Ahmed Riza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahmed Rıza Bey (en turc : Ahmet Rıza Bey ; 185926 février 1930) était un célèbre militant, scientifique, maître à penser du mouvement Jeunes-Turcs et homme d'État pendant la seconde ère constitutionnelle de l'Empire ottoman. Il devint en 1908 le premier président de la Chambre des députés, la chambre basse de l'Empire ottoman, et en 1912, il fut aussi nommé président du Sénat (la chambre haute)[1]. Il a aussi exercé la charge de ministre de l'éducation du parti de l'Union libérale, le principal parti d'opposition au Comité de l'Union et du Progrès. En 1908, son nom figurait sur la liste des candidats pour le prochain grand vizir. Il conduisit les négociations pendant la tentative avortée de coalition entre l'Empire ottoman, la France, et le Royaume-Uni pour la Première Guerre mondiale.

Après avoir été président de la Chambre des députés, il a été exilé à Paris, où il embrassa la croyance dans le positivisme d'Auguste Comte. Il devint membre du comité positiviste international, et devint alors le maître à penser des Jeunes Turcs[2].

Ahmed Rıza a été décrit comme un homme d'esprit universel par certains auteurs[3]. Il a critiqué les déportations des Arméniens de l'Empire en 1915 pendant le Génocide arménien[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aykut Kansu (tr), 1908 devrimi, Cağaloğlu, İstanbul, İletişim,‎ 1995 (ISBN 978-9-754-70509-6)
  2. La maison d'Auguste Comte, Turquie
  3. (en) Caroline Finkel, Osman's dream : the story of the Ottoman Empire, 1300-1923, New York, Basic Books,‎ 2006, 704 p. (ISBN 978-0-465-02396-7, lire en ligne), p. 505
  4. Y. Bayur, Turk Inkilabı, vol. III, part 3, in Dadrian, History of the Armenian Genocide.

Sources extérieures à la Wikipédia francophone[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]