Ahmed Koulamallah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahmed Koulamallah (19121995) était un éminent homme politique colonial tchadien, un leader charismatique de la fraternité islamique Tijaniyyah au Tchad ; fils de Koulamallah (riche commerçant lui-même descendant d'un yéménite venu enseigné l'islam au soudan dans la région du Dongola) venu du Soudan et 26e petit-fils du prophète Mahomet et de Méram Fatimé Afadée (princesse du royaume du Baguirmi), il est le petit-fils de Abd ar-Rahman Gawrang II sultan du royaume du Baguirmi, qui constitue avec celui du Kanem-Bornou et celui du Ouaddaï; les bases fondatrices du Tchad. Il est le père d'Abderaman Koulamallah, Souradj Koulamallah, Brahim Koulamallah, Babikir koulamallah, Youssouf Koulamallah, Albakhir Koulamallah, Fatimé Koulamallah, Sarah Koulamallah, Madina Koulamallah, Yousra Koulamallah, Abdelaziz Koulamallah, Farkhalia Koulamallah, Mahamat Koulamallah, Izza Koulamallah, Adjib Koulamallah etc.

Il est entré en politique en 1950 en fondant le Parti socialiste du Tchad, rebaptisé Mouvement socialiste africain (MSA) en 1953, qui a été affilié à la Section française des ouvriers internationaux (SFIO). Koulamallah a fait campagne comme un membre de la noblesse Baguirmienne, un leader socialiste. Il a repris la plupart de ses adhérents du Chari-Baguirmi et le Kanem préfectures.

Apres sa défaite en 1957 aux élections pour l'Assemblée territoriale, il est resté dans l'opposition et s'allia en 1959 avec Gontchomé Sahoulba formant le Mouvement populaire tchadien (MPT), qui le 11 février, 1959 a joué un rôle important en provoquant la chute du gouvernement de Gabriel Lisette du (PPT). Sahoulba a succédé à la présidence provisoire du gouvernement avec la formation d'un gouvernement dont il était le seul sudiste. Cette exclusion du sud a suscité de grands ressentiments, et Koulamallah s'allia avec Lisette contre Sahoulba, comme conséquence, une nouvelle motion de confiance a été approuvé avec 35 voix contre 30, et un nouveau gouvernement a été formé par Monsieur Ahmed Koulamallah le 13 mars 1959. Le premier jour, il s'est rendu avec tous ses ministres, musulmans ou non musulmans, à la mosquée pour prier et établi l'arabe comme langue de travail du gouvernement à côté du français.

Après cela, il a de nouveau été relégué à l'opposition, tandis que le PPT, maintenant dirigé par François Tombalbaye, qui est devenu le premier président de l'independance du Tchad le 11 août 1960. En janvier 1962, tous les partis politiques sont interdits, à l'exception du PPT et en septembre 1963 tous les chefs de l'opposition ont été arrêtés. Koulamallah réussit à échapper au gouvernement avec l'aide de ses parents baguirmiens, en traversant le fleuve Chari et passer au Cameroun. Il fut arrêté quelques jours plus tard avec la complicité des autorités camerounaises, et extradés vers le Tchad où il a été immédiatement emprisonné. Il est resté en prison jusqu'en 1971, puis de 1972 jusqu'à 1975, date à laquelle Tombalbaye est renversé par un coup d'État.

Koulamallah fut l'une des premières voire la première personnalité tchadienne à avoir remis en cause la colonisation.

Il est mort en 1995 dans une de ses maisons du quartier Ambassatna (QG de la famille Koulamallah) à N'djaména.