Ahmed Djebbar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Photo d'Ahmed Djebbar prise lors d'un entretien qu'il avait accordé à la revue de Téhéran.

Ahmed Djebbar (en arabe ٲحمد جبّار) est un mathématicien, historien des sciences et des mathématiques et professeur émérite à l'université de Lille[1],[2] algérien né à Aïn-Defla.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ahmed Djebbar est mathématicien et chercheur en histoire des sciences au sein du laboratoire Paul Painlevé (CNRS)[1], il est spécialisé dans les mathématiques de l’Occident musulman (Espagne musulmane et Maghreb)[3].

Il est également professeur d'histoire des mathématiques à l'université des sciences et technologies de Lille[3].

Il est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages dont les plus célèbres sont : une histoire des sciences arabes, l'algèbre arabe, genèse d'un art et l'âge d'or des sciences arabes.

Il a notamment été commissaire scientifique de l'exposition « L'âge d'or des sciences arabes » à l'Institut du monde arabe à Paris en 2005[4].

Il fut aussi auparavant, conseiller du président algérien Mohamed Boudiaf, assassiné le 29 juin 1992. De juillet 1992 à avril 1994, il occupa le poste de ministre de l’Éducation et de la Recherche en Algérie dans les gouvernements de Bélaïd Abdessalam et de Redha Malek[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ahmed Djebbar a souvent insisté sur le rôle et la place de l'histoire des sciences dans la société, en général et dans son système éducatif, en particulier.

Il a également fait remarquer que la connaissance des aspects historiques et épistémologiques des sciences était un atout pour la compréhension de ces sciences et un outil pour porter un jugement sur leurs orientations. Le scientifique en tant qu'acteur actif dans sa société, joue mieux son rôle en appréhendant dans leur globalité les présupposés idéologiques, philosophiques et géopolitiques qui ont constitué les catalyseurs de l'éclosion des concepts et des théories[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]