]. Iijima a même fourni l'histoire de ses propres mangas, Time Traveler Ai, dans lesquelles elle est décrite comme le personnage principal[14]. Apparemment, Iijima est reconnue pour parler franchement de son passé et de sa vie. En réalité, affirme un de ses amis, « à première vue, Ai semble être « brut de décoffrage » mais en réalité elle est terriblement sensible et délicate et pense toujours aux autres en leur faisant de petits cadeaux. Elle est de ces personnages… »[12].

Platonic Sex[modifier | modifier le code]

Iijima publie un roman partiellement autobiographique, Platonic Sex, en 2000. Il s'agit d'une jeune fille qui délaisse son foyer pour fuir ses parents et qui finit actrice de films pour adultes. Ce livre est un best-seller qui se vend à 1,7 million d'exemplaires[12]. Courant 2004, il est traduit en coréen, chinois, espagnol, italien et une version anglaise était également envisagée[6]. Il en a été tiré une série télévisée de quatre heures[4] ainsi qu'un film qu'Iijima a supervisé[15]. L'expression « watashi teki ni wa » (私的には?, « à ma façon ») est passée dans le langage courant à la suite du succès qu'ont rencontré aussi bien le livre que le film[12].

Carrière ultérieure[modifier | modifier le code]

À partir de l'année 2000, Iijima paraît régulièrement pour plusieurs émissions de télévision[12]. Dix ans après avoir rompu avec son passé dans l'industrie du film pornographique, Iijima est maintenant connue pour être en tête des personnes les plus en vogue de la télévision japonaise au point que nombre de ses jeunes téléspectateurs ignorent qu'elle fut, à un moment donné, l'une des plus grandes actrices de vidéos pour adultes[4]. Les objets concernant ses débuts s'enlèvent à des prix élevés. Un recueil non autorisé à la publication a été très bien vendu en 2002 jusqu'à ce que ses avocats le fassent retirer du marché[4].

Le succès grandissant d'Iijima lui ouvre les portes de la Haute Société Nippone. Elle déjeune avec Jun'ichiro Koizumi, ministre de la Santé et de l'Aide Sociale au Japon. Iijima déclare à ce propos que le futur Premier Ministre a discuté avec elle au sujet de la vie sexuelle de la libellule[16].

Au mois de novembre 2004, Iijima est l'invitée du Foreign Correspondents' Club of Japan[17] pour parler de son passé[16]. Un peu plus tard au cours de ce même mois, elle participe au Congrès pour la lutte contre le SIDA de Tokyo sous l'égide des Nations unies. Ce congrès prépare la Journée Mondiale du SIDA qui a lieu une semaine après, le 1er Décembre 2004[18].

Retrait de la vie publique[modifier | modifier le code]

Après les problèmes qu'a connus Iijima au cours de son jeune âge, sa carrière d'artiste est remarquablement calme pendant une dizaine d'années jusqu'à ce qu'elle soit victime d'un escroc, salarié de son agence, qui lui extorque quelque 100 millions de yens[12]. En 2006, elle marque une pause de deux semaines dans le poste qu'elle occupe au sein de l'émission de variétés télévisée Sunday Japan diffusée le samedi matin. Elle a plus tard révélé dans son blog qu'elle souffrait de pyélonéphrite, de cystite et de lombalgies. La presse s'en est aussitôt emparée pour annoncer son possible départ[12].

Au mois de mars 2007, à la question que lui pose Sunday Japon de savoir si les rumeurs de son départ sont fondées, elle répond « Oui, j'ai souhaité prendre du recul pendant un certain temps. Je vous ferai part de ma décision pour ce qui est de la suite la semaine prochaine »[19],[20].

La présence d'Iijima, pour la dernière fois, au programme de la chaîne de télévision KinSuma à laquelle elle a été fidèle pendant cinq ans sonne comme un « adieu de deux heures avec discours, bouquets de fleurs et pleurs »[21],[22]. Lorsque le psychologue Fujiko Kimura fait face à l'actrice au cours du programme et lui demande de continuer en suggérant qu'il y aurait d'autres raisons à son départ que ce qu'elle avait bien voulu faire savoir, Iijima « semble l'admettre parfaitement et fond en larmes »[21],[23] .

