Ahmès (fille de Taâ)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ahmès.
Ahmès
iaH ms O34 B1
{{{trans}}}

Ahmès (ou Iâhmès ou encore Ahmosé), dont le nom signifie « Née de Iâh [Note 1] », est une princesse égyptienne de la XVIIe dynastie, fille du roi Séqénenrê Taâ et de sa sœur (ou demi-sœur) et épouse secondaire Satdjéhouty[1].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ahmès
Naissance Décès
Père Séqénenrê Taâ Grands-parents paternels
Sénakhtenrê Ahmosé
Tétishéri
Mère Satdjéhouty Grands-parents maternels
Sénakhtenrê Ahmosé ?
Tétishéri
Fratrie Ahmôsis
1re épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
2e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari Enfant(s)
2e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
3e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Plusieurs filles du roi Taâ – sinon la plupart d'entre elles – portent un nom commençant par Ahmès. La momie de l'une d'elles fut découverte dans la tombe QV47 de la vallée des reines[Note 2]. Sur le linceul qui la recouvrait, la princesse était présentée ainsi : « la fille du roi, sœur du roi, engendrée par le dieu bon, Séqénenrê, fils de Rê Taâ, et mise au monde par la fille du roi, sœur du roi, épouse du roi Satdjéhouty[2] ».

Elle n'est jamais présentée comme « épouse du roi ». La forme de son nom indique qu'elle aurait vécu au moins jusqu'à la fin du règne de son demi-frère Ahmôsis[3]. On ne dispose pas, à l'heure actuelle, d'autres informations à son sujet.

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un dieu lunaire utilisé très régulièrement dans les noms royaux de la fin de la seconde période intermédiaire et la première partie de la XVIIIe dynastie.
  2. Conservée aujourd'hui au musée de Turin.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Gitton, Les divines épouses de la 18e dynastie, Paris, Belles-Lettres,‎ 1984 (ISBN 978-2-251-60306-3) ;
  • Claude Vandersleyen, L'Égypte et la vallée du Nil, t. 2, Paris, Presses Universitaires de France,‎ 1995, 1e éd. (ISBN 978-2-13-046552-2) ;
  • (en) Kim Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c.1800-1550 BC, Copenhague, Museum Tusculanum Press, Copenhagen,‎ 1997 (ISBN 978-87-7289-421-8) ;
  • (en) Aidan Dodson et Hilton Dyan, The Complete Royal Families of Ancient Egypt,‎ 2004 [détail des éditions].