Cercle de culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Agroglyphe)
Aller à : navigation, rechercher
Cercle de culture ou agroglyphe (ici de type « fractal »).
Agroglyphe en Suisse

Un cercle de culture (souvent appelé par le nom anglais crop circle et parfois par le néologisme « agroglyphe »), est un motif réalisé dans un champ de céréales (généralement de blé) par flexion des épis, dans le but de représenter diverses formes géométriques dont l'ensemble est visible depuis le ciel. Ces formes peuvent aller d'un simple cercle de quelques mètres de diamètre à des compositions de plusieurs centaines de mètres impliquant de nombreuses sections.

Les premiers agroglyphes connus datent de la fin des années 1960 en Australie, au Canada et en Angleterre et ont, par la suite, inspiré deux Anglais, Doug Bower et Dave Chorley, qui ont déclaré, en 1991, en avoir réalisé des centaines d'autres à partir de 1978[1] par plaisanterie[2].

Bien qu'une majorité de scientifiques et les sceptiques affirment que l'origine des agroglyphes apparus dans la campagne anglaise est maintenant connue, divers amateurs de phénomènes paranormaux continuent d'avancer de très nombreuses explications alternatives pour l'apparition des agroglyphes : phénomènes naturels inconnus, manifestations ufologiques ou manifestations d'énergie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'expression « cercle de culture » est une traduction directe du mot anglais crop circle (inventé par l'ingénieur britannique Colin Andrews à la fin des années 1970[3],[4]). On rencontre aussi mais moins souvent la traduction « cercle de récolte ». « Agroglyphe », quant à lui, est un néologisme savant issu de agro- et de glyphe (littéralement « représentation graphique dans l'agriculture »). L'étude de la formation de motifs géométriques dans les champs est la « céréologie » et les personnes étudiant ce sujet sont des « céréologues ».

Gravure du « diable faucheur »[modifier | modifier le code]

Représentation symbolique d'un « diable faucheur » dans une gazette anglaise du XVIIe siècle.

Selon Peter Jan Margry (nl) et Herman Roodenburg, les folkloristes sont muets sur la formation de cercles de culture au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, ce qui indique qu'on a probablement affaire à un phénomène moderne[5].

Des céréologues présentent comme étant l'ancêtre des cercles de culture la gravure d'un « diable faucheur » (Mowing-Devil (en)), occupé à faucher une aire en forme d'anneau dans un champ d'avoine, figurant dans une gazette de 1678[6],[7]. Le texte d'accompagnement dit que le fermier, irrité par la rémunération excessive demandée par son faucheur pour accomplir son travail, jura qu'il préfèrerait que ce soit le diable lui-même qui s'en charge. Dans la nuit, le champ fut pris dans des flammes et le lendemain matin on retrouva l'avoine parfaitement fauchée[8]. Cependant, dans la mesure où l'avoine est non pas couchée mais fauchée, on ne saurait voir dans cette gravure un ancêtre du cercle de culture.

Apparition des agroglyphes[modifier | modifier le code]

Le 19 janvier 1966, George Pedlez, propriétaire d'une plantation en Australie, près de la ville de Tully, prétend avoir été témoin du décollage d'un aéronef qui se serait posé dans un marécage. On découvre dans les roseaux ce qu'on qualifie à l'époque du nom de saucer's nest (« nid de soucoupe »), un aplatissement des végétaux de manière circulaire. D'autres nids de soucoupe sont découverts par la suite dans le voisinage. On peut penser que cette histoire a inspiré certaines personnes, dont un certain Doug Bower, à faire des nids de soucoupe dans les champs. Une décennie plus tard, le même Doug Bower devait importer cette idée en Angleterre et, en compagnie de son compère Dave Chorley, multiplier les cercles dans des cultures, donnant ainsi naissance au mythe des crop circles (agroglyphes)[2],[9].

