Agos-Vidalos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agos-Vidalos
Le village de Vidalos.
Le village de Vidalos.
Blason de Agos-Vidalos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Canton Argelès-Gazost
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost
Maire
Mandat
Jean-Marc Abbadie
2014-2020
Code postal 65400
Code commune 65004
Démographie
Population
municipale
396 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 16″ N 0° 04′ 14″ O / 43.0378, -0.0705555555556 ()43° 02′ 16″ Nord 0° 04′ 14″ Ouest / 43.0378, -0.0705555555556 ()  
Altitude Min. 391 m – Max. 1 360 m
Superficie 6,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Agos-Vidalos

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Agos-Vidalos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agos-Vidalos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agos-Vidalos

Agos-Vidalos est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d'Agos.

Commune des Hautes-Pyrénées située dans le Lavedan, Agos-Vidalos est limitée à l'est par le gave de Pau, même si le territoire communal s'étend légèrement en rive droite.

L'altitude minimale, 391 mètres, se situe au nord-est, là où le gave de Pau quitte la commune et entre sur celle de Ger. L'altitude maximale, avec 1 360 m est atteinte au nord-ouest au Pic de Boun, en limite des communes d'Ossen et d'Ouzous.

Une partie de la commune abrite la Réserve naturelle régionale du massif du Pibeste-Aoulhet[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Agos-Vidalos
Ouzous OssenViger Ger
Agos-Vidalos Geu
Ayzac-Ost Boô-Silhen

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comte de Bigorre Centulle III, qui fit construire le château de Vidalos, encouragea la création d'un village près de sa garnison en accordant des exemptions d'impôts et de corvées aux paysans qui s'y installaient[2].

Le traité de Brétigny, le 8 mai 1360, donna le château aux Anglais avec la Bigorre. Charles V reprit ensuite la province. La forteresse servit ultérieurement de prison pour les détenus de droit commun.

En 1846, les communes d'Agos et de Vidalos fusionnent sous le nouveau nom d'Agos-Vidalos.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la tour d'argent accostée de deux chèvres d'or, le tout posé sur un pont de sinople*, accompagné en pointe de deux burelles ondées d'or.[3]
Commentaires : * Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Louis Gerbeau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 396 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218 154 212 232 239 231 245 238 360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343 359 360 358 351 352 322 335 334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302 301 302 223 208 207 208 218 228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
256 265 285 272 270 290 350 367 396
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour de Vidalos.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la réserve naturelle régionale du massif du Pibeste, consulté le 7 janvier 2014.
  2. Jacques Longué : Hautes-Pyrénées, le guide - J&D Editions, Biarritz, 1997.
  3. Banque du Blason
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]