Ahmed El Inglizi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahmed El Inglizi (littéralement l'Anglais) (en arabe : أحمد الإنجليزي ), encore appelé Ahmed El Alj ou Ahmed Laâlaj (Ahmed le renégat) est un renégat Anglais qui se convertit à l'Islam[1]. Il fut corsaire à Salé[2], ainsi qu'architecte et ingénieur au service du Sultan du Maroc Mohammed III pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

L'entrée du port d'Essaouira édifiée en 1770 par Ahmed El Inglizi comme il est décrit dans la sculpture ornant la façade de la porte de la marine[N 1] (photo de droite)

Il est connu pour avoir fortifié la ville d'Essaouira (en particulier l'entrée du port) auprès de l'architecte Français Théodore Cornut qui construit une bonne partie de la ville, la kasbah ainsi que les quartiers résidentiels royaux, ceux des riches marchands chrétiens des diplomates et des autres aristocrates[3]. Car suite à la désaffection du port de Salé après le désastreux Tremblement de terre de Lisbonne, le principal port du Royaume est déplacé à Essaouira.

Les remparts de Rabat et la mosquée des Oudayas restaurés par Ahmed

A Rabat, Ahmed restaure les remparts de la ville et l'ancienne mosquée de la Kasbah des Oudayas, qui datent du XIIe siècle[4], et y renforce les fortifications par l'édification de nouvelles installations tel le borj Sirat sur lequel trône le Phare de Rabat et la Sqala[N 2] et le borj Ed-Dâr assurant la défense de la côte[5].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'inscription en arabe ornant la façade de la Porte Marne d'Essaouira dit: "Louange à Dieu. Cette porte, ordonnée par le glorieux des rois, Sidi Mohammed ben Abdallah, a été Construite par son sreviteur Ahmed Laâlaj en l'an 1184H/1770
  2. Skalla (اسقالة), emprunté de l'espagnol Scala, désigne un bastion fortifié du XVIIIe siècle (voir Salé#Lexique slaoui)
  1. Rabat : Hier et aujourd'hui, p. 129 (consulté le 18 août 2012)
  2. (en) «Ahmed el Inglizi » dans The Real Guide, Morocco par Mark Ellingham, Shaun McVeigh Prentice Hall, p. 189 (ISBN 978-0-13-783697-0)
  3. (en) Pour la construction de la ville d'Essaouira: "Cornut aurait employé des architectes européens dont un Français étant son esclave et un converti musulman du nom de Ahmed the Englishman (Ahmed l'Anglais)" dans Morocco Dorothy Hales Gary, Baron Patrick Balfour Kinross, Viking Press, 1971 p. 35.
  4. (en) Maverick Guide to Morocco par Susan Searight p. 171
  5. « Ville de Rabat, remparts andalous et fortifications côtières : Sqala, Borj Sirat, Borj Dâr », sur www.qantara-med.org (consulté le 18 août 2012)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Pierre Malka (préf. Pr Abdelaziz Ben Abdellah), Rabat : Hier et aujourd'hui, Rabat, Marsam,‎ 2002, 173 p. (ISBN 9981-149-57-8), « Borj Sirat et le phare » et « Le phare de Rabat », p. 130-131 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]