Au Canada, un fermier de Duhamel, Alberta, découvre des cercles de culture le 5 août 1967. Dans les semaines précédentes, plusieurs personnes avaient déclaré avoir vu des ovnis. Le rapport d'enquête conclut qu'il n'y avait pas de signe évident d'intervention humaine ni de trace d'activité chimique ni de radioactivité[10].

D'autres cercles apparaissent dans le sud de l'Angleterre, en Hampshire, Wiltshire et dans les contrées avoisinantes, à partir de 1978.

Au fil du temps, à mesure que le nombre des crop circles croît, les motifs deviennent de plus en plus complexes : alors que les premiers agroglyphes étaient de simples disques, certains de ceux apparus dans les années 1990 et 2000 sont de plus en plus élaborés et complexes. Les agroglyphes se répandent dans plusieurs régions du monde[11].

Origine des agroglyphes[modifier | modifier le code]

Explication scientifique[modifier | modifier le code]

Agroglyphe de type fractal

L'explication rationnelle admise est que les agroglyphes sont des créations humaines, soit relevant du canular, soit similaires aux créations du Land art ou encore aux graffitis dans un milieu urbain.

Canulars[modifier | modifier le code]

La création des agroglyphes réalisés à partir de 1978 a été revendiquée par deux fermiers anglais, Doug Bower et Dave Chorley, dans la région d'Avebury dans le district de Marlborough. Ils expliquèrent plus tard[1] leur intention de faire une plaisanterie, inspirée par les « saucer's nests » d'Australie en 1966[2].

Créations artistiques[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs groupes artistiques créant des agroglyphes et apportant la preuve qu'ils en sont bien les auteurs ainsi que des explications sur la manière dont sont fabriqués ces agroglyphes. C'est le cas notamment du Circlemakers arts collective[12], un collectif fondé par John Lundberg dans les années 1990 et qui, en mars 1998, réalisa, de nuit, en quatre heures de temps, un agroglyphe complexe dont le dessin intégrait des éléments renvoyant à des cercles de culture ayant marqué l'histoire de la spécialité. Filmée par NBC en Nouvelle-Zélande pour une émission intitulée « Unmasked: The Secrets of Deception » (« Démasqué : les secrets d'une supercherie »), l'opération fut vue au mois de mai par 25 millions de téléspectateurs aux États-Unis, avant d'être diffusée, dans les semaines suivantes, dans le reste du monde[13].

Agroglyphes publicitaires[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, des médias, à grand renfort de publicité, ont fait réaliser à leur compte des agroglyphes ou autres motifs :

  • le 7 septembre 1990, Atlantic Records publie une compilation du groupe de rock Led Zeppelin ("Led Zeppelin Boxed Set") sur la pochette de laquelle on voit l'ombre d'un dirigeable Zeppelin survoler un crop-circle
  • les agroglyphes réalisés par la société Distrimix en bordure de l'autoroute A6 entre Joigny et Auxerre avaient un but publicitaire car le message textuel, associé à un logo, dépeint une marque d'une manière plus originale qu'un panneau publicitaire classique, et attire, de ce fait, plus facilement le regard[14] ;
  • le quotidien The Sun commanda un agroglyphe circulaire géant faisant la publicité des Jeux olympiques de Londres 2012 et décoré des cinq anneaux entrelacés traditionnels, le piquant de cette pub étant d'avoir été réalisée sur le sol français, en plein jour, par une équipe de six « faiseurs de cercles » britanniques. Durée de la réalisation : sept heures, puis retour à Londres avant le coucher du soleil[15] ;
  • la chaîne de télévision britannique Sky One fit réaliser un sudoku géant dans une pâture, avec des bâches blanches et des feuilles de plastique (ce n'est donc pas un agroglyphe). Sky One proposa au public de résoudre le jeu et le gagnant reçut de la chaîne une récompense de 5 000 livres (9 000 €). Du point de vue de la démarche, il s'agit d'une production comparable aux graffitis muraux[16] ;
  • en 2006, l’Oregon State University Linux Users Group élabora un cercle de culture géant représentant le logo du navigateur Web Firefox dans un champ de maïs de l'Oregon. Le crop circle gigantesque, qui s'étend sur 45 000 mètres carrés, fut créé à l'occasion du 50 millionième téléchargement de Firefox[17].

