Ahmed Sefrioui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sefrioui.

Ahmed Sefrioui (en arabe : أحمد الصفريوي), né à Fès en 1915 et décédé à Rabat le 25 février 2004, est le premier écrivain marocain de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sefrioui fut conservateur du musée à Fès, ville que l'on retrouve dans la plupart de ses écrits. De l’école coranique aux écoles de Fès, en passant par la découverte de la langue française, se fait un cheminement que l'on retrouve dans ses écrits « historiques ».

Il devient journaliste à L'Action du Peuple, puis assure des fonctions dans la gestion et la protection du patrimoine de la ville de Fès. Il entre ensuite à la direction du tourisme à Rabat. En 1947, il reçoit le grand prix littéraire du Maroc, attribué pour la première fois à un Marocain, pour le manuscrit du Chapelet d'ambre. La majorité de ses écrits feront l'objet de rééditions ou de traductions.

Œuvres (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Ahmed Sefrioui publie quatre ouvrages de fiction et plusieurs ouvrages documentaires sur le Maroc :

  • Le Chapelet d'ambre
    Recueil de nouvelles mystiques dans lequel il évoque la médina de Fès.
  • La Boîte à merveilles, Paris, Le Seuil,‎ 1954
    Roman autobiographique qui raconte les souvenirs d'un enfant nommé Sidi Mohammed.
  • La Maison de servitude, Paris, benjermoun,‎ 1981
    Roman métaphysique, suite informelle de La Boîte à merveilles.
  • Le Jardin des sortilèges, ou le Parfum des légendes, Rabat, Marsam,‎ 2001
    Recueil de contes puisés dans le fond de littérature orale des milieux populaires traditionnels.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, L'Harmattan,‎ 1984, 404 p. (ISBN 2865370852 et 9782865370856, lire en ligne), « Sefrioui, Ahmed », p. 260-261

Lien externe[modifier | modifier le code]