Agustín Gómez-Arcos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agustín Gómez-Arcos

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Agustín Gómez Arcos à Paris.

Activités écrivain
Naissance 15 janvier 1933
Enix, Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès 20 mars 1998 (à 65 ans)
Paris, France
Langue d'écriture Castillan, Français

Agustín Gómez-Arcos (Almería, Andalousie, 15 janvier 1933 - Paris, 20 mars 1998) est un écrivain libertaire[1] espagnol, d'expression espagnole et française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit, il quitte l'université pour le théâtre. Certaines de ses pièces ayant été interdites, il quitte l'Espagne pour la France en 1966. Il est l'auteur de romans traduits dans le monde entier. L'Agneau carnivore est son premier roman écrit en français ; le narrateur y évoque son enfance dans l'Espagne franquiste, l'inceste et l'homosexualité.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Agneau carnivore, Stock, Paris, 1975, rééd. Points Seuil. (Traduit en américain par William Rodarmor sous le titre The Carnivorous Lamb pour David Godine, Boston en 1984; republié en 2007 par Arsenal Press, Vancouver.) Prix Hermès 1975.
  • Ana non, Stock, Paris, 1977, Prix du Livre Inter 1978
  • Scène de chasse (furtive), Stock, Paris, 1978.
  • Pré-papa ou roman de fées, Stock, Paris, 1979.
  • L'Enfant miraculée, Fayard, Paris, 1981.
  • L'Enfant-Pain, Seuil, Paris, 1983.
  • Maria Républica, Seuil, Paris, 1983.
  • Un oiseau brûlé vif, Seuil, Paris, 1984.
  • Interview de Mrs. Morte Smith par ses fantômes : théâtre, Actes Sud, 1985.
  • Bestiaire, Pré-aux-Clercs, 1986.
  • L'Homme à genoux, Julliard, Paris, 1989.
  • L'Aveuglon, Stock, Paris, 1990.
  • Mère Justice, Stock, Paris, 1992.
  • La Femme d'emprunt, Stock, Paris, 1993.
  • L'Ange de chair, Stock, Paris, 1995.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

" […] la laideur du monde, si coriace soit-elle, s'éteint lorsqu'au hasard des rêves s'allume le sourire d'un enfant qui dort. " (L'Enfant pain, page 315)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel,‎ 26 avril 1990, 491 p. (lire en ligne).