Explications alternatives[modifier | modifier le code]

Phénomène naturel[modifier | modifier le code]

Un tourbillon de vent qui pourrait être à l'origine de modification des cultures

Plusieurs théories ont été émises attribuant aux agroglyphes une origine naturelle[18] : tourbillons de vent, foudre en boule, vortex de plasma, champs magnétiquesetc. Cependant ces hypothèses expliquent difficilement les agroglyphes complexes ayant des formes géométriques élaborées, circulaires ou elliptiques, parfois multiples et symétriques, ou des motifs radiaux ou angulaires, ou encore symétriques voire asymétriques.

Boule de lumière et origine extraterrestre[modifier | modifier le code]

La théorie alternative avancée par des amateurs est que les cercles de céréales auraient été causés par des boules de lumières, naturelles ou extraterrestres. Parmi ces amateurs, le BLT Research Team, Inc.[19],[20],[21],[22], dont le nom est constitué des initiales de ses trois initiateurs : John Burke (homme d'affaires new yorkais), W. C. Levengood (biophysicien du Michigan) et Nancy Talbott (collaborant par ailleurs à l'université du Maryland et au Harvard College) a acquis une certaine notoriété dans le domaine. Les membres de ce groupe disent rechercher les causes, naturelles inconnues ou autres, à l'origine de ces phénomènes et disent avoir découvert des isotopes radioactifs rares dans les agroglyphes[23], ils auraient aussi trouvé des modifications structurelles profondes dans les nœuds des plantes tressées (et non simplement couchées) qu'ils pensent provenir soit d'un « vortex de plasma » (phénomène naturel), soit d'un flux délibéré de deutérons (phénomène provoqué par une volonté humaine ou extraterrestre). Selon eux, de telles boules de lumières émettraient des micro-ondes qui réaliseraient la forme dans les blés. L'origine de ces boules n'est pas précisément définie. Dans un article de 1999, Levengood et Talbott prétendent que les blés ont été irradiés. E. H. Haselhoff (2001) propose dans la foulée un modèle physique explicatif[24]. Leurs travaux, publiés dans deux revues à comité de lecture, le Journal of Scientific Exploration[25] et Physiologia Plantarum[26], ont cependant été contestés, particulièrement sur le plan méthodologique, par le sceptique Joe Nickell dans son article Levengood's Crop-Circle Plant Research sur le site du Committee for Skeptical Inquiry[27].

Une représentation du XIXe siècle d'une boule de lumière probablement de la foudre globulaire.

Joe Nickell, membre du Committee for Skeptical Inquiry, a mis en question la fiabilité de ces résultats[28] : il n'y a pas d'indication que l'analyse ait été faite en double-aveugle et il semblerait que les laboratoires ne puissent pas distinguer les épis de blé qui proviennent des agroglyphes de ceux qui n'en proviennent pas, si on ne leur donne pas l'information avant toute analyse. De plus, le modèle de Haselhoff (2001), selon ses propres dires, n'explique pas comment les micro-ondes coucheraient les épis de blé[29] ni comment ils traceraient la forme de l'agroglyphe dans le champ, mais seulement une possible différence de longueur entre les épis.

Certains scientifiques, plus prudents, se contentent d'étudier le phénomène sans prétendre en expliquer l'origine exacte. Le physicien néerlandais Eltjo H. Haselhoff, dans son ouvrage The Deepening Complexity of Crop Circles (litt. « La complexité croissante des cercles de culture », traduit par Les Cercles dans les blés)[30], pense avoir apporté la preuve que certains cercles de culture, en raison de diverses particularités biologiques et physiques, ne pouvaient pas avoir été fabriqués de façon simple par des êtres humains (mystificateurs ou autres groupes utilisant des moyens rudimentaires tels que des planches et des cordes). Même s'il avance l'hypothèse de boules lumineuses pour expliquer des traces de radiations à caractère électromagnétique, il ne prétend pas pour autant connaître l'origine de ces boules. De son côté, le biophysicien américain William C. Levengood a effectué des expériences montrant des déformations anormales et, d'après lui, jusqu'à ce jour inexplicables, des nœuds des tiges de céréales situées à l'intérieur d'un grand nombre de crop circles.

