Ahmed Abdul Malik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahmed Abdul-Malik est un contrebassiste de jazz américain, né le 30 janvier 1927 à Brooklyn (New York) et mort le 2 octobre 1993 à Long Branch (New Jersey).

Il est aussi connu pour être l'un des premiers jazzmen à avoir utilisé des instruments à cordes orientaux, en particulier l'oud.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine soudanaise par son père, Ahmed Abdul-Malik a dans son enfance suivi une formation de musicien classique. Il a appris le violon, le violoncelle, le piano et la contrebasse. Après des débuts dans la musique classique, il a fait ses débuts dans le jazz comme contrebassiste dans les années 1940. Il a joué, entre autres, dans les orchestre d'Art Blakey (1945-1948), Randy Weston (1957), Thelonious Monk (1957-1958)... On a pu aussi l'entendre comme sideman aux côtés de Don Byas, Herbie Mann, Anthony Ortega, Walt Dickerson...John Coltrane a fait appel à lui pour jouer du tampoura lors de sessions du « Village Vanguard » de 1961[1].


Passionné par les musiques orientales et africaines, il s'est initié à des instruments comme l'oud (luth oriental) et le qanun (sorte de santour égyptien). Il a d'ailleurs fait un voyage pour des recherches ethnomusicographiques en Afrique en 1961. Il a enregistré comme joueur d'oud dès les années 1950. Abdul-Malik a enregistré sous son nom, ou comme sideman, des albums très inspirés par les musiques du Moyen-Orient. L'«universalité» de sa musique a fait que, dans les années 1960, l'«U.S. State Department » a organisé pour son groupe une tournée en Amérique du Sud. Abdul-Malik s'est produit aussi en 1972 au Maroc lors du premier « African jazz festival ».

Par ailleurs, à partir des années 1970, Abdul-Malik a mené une carrière d'enseignant (à la « New York University » puis au « Brooklyn College »).

Discographique comme leader[modifier | modifier le code]

  • 1958 – Jazz Sahara (Original jazz classic), avec Johnny Griffin au saxophone ténor
  • 1959 - East Meets West (RCA)
  • 1961 - The music of Ahmed Abdul-Malik (Prestige/New jazz)
  • 1962 - Jazz Sounds of Africa (Prestige/New jazz)
  • 1963 - Eastern Moods of Ahmed Abdul Malik (Prestige/New jazz)
  • 1964 - Spellbound (status)

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'instrument ayant été à tort décrit comme un oud dans les notes originales du disque (Lewis Porter, John Coltrane: his life and music, p. 202)