Ahmad Shamlou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahmad Shamlou

Description de l'image  Ahmad shamlu.jpg.
Autres noms Aléf-Bâmdâd
Activités poète
Naissance
Téhéran
Décès
Langue d'écriture persan
Distinctions prix Dagerman 1999

Signature

Signature de Ahmad Shamlou

Ahmad Shamlou (en persan : احمد شاملو), né le à Téhéran où il est mort le , est l'un des grands poètes iraniens du XXe siècle. Son nom de plume était Aléf-Bâmdâd (en persan ا. بامدا, « A-Aube »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ahmad Shamlou est né à Téhéran et a passé son enfance dans différentes villes d'Iran. Son père étant officier dans l'armée, le petit Ahmad et sa famille durent le suivre et déménager souvent d'une ville à l'autre[1].

Après la naissance d'Ahmad, sa famille habite Rasht, Semirom (en), Isfahan, Abadeh et Shiraz. À partir de 1932, il est scolarisé à Khash, Zahedan, puis Mashhad. Ses études secondaires entamées en 1939 se déroulent à Birjand, Mashhad et Téhéran. En 1943 il tente de d'achever ses études secondaires à Gorgan, Torkaman-sahra, puis Orumieh, mais il n'obtiendra finalement pas de diplôme.

Durant son adolescence, la haine de la Grande-Bretagne lui fait adopter les idéaux de l'Allemagne nazie. Ses activités politiques lui valent une première arrestation par les Alliés, en 1943. Il passe plusieurs mois en prison. De cette période est issu un recueil poétique, Mélodies oubliées. Reniant après la guerre les convictions de son adolescence, il refusera par la suite toute réédition de ce volume. Après la guerre, il adhère au Toudeh, le parti communiste iranien[2].

Ahmad Shamlou a été rédacteur en chef de plusieurs revues : Mâh-nâmé-yé Keyhân (Cahier mensuel de Keyhan), Ketâbé Haftéh (Cahier de la semaine), Khoushéh (Épi), Ketâbé Djom-éh (fa) (Cahier du vendredi)[1].

Il a fini sa vie dans la misère, vivant en reclus et opiomane[3].

Son seconde épouse était Aïda Sarkisian (fa)[4].

En 2008, les forces de sécurité ont dispersé un rassemblement sur la tombe du poète, en présence de sa veuve, le jour anniversaire de sa mort[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il est le contemporain entre autres de Sohrab Sepehri, Forough Farrokhzad et Nima Yushij, ce dernier l'ayant beaucoup inspiré. Sa poésie est complexe. Elle utilise pourtant des images simples, qui contribuent grandement à l'intensité de ses poèmes. Il utilise généralement des images traditionnelles, familières à son audience iranienne à travers les travaux de Hafez et de Omar Khayyam. Il a mélangé les images abstraites et concrètes d'une façon inédite dans la poésie perse, ce qui a désarçonné certains amateurs d'une poésie persane plus traditionnelle.

Ahmad Shamlou a été influencé par la poésie européenne, Maïakovski, Lorca, ainsi que Prévert, Aragon, Éluard ou Apollinaire. Il s'est montré un adversaire résolu de la poésie prosodique et métrique, inadaptée pour exprimer l'époque contemporaine, et partisan de la « poésie libre »[6].

Shamlou a traduit en persan beaucoup d'œuvres depuis l'allemand et le français. Il a notamment traduit Le Petit Prince de Saint-Exupéry[7]. Ses propres œuvres ont elles aussi été traduites, certains en français par l'érudit Ahmad Kamyabi Mask[8], qui était son ami[réf. nécessaire]. Il a écrit également plusieurs pièces de théâtre et édité les travaux des poètes classiques persans les plus importants, en particulier Hafez. Son œuvre en six volumes Ketab-e Koucheh (Le Livre de la rue) est une contribution majeure à la compréhension des croyances et de la langue du folklore persan.

À part sa passion première qu'était la poésie, Shamlou a eu de nombreuses autres activités, dont le journalisme, l'écriture d'histoires pour enfants, de scénarios et de nouvelles.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Traduction en français[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • (fa) (en) 1999 : Ahmad Shamlou: Master Poet of Liberty, de Moslem Mansouri [voir en ligne], sur archive.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Habibollah Gandomzadeh, Mehrnouche Keyfarokhi, « De l’amour terrestre au culte mystique de l’humanité. Étude des aspects mystiques de la poésie de Louis Aragon et d’Ahmad Chamlou », سال 2 ، شماره 2 ، شماره پیاپی 4 ، پاییز و زمستان 1390, (Études de langue et littérature françaises) مطالعات زبان و ادبیات فرانسه [PDF] [lire en ligne]
  • Azita Hempartian, « Châmlou, enfant du siècle », La Pensée de midi, vol. 1, no 27,‎ 2009 (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice biographique, dans Shamlou 1994, p. 125-126
  2. Hempartian 2009, § 9-11
  3. « Mort du poète Ahmad Chamlou », Libération, 25 juillet 2000.
  4. Sadeq Saba, « Obituary: Ahmad Shamlu », The Guardian, 28 juillet 2000.
  5. Iran : Attaque sauvage contre une cérémonie célébrant la mémoire du poète Ahmad Chamlou, Conseil national de la résistance iranienne, 25 juillet 2008.
  6. Parviz Khazraï, « Présentation », dans Shamlou 1994, p. 8-9
  7. Mahnâz Rezaï, « Mohammad Ghâzi », La Revue de Téhéran, numéro 20, juillet 2007.
  8. http://books.google.com/books/about/Choix_de_po%C3%A8mes.html?id=Ro1FQwAACAAJ
  9. (sv) Ahmad Shamloo, sur dagerman.se

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Balkhi.fr : quelques poèmes en version bilingue persan-français