Ah ! Le petit vin blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ah ! le petit vin blanc)
Aller à : navigation, rechercher

Ah ! Le petit vin blanc

Description de cette image, également commentée ci-après

Ah ! Le petit vin blanc
Qu'on boit sous les tonnelles
Quand les filles sont belles
Du côté de Nogent…

Chanson de Lina Margy
Sortie 1943
Enregistré N/A
N/A
Durée 3:25
Genre Chanson française
Auteur Jean Dréjac
Compositeur Charles Borel-Clerc
Producteur N/A
Label Disques Odéon (78 tours Lina Margy)
Éditions Méridian (Paris)

Ah ! Le petit vin blanc est une chanson française écrite en 1943 par Jean Dréjac, composée par Charles Borel-Clerc, et chantée par Lina Margy. Il faut cependant signaler que la chanson a été créée par Michèle Dorlan, mais c'est l'interprétation de Lina Margy qui est la plus célèbre.

Historique[modifier | modifier le code]

C’est au début des années 1940, à l’occasion d’un petit séjour dans une auberge des bords de Marne face à l’Île d’amour[1], que Jean Dréjac trouve l’inspiration, le printemps et le petit vin blanc aidant[2]. Il présente ses textes au compositeur à succès Charles Borel-Clerc, célèbre grâce à ses chansons notamment interprétées par Maurice Chevalier à la fin des années 1930 (Le Chapeau de Zozo, Ma pomme).
Ah ! Le petit vin blanc est née de l’association d’un auteur débutant de 20 ans et d’un compositeur sexagénaire, vétéran de la chanson.

Notamment interprétée par Lina Margy, la chanson s’inscrit immédiatement dans le patrimoine français. Sa commercialisation en « petit format » (la partition populaire de l’époque) a battu le record des ventes avec ses 1,5 million d’exemplaires…[3]

Cette chanson reste la plus populaire du répertoire de son auteur, de son compositeur et de son interprète avec une étrange invitation à la fête à une époque sombre de l’histoire. Bien des années plus tard, à la Fête de l’Humanité dont il était un habitué, Jean Dréjac expliquera que la chanson traduisait « la gaieté » de la Libération. Ensuite, elle a été transmise par les fêtes familiales et beaucoup de jeunes la chantent encore aujourd’hui. Ah ! Le petit vin blanc, dans son texte, fait référence à la ville de Nogent-sur-Marne qui, d’ailleurs, s’autoproclame depuis longtemps « la ville du petit vin blanc ».

La mélodie est jouée en majorité à l’accordéon accompagné d’un orchestre musette. Nogent-sur-Marne était d’ailleurs (et est toujours) bien connue pour ses guinguettes situées en majorité sur les bords de la Marne. De nombreux orchestres de bal musette s’y succèdent, de nombreux danseurs ou titis venus « guincher » et s’« encanailler » font tournoyer leur cavalière aux rythmes effrénés de l’accordéon, notamment le dimanche après-midi. Les guinguettes étaient particulièrement nombreuses durant leur âge d’or, vers 1900. Elles se raréfièrent ensuite progressivement. À Joinville-le-Pont, l’une des plus célèbre avec « Le Petit Robinson » (fermée en 2007[4]) est « Chez Gégène »[5], toujours en activité.

C’est en juin 1954 que, suite à la popularité de cette chanson, fut organisée à Nogent la « Fête du petit vin blanc » sous l’égide de Roland Nungesser (qui deviendra son maire en 1959). Tous les deux ans, durant deux jours consécutifs de juin, la fête réunissait, en défilés ou concerts, de nombreuses fanfares venues de différentes villes européennes, notamment celles faisant partie de jumelages entre villes comme la ville allemande de Siegburg et la ville suisse d’Yverdon-les-Bains, mais également de villes des Pays-Bas. Des majorettes (dont celles du quadrille de Nogent) ouvraient les défilés, suivies par les fanfares et par des chars fleuris d’où on lançait des confettis multicolores. La fête se clôturait par un feu d’artifice tiré sur les bords de Marne.

En hommage à Jean Dréjac qui fit connaître Nogent-sur-Marne dans le monde entier, la Ville a inauguré, le , en présence, notamment, de Claude Lemesle, président du Conseil d’administration de la Sacem, et de Frédéric Brun, fils du célèbre auteur-compositeur-interprète, un square du Petit-Vin-Blanc et une allée Jean-Dréjac.

Reprises[modifier | modifier le code]

La chanson a été reprise par de nombreux artistes tels que :

Et bien sûr, jouée aussi à l'accordéon par :

Autour de la chanson[modifier | modifier le code]

Goscinny fait allusion à deux reprises à cette chanson dans sa bande dessinée Astérix. Il s'agit, dans les deux cas, d'une parodie des premiers mots qui composent le refrain : « Ah ! Le petit vin blanc, qu'on boit sous les tonnelles » :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi l’article Île d'Amour (Bry-sur-Marne) concernant la même île, mais celle-ci relève juridiquement de la commune de Chennevières-sur-Marne selon le rapport gouvernemental d’études patrimoniales, lire « Sensibilité paysagère des boucles de la Marne »
  2. Source : Le Roman de Jean de Frédéric Brun.
  3. Source : Guide Totem de la chanson française et francophone (Éditions Larousse).
  4. Article Fin de bal pour les guinguettes ? sur SciencesPo.fr
  5. Site officiel « Chez Gégène »

Article connexe[modifier | modifier le code]