Ahrenshoop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahrenshoop
Village de Niehagen
Village de Niehagen
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Mecklenburg-Western Pomerania.svg Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Hans Götze
Code postal 18347
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
13 0 73 002
Indicatif téléphonique 038220
Immatriculation VR, GMN, NVP, RDG, RÜG
Démographie
Population 637 hab. (31 déc. 2012)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 22′ 53″ N 12° 25′ 12″ E / 54.381389, 12.42 ()54° 22′ 53″ Nord 12° 25′ 12″ Est / 54.381389, 12.42 ()  
Altitude 2 m
Superficie 524 ha = 5,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Ahrenshoop

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Ahrenshoop
Liens
Site web www.ostseebad-ahrenshoop.de

Ahrenshoop est une commune de l'arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen, Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la presqu'île du Fischland, entre la mer Baltique et le Saaler Bodden (de).

Elle fait partie de la Poméranie occidentale, à la frontière avec le Mecklembourg.

Les trois quartiers sont Althagen, Niehagen et Ahrenshoop. Ahrenshoop est dans la Poméranie, Althagen et Niehagen dans le Mecklembourg. En 1950, Althagen et Niehagen sont rattachés à Ahrenshoop.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Müller-Kaempff, Ferme avec champ de céréales sur le Saaler Bodden
Paul Müller-Kaempff, Ferme avec champ de céréales sur le Saaler Bodden, 1900

En 1390, Bogusław VI de Poméranie fait du village de 500 habitants appelé en 1311 "Arneshop", au nord-est de la commune actuelle, une ville de commerce. Il construit un fort. En 1395, les armées de Rostock prennent le site et le détruisent.

Le village actuel est établi en 1760 par des marins. À la fin du 19e siècle, il devient un lieu réputé par les peintres. Par la suite, il devient une station balnéaire.

Les peintres Paul Müller-Kaempff, Fritz Grebe, Thuro Balzer (de), Friedrich Wachenhusen, Oskar Frenzel et Theobald Schorn fondent une école à Ahrenshoop. S'y associent aussi Louis Douzette (de), Elisabeth von Eicken (de), Hugo Müller-Lefensdorf, Anna Gerresheim, Carl Rathjen (de), Doris am Ende, César Klein, Dora Koch-Stetter et Arnold Lyongrün (de)[1],[2].

Marianne von Werefkin, Falaises d'Ahrenshoop
Marianne von Werefkin, Falaises d'Ahrenshoop, 1911

En 1911, Marianne von Werefkin et Alexej von Jawlensky, de la Nouvelle Association des artistes munichois, viennent passer leurs vacances sur la mer Baltique[3]. Ils achètent la "Villa Seestern" à Prerow[4] et viennent souvent dans la commune voisine. Erich Heckel achète aussi une habitation près d'Ahrenshoop[5].

De 1923 à 1948, Hans Brass (de) y vit et fait constuire une villa par Walter Butzek (de) dans le style Bauhaus. De 1948 à 1953, Rudolf Schmidt-Dethloff (de) installe son atelier et donne des cours.

Dans le quartier de Nienhagen, Gerhard Marcks vit et travaille dans les années 1930 puis Edmund Kesting (de) y passe l'été dans les années 1960.

À Althagen, vit l'écrivain Käthe Miethe (de), le dessinateur Fritz Koch-Gotha (de) et son épouse, la peintre expressionniste Dora Koch-Stetter.

Plus récemment vivent le peintre et sculpteur Rudolf Brückner-Fuhlrott (de) et le peintre Hans Kinder (de).

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gerhard M. Schneidereit: Dunkler Wald und weites Meer – Einhundert Jahre Malerei auf dem Darß, 2010
  2. Ostseezeitung: 100 Jahre Malerei auf dem Darß, 2. August 2010
  3. Bernd Fäthke, Werefkin und Jawlensky mit Sohn Andreas in der „Murnauer Zeit“, in Ausst. Kat.: 1908–2008, Vor 100 Jahren, Kandinsky, Münter, Jawlensky, Werefkin in Murnau, Murnau 2008, S. 60 f
  4. Bernd Fäthke, Jawlensky und seine Weggefährten in neuem Licht, München 2004, S. 152 f
  5. Bernd Fäthke, Marianne Werefkin, München 2001, S. 170 f

Sur les autres projets Wikimedia :