Dessin parodique de l'explication extraterrestre. L'extraterrestre dit « J'adore semer la confusion dans leur l'esprit ! »

Thèse spiritualiste[modifier | modifier le code]

Pour d'autres auteurs, tel que l'architecte français Umberto Molinaro[31], les agroglyphes authentiques auraient des particularités, la conductivité des végétaux prélevés à l'intérieur des cercles différerait de celle des végétaux prélevés à l'extérieur des cercles[32]. Il considère que ce phénomène serait l'œuvre de « forces spirituelles [qui] agissent donc pour aider les humains à s’éveiller. Pour certains il s’agit d’extraterrestres, pour d’autres c’est l’œuvre de la Source, du Divin, ou les forces de la nature, les Dévas et le petit peuple invisible, c’est aussi la présence des désincarnés et des Maîtres ascensionnés, et le signal fraternel d’êtres existant de l’autre côté des étoiles[33]. » Selon un autre auteur populaire, Colin Andrews, conseiller pour le film Signes, fondateur de Circles Phenomenon Research et inventeur de l'expression « crop circle », 80 pour cent des cercles seraient des œuvres artistiques humaines et les 20 pour cent restants auraient une autre origine[34]. D'après lui, le phénomène « indique une période de chaos qui pourrait être empêchée par une évolution de la conscience humaine[35]. » Son livre de 1989, Circular evidence, est un best-seller international qui a contribué à populariser le sujet.

Les agroglyphes dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Mystère, série télévisée de Didier Albert (2007), diffusée pendant l'été 2007 sur la chaine TF1 ;
  • dans le film Chicken Little (2005), des agroglyphes sont créés par des extraterrestres alors qu'ils poursuivent les héros à travers un champ de maïs ;
  • Signes, un film de science-fiction au sujet des agroglyphes, écrit et réalisé par M. Night Shyamalan et diffusé durant l'été 2002, attribue aux extraterrestres la formation de motifs en cercles dans les champs de blé et autres céréales ;
  • Scary Movie 3, parodie partielle de Signes ;
  • Roswell, série télévisée consacrée à un groupe d'extra-terrestres, montrant des agroglyphes dans son générique ;
  • Kaamelott, série télévisée diffusée sur M6, et notamment les épisodes Silbury Hill et Silbury Hill II.

Documentaires[modifier | modifier le code]

Œuvres de promoteurs des thèses paranormales[modifier | modifier le code]

  • What on earth? documentaire de Suzanne Taylor[36]
  • Quest for Truth, documentaire de William Gazecki (en)
  • Demetra's Gold – Journey to the land of Crop Circles, documentaire de Alessandro Luè et Andrea De Marinis
  • Crop Circles - 2010 Update - The Wake Up Call, documentaire de Patty Greer
  • Chasing Daylight, Companion film to the Crop Circle Year Book 2009 Temporary Temple Productions 2009 - par Steve Alexander, Rob Luckins et Karen Alexander
  • Mercurial Skies - The Crop Circles of 2007 de Steve Alexander, Rob Luckins et Karen Alexander
  • Crop Circles, The Ultimate Undercover Investigation de Sam Fink
  • Circles, Hidden Mysteries, Remarkable Revelations, documentaire de Stuart Dike et Julian Gibsone