Quelles que soient les circonstances qui ont amené l'actrice à cesser son activité à l'âge de 34 ans, la carrière d'Iijima a été qualifiée « d'une des carrières les plus remarquables dans le monde ennuyeux de la distraction au Japon »[12].

Décès[modifier | modifier le code]

Le mercredi 24 décembre 2008, Iijima est retrouvée morte à son domicile de Tokyo près de Shibuya Crossing[24]. Le décès remonterait à sept jours[24]. Il semblerait que l'actrice était traitée pour une dépression bien qu'ayant trouvé du travail dans la vente de préservatifs féminins. De nombreuses hypothèses (dont le suicide) ont été avancées pour expliquer le décès mais le compte-rendu d'autopsie en date de février 2009 l'attribue à une pneumonie. Elle était âgée de 36 ans.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Vidéos pornographiques[modifier | modifier le code]

Titre du film[25], [26]. Producteur
Identification
Réalisateur Parution

激射の女神 愛のベイサイドクラブ
Debut[10]
Crystal-Eizou (en)
avril 1992
Doukyuusei Ha Amazuppaku Nure Te
同級生は甘ずっぱく濡れて
VIP (en)
9B-033
Futoshi Kamino 9 mai 1992

レイプされた女学生 季節はずれの快感物語
Crystal-Eizou (en) Messiah
ME-25
Futoshi Kamino 26 mai 1992
Busy Love
愛が忙しい
VIP
9B-043
Futoshi Kamino 12 juin 1992
Sexual Nurse - Sexual Examination
美乳ナース・暴淫棒食
Tairiku Shobo Foxy
TFO-37
Jiro Taga 25 juin 1992
Tokyo Dorompa Daughter - Special Bunny Girl
東京ドロンパ娘 スペシャルバニーガール
Crystal-Eizou (en) Messiah
ME-29
Jiro Taga 9 juillet 1992
A Bride's Pure Underwear
花嫁の生下着
VIP
9B-053
Jiro Taga 24 juillet 1992
Deadly Spasms
必殺のケイレン
Crystal-Eizou Messiah
ME-32
4 août 1992[27]
19 Year Old Wife
奥様は19歳
VIP
9B-063
Jiro Taga 28 août 1992
Great Uniform Vibe Chapter 2
大制服バイブ 第2章
Stella
STV-1105
Jiro Taga 17 octobre 1992
Thong Queen
TバックQUEEN
Kuki
RT-17
Jiro Taga 28 octobre 1992
Otenki Oneesan
お天気お姉さん
Crystal-Eizou (en) Great Confidence
GC-36
Jiro Taga 12 novembre 1992
Sister-in-Laws's Used Underwear 3 Ai Iijima
義姉の生下着 3 飯島愛
Kuki
RT-18
Shin Katsukawa 23 décembre 1992
Dorompa Daughter 5 - Valentine Panic
ドロンパ娘 5 バレンタイン大パニック
Crystal-Eizou Messiah
ME-51
Kyosuke Murayama 11 février 1993
Flash Paradise
フラッシュパラダイス
Alice Japan
KA-1530
5 mai 1993
Dorompa Daughter 6 - Suteki na Pichipichi Pai
ドロンパ娘 6 素敵なピチピチパイ
Crystal-Eizou Messiah
ME-57
Kyosuke Murayama 25 mars 1993
Dorompa Daughter 7 - Mune Sawagi No Koshitsuki
ドロンパ娘 7 胸さわぎの腰つき
Crystal-Eizou Messiah
ME-61
Kyosuke Murayama 22 avril 1993
Special Fuck Play Vol.8: Raped Fiance
レイプされたフィアンセ ドロンパ娘8
Crystal-Eizou Messiah
ME-64
Kyosuke Murayama 1993
Mejiri
女尻
Alice Japan
KA-1556
Kyosuke Murayama 11 juin 1993

