Agustín Fernando Muñoz y Sánchez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agustín Fernando Muñoz y Sánchez
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muñoz et Sánchez.

Agustín Fernando Muñoz y Sánchez, duc de Riánsares (es), né à Tarancón le 4 mai 1808 et mort au Havre le 13 septembre 1873, est un militaire espagnol et le second époux de la reine et régente Marie Christine de Bourbon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père tenait un débit de tabac. Il était sergent de la garde royale de Ferdinand VII. Il se serait fait remarquer par la reine en arrêtant leur équipage emballé, mais d'autres versions plus audacieuses ou scandaleuses de son ascension existent.

Après la mort du roi le 29 septembre 1833, ils contractèrent (un peu vite) en secret un mariage morganatique le 28 décembre 1833 et eurent sept enfants :

Il semble bien que ce mariage secret, dont tout le monde connaissait la réalité, ne fut pas très populaire en Espagne, et que cela contribua aux troubles qui menèrent à la Constitution de 1837. Cependant le trait selon lequel la mutinerie du 18 août 1836 aurait eu un rapport avec lui est légendaire.

Du fait du caractère secret de leurs noces, ils les célébrèrent enfin officiellement, avec le consentement de la reine Isabelle II d'Espagne, le 12 octobre 1844. En juin 1844, il avait été nommé Grand d'Espagne et avait reçu le duché de Riánsares (es) pour en justifier le titre. Le jour suivant la noce officielle, il fut encore nommé Lieutenant général et sénateur à vie. Sa belle-fille, la reine Isabelle II lui octroya l'ordre de la Toison d'or. Il reçut plus tard le titre de marquis de San Agustín (es) puis, alors qu'il était en exil en France avec son épouse Marie Christine, Louis-Philippe Ier le nomma Duc de Montmorot et le décora de la Légion d'honneur (Grand-croix).

Il fut le promoteur de diverses activités liés au chemin de fer dans la Principauté des Asturies et le Pays valencien, ce qui lui valut une grande fortune. Il manquait d'ambition politique, au point, dit-on, de refuser la couronne de l'Équateur lorsqu'elle lui fut proposée.

Il mourut cinq ans avant son épouse, dans leur demeure en exil, au Havre.