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Crop Circle Makers in Their Own Words: Doug Bower.
  2. a, b et c (en) UFOs A to Z : Tully.
  3. (en) Pseudoscience: a critical encyclopedia, Brian Regal, Greenwood Press, 2009, p. 47 « Colin Andrews coined the term "crop circle" in the late 1970s »
  4. (en) Crop Circles par Andrea Pelleschi, ABDO, 2012, p. 112 « he coined the term "crop circle" while advising Queen Elisabeth II »
  5. (en) Peter Jan Margry, Herman Roodenburg, Reframing Dutch Culture : Between Otherness and Authenticity, Ashgate Publishing, Ltd., 2007, 291 p. : « There are no reports from folkorists concerning the formation of crop circles in the nineteenth or the first half of the twentieth century. Crop circles are thus probably a quite modern phenomenon. »
  6. (en) Andy Thomas, « The 'Mowing Devil' Investigated » 22 décembre 2005.
  7. (en) Lauren Monaghan « Grand delusions » Cosmos, août 2009, no 28 : « Believers also point to a woodcutting pamphlet more than 300 years old, "The Mowing Devil", which they claim depicts the Devil mowing a field in a circular pattern in history's earliest representation of the phenomenon. But for Randi, this is just fallacious reasoning, often used in crank science - they are attempting to draw credibility from longstanding histories, disregarding their origins as fables and superstitions. »
  8. Transcription du texte :
    (en) The Mowing-Devil:
    Or, Strange NEWS out of
    Hartford-shire
    Being a True Relation of a Farmer, who Bargaining
    with a Poor Mower, about the Cutting down Three Half
    Acres of Oats, upon the Mower's asking too much, the Far
    mer Swore That the Devil should Mow it, rather than He,
    And so it fell out, that that very Night, the Crop of Oats
    shew'd as if it had been all of a Flame, but next Morning
    appear'd so neatly Mow'd by the Devil, or some Infernal Spi
    rit, that no Mortal Man was able to do the like.
    Also, How the Said Oats ly now in the Field, and the Owner
    (…) not Power to Fetch them away.
    Licensed, August 22th (sic), 1678.
    .
  9. (en) Article de Bill Chalker, pour le « projet 1947 »
  10. Bibliothèque et archives du Canada
  11. Un agroglyphe de 70 m de diamètre est découvert dans un champ de riz à Sleman, près de Yogjakarta, en Indonésie, le 24 janvier 2011. Des agroglyphes avaient déjà été signalés à Tuban (Java oriental) en 1986 et 1987. D'après l'article « Mysterious crop circle found by farmer in Yogyakarta », The Jakarta Post, 25 janvier 2011. Consulté le 3 novembre 2012.
  12. (en) Circlemakers arts collective
  13. (en) New Zealand First, sur le site Circlemakers.
  14. Jérémy Dahan, « Vendre plus : se faire un coup de pub pour zéro euro… ou presque » L'Express en ligne, 12 mai 2007.
  15. (en) The French Job
  16. (en) The World's Largest Sudoku Puzzle: Win £5000.
  17. Firefox crop circle.
  18. (en) Ivan Valiela, Doing Science: Design, Analysis, and Communication of Scientific Research, Oxford University Press, 2001, p. 273
  19. Site Web du BLT Research Team, Inc..
  20. (en) The Deepening Complexity of Crop Circles: Scientific Research and Urban Legends, Eltjo H. Haselhoff Frog Books, 2001 p. 90
  21. (en) Communicating in Groups and Teams: Sharing Leadership Par Gay Lumsden, Cengage Learning, 2009 p. 150
  22. (en) Recherches publiées dans Journal of Scientific Exploration (en), Physiologia Plantarum (en)
