Ahmed Abdallah Abderamane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ahmed Abdallah)
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Abdallah
أحمد عبد الله عبد الرحمن
Fonctions
1er président de la République fédérale islamique des Comores[1]
(3e chef de l'État comorien depuis l'indépendance)

(&&&&&&&&&&&0420511 ans, 6 mois et 3 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Salim Ben Ali
Ali Mroudjaé
Prédécesseur Saïd Atthoumani
Successeur Saïd Mohamed Djohar
1er chef de l'État comorien
6 juillet
(&&&&&&&&&&&&&02827 jours)
Prédécesseur Nouvelle fonction
Successeur Saïd Mohamed Jaffar
Président du conseil de gouvernement
du territoire des Comores
Prédécesseur Saïd Mohamed Jaffar
Successeur Salim Ben Ali
(indirectement, Premier ministre)
Biographie
Nom de naissance Ahmed Abdallah Abderemane
Date de naissance
Lieu de naissance Domoni
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Moroni
Nationalité comorienne
Parti politique Union comorienne pour le progrès

Ahmed Abdallah Abderamane Ahmed Abdallah Abderamane
Présidents de la République islamique des Comores

Ahmed Abdallah Abderamane (en arabe : أحمد عبد الله عبد الرحمن), né le , mort le , est un ancien président de la République fédérale islamique des Comores.

Abdallah est né à Domoni , sur la côte est de l'île d'Anjouan. Fils de famille riche et noble, il fut d'abord préparateur de vanille et commerçant sous la houlette d'un frère aîné, Said Ali Abdallah Abderemane, qui fait du commerce entre Madagascar et les Comores. En 1946, en tant que notable influent, il devient homme politique en se faisant élire au conseil général des Comores. Il est alors dans le sillage de Said Mohamed Cheikh le fondateur du parti Vert.

Président du conseil général en 1950, il siège ensuite à Paris (1953)[réf. nécessaire] à l'Assemblée nationale avant d'être élu au Sénat en 1959 sous diverses étiquettes de Gauche républicaine[2]. Il s'assure parallèlement un contrôle quasi-total de la production de vanille de l'île d'Anjouan et réinvestit ses profits dans l'achat de plantations, surtout à Mayotte. En 1958, le gouvernement français contraint la Société Comores Bambao à revendre des parcelles de ses considérables domaines. Ahmed Abdallah, qui fait partie du groupe de travail sur la réforme foncière, est aussi un des premiers acquéreurs.

À partir de 1961 et du régime d'autonomie interne accordé par la France, Ahmed Abdallah accroît sa fortune en important le riz, aliment de base des comoriens. Acheté à bas prix, car subventionné par la métropole, ce produit est revendu au prix fort. C'est ainsi qu'il met au point un redoutable réseau de clientélisme.

Il est réélu au sénat en 1968[2]. À la mort de Saïd Mohammed Cheikh (1970), il s'allie au RDPC, mais souhaite accélérer le processus d'indépendance et adhère à l'Union Démocratique des Comores. Il contribue à la chute du gouvernement de Said Ibrahim et suite au succès des Verts aux élections locales de décembre 1972, il devient président du Conseil de gouvernement et premier ministre des Comores (décembre 1972), il démissionne du sénat le 9 janvier 1973[2]. C'est lui qui négocie à Paris les Accords du 15 juin 1973 avec le Gouvernement français, négociation qui ouvre la voie à l'indépendance des Comores.

Le , l'ensemble des quatre îles se prononce à 95 % pour l'indépendance, mais à Mayotte où Abdallah, propriétaire de nombreuses terres est impopulaire, on dénombre 65 % de «non» à l'indépendance.

Selon les indépendantistes, le gouvernement de Jacques Chirac ne se confirme pas aux règles du Droit international en permettant à Mayotte de rester française. Cette décision, confirmée par le Parlement français, le , est un camouflet pour Ahmed Abdallah, qui riposte en proclamant unilatéralement l'indépendance le et en devenant le premier chef d'État des Comores. Pas pour longtemps, car le , il est renversé par un coup d'État organisé par Ali Soilih et le mercenaire français Bob Denard sur l'île de la Grande Comore. Ahmed Abdallah est délogé de l'île d'Anjouan par une centaine de « mapinduzi » (militaires militants) encadrés par des mercenaires. Il part alors en exil en France.

Il reprend le pouvoir en mai 1978, par un coup d'État toujours organisé par le mercenaire Bob Denard. À son retour, le 21 mai, il est accueilli de façon triomphale, et proclame à des journalistes occidentaux médusés : « Il faut que je me refasse ». Il installe alors un pouvoir autocratique dans lequel l’opposition n’est que tolérée. Le , il est élu Président de la république fédérale islamique des Comores. Il est le seul candidat.

En 1982, Abdallah dissout tous les partis politiques et crée un parti unique, l'Union comorienne pour le progrès (Parti bleu). Peu à peu, le régime devient dictatorial, encadré par les mercenaires qui contrôlent le pays et évitent plusieurs tentatives de coup d'État. Certains opposants du régime ont été exécuté ou disparu pendant cette période. Seul candidat à être autorisé à se présenter aux élections, Abdallah est réélu le , et son parti remporte la totalité des sièges à l'Assemblée fédérale le . Il ouvre son pays aux investisseurs étrangers, surtout sud-africains, dans les domaines du tourisme et de la pêche. En échange, Moroni devient une base arrière pour des opérations contre le Mozambique. Capable de grande générosité, en payant le mariage de certains, en offrant le pèlerinage à La Mecque à d'autres, il vit sobrement et ne profite guère de sa fortune. Mais sur les dernières années de sa vie, il s'enferme de plus en plus dans ses résidences, entouré des mercenaires dont on murmure parfois qu'il est l'otage, tandis que la corruption se développe de façon considérable.

En novembre 1989, Abdallah meurt d'une rafale de pistolet-mitrailleur en présence de Bob Denard. Il avait 70 ans. Les circonstances exactes de sa mort restent mystérieuses, le coupable pouvant être Bob Denard lui-même. La réprobation internationale qui suit cet homicide permet à la France d'imposer le départ des mercenaires. Ahmed Abdallah laisse à sa famille une fortune considérable mais un pays miné par la corruption et au développement économique insuffisant. Les procès successifs tenus à Paris contre Bob Denard sur cet assassinat n'ont jamais élucidé ni le contexte ni l'auteur du meurtre[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Président du Directoire du 23 mai au 25 octobre 1978.
  2. a, b et c « AHMED Abdallah Abderamane », Anciens sénateurs Vème République, sena.fr