Agreste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agreste (homonymie).

Hipparchia semele

L'Agreste (Hipparchia semele) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Satyrinae et au genre Hipparchia.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Il a été nommé Hipparchia semele par Carl von Linné en 1758.

Synonymes : Papilio semele Linnaeus, 1758; Hipparchia wilkinsoni Kudrna, 1977 ; Satyrus cadmus Fruhstorfer, 1908[1],[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

L'Agreste se nomme Rock Grayling ou Grayling en anglais, Ockerbindiger Samtfalter en allemand et Pardo-rubia en espagnol[2].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Hipparchia semele semele, répandue en Europe mais en régression
  • Hipparchia semele atlantica, dans le nord-ouest de l'Écosse.
  • Hipparchia semele cadmus (Fruhstorfer, 1908); dans les régions montagneuses d'Europe
  • Hipparchia semele clarensis, en Irlande.
  • Hipparchia semele hibernica, en Irlande.
  • Hipparchia semele leighebi (Kudrna, 1976); ou Hipparchia leighebi dans les îles Éoliennes, en Sicile[2].
  • Hipparchia semele pellucida (Stauder, 1924);qui est considérée par certains comme une espèce distincte Hipparchia pellucida
  • Hipparchia semele sbordonii (Kudrna, 1984); îles italiennes Pontines[3].
  • Hipparchia semele scota, sur les côtes d'Écosse.
  • Hipparchia semele thyone[4]

La taxonomie est encore en étude et certains pensent que Hipparchia semele sbordonii est une espèce distincte, alors que d'autres placent Hipparchia creticaca comme Hipparchia semele cretica mais les genitalia seraient différentes. Les questions se posent aussi pour Hipparchia pellucida et pour Hipparchia volgensis.

Description[modifier | modifier le code]

L'Agreste est de couleur marron foncé avec une bande submarginale jaune orangé marquée chez la femelle, plus discrète chez le mâle, avec en bordure une frange entrecoupée et deux ocelles noirs aveugles ou très discrètement pupillés aux antérieures et un très petit aux postérieures.

Le revers des antérieures est jaune orangé entouré d'une bande marbrée de marron et de blanc avec les deux ocelles noirs alors que les postérieures sont marbrées de marron et de blanc.

Cette espèce présente un comportement particulier : les individus, lorsqu'ils sont posés au sol avec les ailes repliées verticalement, s'inclinent sur le côté.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille possède une tête grise et un corps beige clair orné d'une bande dorsale marron et de deux bandes latérales ocre flanc[5].

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

L'Agreste vole en une génération entre juin et septembre[3].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Ses plantes hôtes sont diverses poacées (Graminées): Aira praecox, Bromus erectus, Calamagrostis neglecta, Corynephorus canescens, Dactylis glomerata, Deschampsia cespitosa, Elymus arenarius, Elymus repens, Elytrigia repens, Festuca ovina , des Agropyron, des Triticum [2],[3].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

L'Agreste est présent dans toute l'Europe jusqu'au 63°N et dans tout le sud de la Russie mais absent d'Albanie, Macédoine et Grèce[3].

L'Agreste est présent dans presque tous les départements de la France métropolitaine excepté l'Île-de-France, la Creuse et la Corse, mais il n'a pas été retrouvé depuis 1980 dans de nombreux départements, en particulier dans le Centre, le Poitou-Charentes et la Franche-Comté [6].

En Belgique, il est considéré "en danger critique"[7].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il réside dans des landes à bruyères, des bois clairs, des lieux buissonneux.

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INPN taxonomie
  2. a, b, c et d funet
  3. a, b, c et d (Tolman et Lewington 1997)
  4. uk butterflies
  5. D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, 2001, ISBN 978-2-603-00639-9
  6. lepinet
  7. Stéphane Claerebout, Clé de détermination des papillons de jour de Belgique, Cercles des Naturalistes de Belgique ASBL, 2008. Editeur responsable: Léon Woué DL D/2008/3152/224 ISSN 0773-9419
  8. INPN protection

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ 1997 (ISBN 978-2-603-01649-7)
  • Lionel G. Higgins et Norman D. Riley (trad. Th. Bourgoin), Guide des papillons d'Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1988, 455 p. (ISBN 260300638X, OCLC 19090161)