Ahiman Rezon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Ahiman Rezon (qui signifie en hébreu une aide à un frère) est un ouvrage majeur de la franc-maçonnerie écrit par Laurence Dermott en 1751 et publié pour la première fois en 1756[1]. Il connaîtra de nombreuses éditions (huit en tout) jusqu'en 1813.

Présentation du livre[modifier | modifier le code]

Ce livre sert de constitution aux « Anciens », à l'instar des Constitutions d'Anderson pour les « Modernes ».

La version de 1756 comprend une introduction, une profession de foi, des Old Charges (ou « anciennes obligations ») et des règlements généraux de l'Ordre. Elle concerne autant les francs-maçons que les profanes. Les diverses publications qui lui succèdent suppriment ou rétablissent les règlements généraux de l'Ordre.

En 1778, Laurence Dermott établit également une liste des griefs[2] contre les « Modernes ».

Contenu[modifier | modifier le code]

Laurence Dermott écrit son livre en appuyant l'origine « opérative » de la Grande Loge des Anciens. Il est d'ailleurs très critique sur la vision historique que préconise Anderson. Mais au-delà des polémiques historiques, il inaugure une constitution et une interprétation différente de la franc-maçonnerie.

Tout d'abord, la franc-maçonnerie doit se doter d'un fonctionnement plus démocratique. Dermott tente de réglementer les désignations des officiers et des tenues. Il s'efforce également de garantir la liberté d'expression en loge.

Plus encore, il s'appuie sur les racines « traditionnelles » de la franc-maçonnerie pour qu'une prière maçonnique soit récitée en loge. À ce titre, il introduit des éléments tenant à la fois du christianisme et du judaïsme.

Mais l’Ahiman Rezon insiste surtout sur un point qui deviendra essentiel lors de l'union de la Grande Loge des Anciens et de la Grande Loges des Modernes en 1813 : la charité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. (en) article internet de The library and Museum of Freemasonry
  2. cf. R. Dachez « La querelle des « anciens » et des « modernes » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)