  23. (en) Marshall Dudley, Tennelec/Nucleus, Oak Ridge, Tennessee, États-Unis, and Michael Chorost, Duke University, Durham, North Carolina, États-Unis, « The Discovery of Thirteen Short-Lived Radionuclides in Soil Samples from an English Crop Circle ».
  24. article de Eltjo Haselhoff sur la théorie des boules de lumière, sur le site de Psi APPLICATIONS.
  25. (en) « Semi-Molten Meteoric Iron Associated with a Crop Formation » dans JSE, vol. 9, no 2, pp. 191-199.
  26. « Dispersion of energies in worldwide crop formations », dans Physiologia Plantarum, vol. 105, no 4 (avril 1999), pp. 615–624.
  27. (en) Joe Nickell, [1], Skeptical Inquirer, vol. 26, 5, septembre-octobre 2002.
  28. (en) « Crop-Circle Plant Research by Levengood; Investigative Files » Skeptical Briefs June 1996)
  29. (en) « Scientific Studies "Confirm Crop Circles Are Made By Ball of Light" »
  30. (en) Eltjo H. Haselhoff, The Deepening Complexity of Crop Circles: Scientific Research and Urban Legends, Frog Books, 2001.
  31. La Voix du Nord.
  32. Site personnel de Umberto Molinaro.
  33. Interview de Umberto Molinaro.
  34. (en) Popular Science, août 2002, p. 84.
  35. (en) Colin Andrews biography
  36. (en) « ‘What on Earth?’ Probes Mysteries of Crop Circles » dans The New York Times.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Bert Janssen, The Hypnotic Power of Crop Circles, Adventures Unlimited Press, 2004. (ISBN 1951882347[à vérifier : ISBN invalide])
  • Nicolas Montigiani, Crop circles : manœuvres dans le ciel, Chatou, éditions Carnot, « Orbis enigma », 2003. (ISBN 2-84855-000-7)
  • Umberto Molinaro, Des cercles dans la nuit : voyage initiatique au pays des crop circles.
    • Première édition française : Umberto Molinaro, Wattignies, 2006, 256 p. (ISBN 2-9527253-0-6).
    • Réédition française : Montlaur, éditions Équilibre, 2007, 319 p. (ISBN 978-2-916008-13-4).
    • Première édition canadienne : éditions Cœur de Phénix, Rosemère, 2007, 319 p. (ISBN 978-2-923524-18-4).
  • Eltjo Haselhoff, Les cercles dans les blés et leurs mystères : recherches scientifiques et légendes (traduit de l'anglais par Jean-Daniel Pellet), Lausanne et Paris, éditions Favre, 2002, 157 p. (ISBN 2-8289-0710-4). Traduit depuis l'ouvrage original « The deepening complexity of crop circles: scientific research & urban legends ».
  • (en) Judith K. Moore et Barbara Lamb, Crop Circle Revealed: Language of the Light Symbols, Flagstaff, Light Technology Publications, 2001 (ISBN 1891824325).
  • (en) R. Noves, The Crop Circle Enigma: A Range of Viewpoints, du Centre d'études des agroglyphes.
  • (en) Steve et Karen Alexander, Crop circle year book, Gosport (Hampshire), Temporary Temple Press, publication annuelle depuis 1999.
  • (en) Terje Toftenes, Crop circles: crossovers to another dimension, DVD, Medietilsynet.
  • Philippe Messina, Dominique Thomas (textes), Steve Alexander (photographie), Crop Circles : Mandalas des Champs, Montpellier, éditions Gange, coll. « Arc-en-ciel », 2004, 27 + 150 p. (ISBN 2-911096-19-3).
  • Michael Hesemann, Messages : L'énigme des Crops Circles (traduit de l'anglais par Christian Muguet), éditions Trajectoire, Paris, 2003, 311 p. + 64 p. de planches illustrées (ISBN 2-84197-260-7).
  • Colin Andrews, Crop Circles, signes et contacts (avec la participation de Stephen J. Spignesi ; traduit de l'américain par Laurence Le Charpentier), Neuilly-sur-Seine, éditions Exclusif, 2007, 255 p. + 16 p. de planches illustrées (ISBN 978-2-8489-1064-2).
  • Werner Anderhub et Hans Peter Roth, Le mystère des Crop Circles, Éditions Véga, 2003 (ISBN 2858293414)

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]