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (ja) « アイドル名鑑・飯島愛 », sur アイドル情報事典, Idol Hunter Orion,‎ 14 décembre 2008 (consulté le 27 décembre 2008)
  2. Les actrices du film pornographique japonais apparaissent sous des noms d'emprunt choisis le plus souvent par le producteur de films. Ceci explique leurs multiples noms d'emprunt en fonction de la firme pour laquelle elles ont travaillé
  3. « Aids activist found dead », sur The Straits Times, AFP,‎ 24 décembre 2008 (consulté le 27 décembre 2008) : « FORMER Japanese porn actress Ai Iijima [...] was found dead at her home on Wednesday, police said. The body of the 36-year-old [...] was found lying in the lounge of her condominium in downtown Shibuya by a friend. »
  4. a, b, c, d, e, f et g (en) « TV Stars - Ai Iijima », Japan-Zone (consulté le 15-03-2007)
  5. Les actrices du film pornographique et les péripatéticiennes ont en commun la notion fréquente de viol ou d'inceste dans l'enfance. Voir à ce sujet l'excellent article intitulé film pornographique, témoignages sur le milieu du X.
  6. a, b et c (en) Carlo Niederberger, « From porn to pop culture », Japan Today,‎ 18 Novembre 2004 (consulté le 23-04-2007)
  7. « I hated my parents, to the point where I would rather be coached by bums to sleep in parks wrapped in newspaper blankets. »
  8. Au Japon, un snack bar (スナックバー, sunakku bā?, ou en abrégé snack) désigne un établissement où sont servies des boissons alcoolisées. Le service est assuré par une équipe féminine payée pour servir les clients et flirter avec eux.
  9. hotess club a sensiblement, au Japon, la même signification que snack bar
  10. a et b (en) « 1992 », AV 研究所 (AV Research Laboratory) (consulté le 21-07-2007)
  11. (ja) Site de Gilgamesh Night en langue japonaise, Gilgamesh Night (ギルガメッシュないと/ギルガメッシュ・ナイト?) est une émission de variétés érotiques « rose » diffusée le samedi à 1h15 de 1991 à 1998 par TV Tōkyō. Cette émission a lancé la carrière de Iijima.
  12. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Ryan Connell, « From AV to TV, Ai Iijima faces the final curtain after doing it 'her way' », Mainichi Shinbun,‎ 9 Mars 2007 (consulté le 4-10-2007).
  13. (en) Emiko Ichikawa (traducteur), « Daughters of 'respectable' families flaunt all in porn videos », sur Japan Today, Shukan Post Watcher,‎ 8 Février 2004 (consulté le 04-10-2007)
  14. (en) « Time Traveler Ai (manga) », Anime News Network (consulté le 15-03-2007)
  15. (ja) « (飯島 愛) - Iijima Ai », Japanese Movie Database (consulté le 13-03-2007)
  16. a et b (en) « Former porn queen, sex book author and TV 'talent' Ai Iijima speaks about her past at the Foreign Correspondents' Club of Japan this week. », Japan Today,‎ 16 Novembre 2004 (consulté le 10-04-2007)
  17. Le Foreign Correspondents' Club of Japan (FCCJ) a té fondé en 1945 pour fournir une infra structure aux journalistes étrangers travaillant dans le Japon de l'après guerre. Historiquement situé dans le quartier de Ginza, le club offre maintenant un outil de travail, une librairie, un restaurant, un bar ainsi qu'une équipe à demeure d'orateurs internationaux à l'usage de ses membres.
  18. (en) « Former porn star Iijima takes part in AIDS awareness event », Japan Today,‎ 29 Novembre 2004 (consulté le 04-10-2007)
  19. (en) « TV personality Ai Iijima to quit showbiz world », Japan Today,‎ 25 Mars 2007 (consulté le 04-10-2007)
  20. « Yes, I have been wanting to quit for some time. I will announce my future plans next week. »
  21. a et b (en) William Penn, « Televiews: Time to limit limitless 'gaman' », Yomiuri Daily,‎ 14 Avril 2007 (consulté le 28-04-2007) (anglais)
  22. « A teary two-hour sayonara party complete with speeches, bouquets and lots of blubbering. »
  23. [Iijima] « seemed to admit as much and was reduced to tears. »
  24. a et b (en) « Former porn star Ai Iijima found dead at Tokyo apartment », Japan Today, 24 décembre 2008 (consulté le 25-12-2008)
  25. Filmographie extraite de: (en) « Ai Iijima 飯島愛 », Urabon Navigator (consulté le 24-07-2010).
  26. (ja) « 飯島愛(いいじまあい) », www.arzon.jp (consulté le 24-07-2010)
  27. (ja) « 飯島愛 必殺のケイレン », www.amazon.co.jp (consulté le 24-07-2010).

Sources[modifier | modifier le code]