Agilolfing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Agilolfings, également appelés Agilolfinges, Agilolfingiens ou Agilolfides sont les membres de la première dynastie de ducs bavarois (ou bavarii). Le premier d'entre eux est le prince éponyme Agilulf le Suève (avant 482). Ils règnèrent sur le duché de Bavière du VIe siècle jusqu'à la fin du VIIIe siècle. Plusieurs tentatives de prise de pouvoir échouèrent, notamment par les Carolingiens. La résidence des Agilolfings se trouvait à Ratisbonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les agilolfinges sont unes des premières familles de l'époque mérovingienne après la famille royale et ses membres occupèrent une position prédominante, parfois royale, en Bavière, en Lombardie et en Austrasie[1].

Vers 555, le roi Clotaire Ier donne à Garibald, le duché de Bavière ; avec son son épouse Waldrade, il est à l'origine d'une dynastie qui ne sera détrônée que sous Charlemagne[2] ; les historiens ont émis différentes hypothèses sur l'origine de Garibald, qui pourrait être burgonde[3], hérule[4], lombard[5], thuringienne[6] mais Karl Ferdinand Werner défend l'idée d'une origine franque comme Eduard Hlawitschka, Reiner Butzen, Jörg Jarnut ou Christian Settipani[7].

Le fondateur de la lignée pourrait être un Agilulf, beau-frère du roi Clodéric[8] ; il pourrait s'agir d'un descendant par les femmes du roi des Suèves Agilulf mort en 458 selon une hypothèse formulée par Jörg Jarnut[9] ; cependant, l'ancêtre revendiqué, comme pour les autres familles de rang semblable, pourrait être un ancêtre plus lointain et mythique[10].

Généalogie reconstituée[modifier | modifier le code]

Agilolf (?-?).
 ép. en av.724
 │
 └─Théodulf (?-† 724).
   ép. X
   │
   ├─Thibert de Bavière (ou Teutbert) (?-?).
   │ ép. X
   │ │
   │ └─Hugobert de Bavière (?-?).
   │   ép. X
   │   │
   │   └─Odilon de Bavière (?-† 748), duc de Bavière.
   │     ép.  Hiltrude (cf. Carolingiens)
   │     │
   │     └─Tassillon III de Bavière (v.742-† v.794), duc de Bavière.
   │       ép. Liutberge de Lombardie (cf. Lombardie)
   │
   ├─Théodebald de Bavière (?-?).
   │ ép. X
   │ │
   │ └─Swanahilde (?-?).
   │   ép. en 725 Charles Martel (cf. Carolingiens)
   │   │
   │   └─Griffon (carolingien) (726-† 753). (cf. Carolingiens)
   │
   ├─Grimoald de Bavière (?-?).
   │ ép. Beletrude
   │
   ├─Tassilon II de Bavière (?-?).
   └─Hado ou Agilulf (?-?). Filiation incertaine (cf Pierre Riché).
     ép. Gerniu de Souabe
     │
     ├─Gérold Ier de Vintzgau (v.725-† v.786), comte de Vintzgau (-786).
     │ ép. Emma d'Alémanie
     │ │
     │ ├─Adrien d'Orléans (v.760-† 821), comte d'Orléans, comte Palatin. Filiation incertaine.
     │ │ ép. Waldrade de Wormsgau
     │ │ │
     │ │ ├─Eudes d'Orléans (?-† 834).
     │ │ │ ép. Engeltrude de Fezensac (cf. Girardides)
     │ │ │ │
     │ │ │ ├─Ermentrude d'Orléans (?-?).
     │ │ │ │ ép. Charles le Chauve (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ │
     │ │ │ │ ├─Judith (?-?). (cf.  Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Louis le Bègue (846-† 879), roi de France (877-879). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Charles l'Enfant (?-† 866). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Carloman(?-† 876). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Ermentrude (?-?). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Hildegarde (?-?). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ ├─Rotrude (?-?). (cf. Carolingiens)
     │ │ │ │ └─Lothaire le Boiteux (?-† 865), abbé de Saint-Germain d'Auxerre. (cf.  Carolingiens)
     │ │ │ │
     │ │ │ └─Guillaume d'Orléans (?-?).
     │ │ │
     │ │ └─Guillaume de Blois (?-† 836).
     │ │   ép. X
     │ │   │
     │ │   ├─Eudes de Châteaudun (?-?).
     │ │   └─Robert Porte-Carquois (?-?).
     │ │
     │ ├─Gérold II de Vintzgau (?-† 799), comte de Vintzgau, préfet de Bavière (786-799).
     │ │ ép. X
     │ │ │
     │ │ └─Gérold III de Vintzgau (?-?), comte de Vintzgau (799-?).
     │ │
     │ ├─Udalrich ou Odalric (?-?).
     │ └─Hildegarde de Vintzgau (v.757-† 783).
     │   ép. en v.771 Charles Ier le Grand ou Charlemagne (cf. Carolingiens)
     │   │
     │   ├─Charles le Jeune (?-?). (v.772-†811)
     │   ├─Adélaïde (?-?). (?-†774)
     │   ├─Rotrude (v.775-† 810). (cf. Carolingiens)
     │   ├─Pépin d'Italie (777-† 810), roi d'Italie (781-810). dynastie des Herbertiens.(cf. Herbertiens)
     │   ├─Louis le Pieux (778-† 840), roi d'Aquitaine (781-814), empereur d'Occident (814-840). (cf. Carolingiens)
     │   ├─Lothaire (?-?). (778-†779), frère jumeau de Louis
     │   ├─Berthe (v.779-† 823). (cf. Carolingiens)
     │   ├─Gisèle (?-?). (781-†ap.814)
     │   └─Hildegarde (?-?). (782-†783)
     │
     └─Rudpert (Rupert, Robert)(?-† 785).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, 2e édition revue et corrigée, éd. P & G, Prosopographia et Genealogica, 2015, p. 176 et 196.
  2. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, 2e édition revue et corrigée, éd. P & G, Prosopographia et Genealogica, 2015, p. 175.
  3. E. Zöllner, « Die Herkunft der Agilolfinger », Mitteilungen des Instituts f. Österreich. Geschichtsforschung, 59 (1951), p. 245-264.
  4. Karl August Eckhardt, Merowinger blut, I, Die Karolinger und ihre Frauen, II, Agilolfinger und Etichonen, Witzenhausen 1965.
  5. Werner Goez, « Über die Anfänge der Agilulfinger », Jahrburch für Fränkische Landesgeschiichte, 35/5 (1974/5), p. 145-161.
  6. A. Friese, Studien zur Herrschaftsgeschichte des fränkischen Adels. Der mainländisch-thüringische Raum vom 7. bis11. Jahrundert, Stuttgart 1979.
  7. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, 2e édition revue et corrigée, éd. P & G, Prosopographia et Genealogica, 2015, p. 176.
  8. Yaniv Fox, Power and Religion in Merovingian Gaul. Columbianian Monasticism and the Frankish Elites, Cambridge, 2014.
  9. Jörg Jarnut, Agilolfingerstudien. Untersuchungen zur Geschichte einer adlingen Familie im 6. und 7. Jahrhundert, Stuttgart, 1986.
  10. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, 2e édition revue et corrigée, éd. P & G, Prosopographia et Genealogica, 2015, p. 213.

Bibliographie[modifier | modifier le code]