Agriculture en Afrique du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élevage d'ovins dans la province du Gauteng.

L'agriculture en Afrique du Sud est en augmentation tout au long du XXe siècle, grâce une motorisation et une irrigation croissante, lui permettant d'être exportatrice nette de produits alimentaires la plupart du temps. Cependant, sa part dans le PIB a diminué passant d'environ 20 % dans les années 1930, à environ 12 % dans les années 1960 et à moins de 3 % en 2011, à cause de la croissance rapide et continue des industries minières, des industries manufacturières et au tertiaire[1]. Le secteur agricole répond à la plupart des besoins domestiques, les principales exportations de l'Afrique du Sud sont le maïs, la laine, le sucre, l'arachide et le tabac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Environ 15 millions d'hectares, soit 12 % de la superficie des terres sud-africaines, sont cultivées, 10 % de ces terres cultivées font l'objet d'irrigations intensives. La production agricole souffre de sécheresses cycliques dès le XVIIe siècle, une large partie occidentale du pays est ainsi semi-désertique. Les zones de précipitations régulières et abondantes se situent le long du littoral dans le Cap-Occidental et surtout dans le KwaZulu-Natal. Le reste du pays est relativement sec, et une grande partie de la province du Cap, caractérisé par le Karoo ne convient que pour l'élevage extensif d'ovins.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'apartheid jusqu'en 1994, les fermiers blancs contrôlaient plus de 80 % des terres arables. Ces exploitations détenaient en moyenne 1 300 hectares, alors que les fermes noires en moyenne ne comptaient que 5,2 hectares. Ainsi de très nombreuses exploitations agricoles noires de par leurs tailles nécessitaient une multiactivité pour être rentables. Dans le milieu des années 1990, il s'est ainsi fait sentir le besoin d'une réforme agraire pour l'élargissement de la propriété foncière aux populations noires.

Production[modifier | modifier le code]

silo à grain dans l'État-Libre.

Maïs[modifier | modifier le code]

Les cultures céréalières occupent plus de 60 % de la superficie en culture dans les années 1990. Le maïs est la principale culture du pays, en tant qu'aliment de base, en tant que source d'alimentation pour le bétail et que culture d'exportation. Le maïs est cultivé commercialement dans les grandes exploitations et sur plus de 12 000 petites exploitations agricoles, principalement dans le Nord-Ouest, leMpumalanga, l'État-Libre, et les provinces du KwaZulu-Natal. La production de maïs génère au moins 150 000 emplois dans les bonnes années avec une production de 10 millions de tonnes.un hectare peut donne 10 tonnes ou plus en utilisant les engrais qu'il faut par hectare.

Blé[modifier | modifier le code]

La production de blé est concentrée dans de grandes exploitations hautement mécanisées, la production a aussi connu une importante croissance durant le XXe siècle. La culture du blé se pratique essentiellement, dans Cap-Occidental où les pluies sont assez fiables, dans l'État libre d'Orange et dans le Mpumalanga. Si le blé connait une demande locale croissante, les volumes de production restent très variables, par exemple, environ 2,1 millions de tonnes ont été produites en 1991 alors que seulement 1,3 million de tonnes l'ont été en 1992. Le pays n'est pas autosuffisant dans cette production, il doit importer régulièrement une partie de sa consommation.

Autres[modifier | modifier le code]

Le sorgho est cultivé dans certaines parties de l'État-Libre, ainsi que dans le Nord-Ouest mais surtout dans le Limpopo, avec une production dépassant souvent les 200 000 tonnes. Le sorgho est utilisé depuis les temps préhistoriques à des fins alimentaires et de brassage. L'orge est également cultivé, principalement dans le Cap-Occidental, avec près de 300 000 tonnes d'orge produites en 1995.

L'Afrique du Sud produit aussi des haricots, du soja mais aussi des arachides et des graines de tournesol. La production annuelle de ces cultures varie sensiblement d'année en année, bien que l'Afrique du Sud est généralement capable de répondre à ces besoins domestiques en huiles végétales tout en exportant. Le pays produit marginalement également du coton, du sisal.

Fruits[modifier | modifier le code]

Vergers dans la vallée de Langkloof.

Les fruits, y compris le raisin pour la viticulture, représentent certaines années environ 40 % des recettes d'exportation agricole. Ces fruits se retrouvent souvent sur les marchés européens et américains en contre-saison. Les pommes, les poires et les pêches sont principalement cultivées dans les régions du Cap-Occidental et du Cap-Oriental, où les hivers froids et des étés secs fournissent des conditions idéales pour ces cultures. Près de 1 million de tonnes de ces fruits sont ainsi produites chaque année au début des années 1990.

Fruits tropicaux[modifier | modifier le code]

Les ananas sont cultivés, principalement dans le Cap-Oriental et le KwaZulu-Natal. Les fruits tropicaux, surtout les bananes, les avocats et les mangues ont vu également leur production augmenter, en particulier dans le nord-est et dans certaines régions côtières. Plus de la moitié de la production d'agrumes est exportée, avec plus de 40 millions de cartons de fruits d'agrumes exportés en 1994.

Raisin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Viticulture en Afrique du Sud.

Plus de 1,5 million de tonnes de raisins sont produites en Afrique du Sud. La viticulture remonte dans le pays au XVIIe siècle, avec l'immigration de français huguenots. Plus de 100 000 hectares de terre sont plantés en vignes, centrés principalement dans le Cap-Occidental. Plusieurs petits vignobles se trouvent également dans le Cap-du-Nord, l'État-Libre et de la province du Nord. La fin des sanctions internationales contre l'Afrique du Sud a entrainé une augmentation spectaculaire de la demande mondiale pour les vins sud-africains entre 1994 et 1995.

Canne à sucre[modifier | modifier le code]

La canne à sucre est aussi une culture d'exportation importante, l'Afrique du Sud est le dixième producteur mondial de sucre. La canne à sucre a d'abord été cultivée en milieu du XIXe siècle dans le Natal. La production est actuellement essentiellement située dans cette région, mais la canne à sucre est également cultivée dans le Mpumalanga où elle nécessite alors de l'irrigation de par les précipitations faibles et irrégulières. Les terres en culture de canne à sucre ont augmenté de façon constante, l'industrie estime qu'elle a produit plus de 16 millions de tonnes de canne à sucre en 1994.


Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chapleau 2011, p. 15

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Bastide, L'espace Sud-Africain, Paris, Masson, coll. « Géographie »,‎ juillet 1990, 214 p. (ISBN 2-225-82047-3)
  • Philippe Chapleau, L'Afrique du Sud de A à Z, André Versaille,‎ 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :