Agave americana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agave d'Amérique

Agave americana, communément appelé Agave américain ou Agave d'Amérique, est une espèce d'agaves de la famille des Agavacées. Elle est également appelée choka bleu à La Réunion. Il s'agit d'une espèce originaire d'Amérique du Nord. Très utilisée en horticulture, elle est maintenant naturalisée sur tous les continents. Il existe une multitude de cultivars.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

L'Agave américain est une plante grasse herbacée vivace. Elle possède des tiges souterraines (rhizomes) capables de produire des drageons, mais presque pas de tige aérienne : une trentaine[1] de grandes feuilles sont disposées en large rosette de 2 à 3,70 m de hauteur pour 1 à 2 m de diamètre[1].

Chaque feuille atteint jusqu’à 2 m de longueur et a de 15 à 25 cm de largeur[1],[2],[3] ; son extrémité peut parfois être recourbée vers le bas. Lisse, rigide, épaisse, elle est de couleur vert bleuté à maturité, bien que certaines variétés peuvent avoir des rayures longitudinales jaunes ou blanches. Toutes les feuilles présentent des épines sur leurs bordures (espacées de 1 à 4 cm[1]) et à leur extrémité. Les épines des bordures sont grises à brunes, la pointe dirigées vers le bas en diagonale, et mesure de 8 à 10 mm[1],[4]. L'épine terminale, brune ou brun-noirâtre, peut atteindre plus de 2 cm de long (voir photo ci-dessous), généralement de 2 à 6 cm[1].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

La hampe florale pousse à partir du centre de la rosette de feuilles et atteint 5 à 10 m de hauteur environ[2],[1],[3]. Elle porte de 15 à 35 ramifications[1] horizontales et légèrement ascendantes. La hampe et ses ramifications portent un grand nombre de fleurs jaunes et vertes disposées en panicules. les bractées, de forme triangulaire, mesurent de 5 à 15 cm de long[1].

Chaque fleur mesure entre 7 et 10,5 cm de diamètre[1]. Elle est constituée d'un périanthe jaune à maturité, dans lequel le calice et la corolle sont fusionnés en un tube cylindrique ou légèrement en entonnoir, de 1,2 à 2 cm de long[1], est surmonté de 6 lobes libres de 2 à 3,5 cm de long[1]. Le style blanc et étamines jaunes dépassent largement le périanthe. Les étamines sont insérées sur le périanthe un peu au-dessus de la moitié du tube. L'ovaire mesure de 3 à 4,5 cm de long[1]. La pollinisation est assurée par des animaux (oiseaux, chauves-souris, papillons de nuit ou autres insectes).

Le fruit est une capsule oblongue de 3,5 à 8 cm de long, de couleur sombre à maturité[1],[2], contenant des graines mesurant de 6 à 8 mm[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Reproduction[modifier | modifier le code]

La floraison, unique dans la vie de la plante (espèce monocarpique), a lieu en été lorsque l'individu a entre dix et quinze ans[5],[4] et dure plusieurs mois, attirant de nombreux insectes[6] avant de s'effondrer au vent par épuisement de la plante, qui meurt progressivement en laissant, comme tout au cours de sa vie, de nombreux drageons.

Le fruit ne se développe pas systématiquement, la reproduction est couramment asexuée. Outre les rejets (drageons) déjà mentionnés, produits par les rhizomes, il peut apparaître quelques bulbilles sur la hampe florale[3],[4].

Formule chromosomique[modifier | modifier le code]

Cette espèce est sans doute un complexe polyploïde, avec les cellules haploïdes à n=30 chromosomes. Les individus peuvent posséder 60 (diploïdes), 120 (tétraploïdes) voire 180 (hexaploïdes) chromosomes[1]. Il existe de plus des individus présentant une aneuploïdie[3].

Métabolisme acide crassulacéen[modifier | modifier le code]

L'agave américain présente, comme d’autres agaves, un métabolisme acide crassulacéen (plante "CAM") qui lui permet de n'ouvrir ses stomates que la nuit et ainsi de limiter les pertes d’eau par évapotranspiration, mais aussi d’empêcher la photorespiration, ce qui augmente sa productivité[7].

Toxicité[modifier | modifier le code]

La sève de cet agave peut provoquer des dermatoses du fait de la présence de saponines, d'huiles irritantes et de cristaux d’oxalate de calcium[8]

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Originaire du Mexique et de l'extrême sud-ouest des États-Unis, cette espèce s'est naturalisée dans d’autres régions du monde telles que le pourtour méditerranéen, l'Inde, le Pakistan ou la Chine,[3],[5]. Elle est cultivée sur tous les continents du monde, hormis l'Antarctique[4].

Sous-espèces, variétés et cultivars[modifier | modifier le code]

Deux sous-espèces et deux variétés sont acceptées à l'heure actuelle selon les jardins botaniques royaux de Kew :

  • Agave americana americana (sous-espèce), l'Agave américain à proprement parler ;
  • Agave americana protamericana (sous-espèce), Gentry ;
  • Agave americana expansa (variété), (Jacobi) Gentry ;
  • Agave americana oaxacensis (variété), Gentry.

Variétés et cultivars[modifier | modifier le code]

Les scientifiques ne reconnaissent à l'heure actuelle que deux variétés :

  • Agave americana var. americana
  • Agave americana var. marginata (Agave aux feuilles bicolores[6]), Trel.

Il existe toutefois divers cultivars tel que

  • Agave americana 'mediopicta', Trel ;
  • Agave americana 'striata', Trel ;
  • Agave americana 'variegata', Hook.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'Agave américain et l'Homme[modifier | modifier le code]

Usages[modifier | modifier le code]

Plante ornementale[modifier | modifier le code]

L'Agave américain atteint un grand volume et doit être cultivé dans des pots volumineux en terre cuite ou dans des bacs en bois[6]. Il doit être gardé à l'intérieur durant l'hiver en dehors des régions chaudes[6]. L'agave peut résister à des gelée de -5 °C a -8 °C en sol bien drainant.

Production de fibres[modifier | modifier le code]

Cet agave permet la production de fibres (pite[9]) pour fabriquer notamment corde et ficelle, mais aussi du papier et des nattes[10]. Ce sont des fibres présentant une bonne résistance à la tension et une certaine extensibilité[4]. De couleur clair, lustrées, ces fibres mesurent de 60 à 200 cm de long pour 12 à 18 µm de diamètre[10]

Boissons alcoolisées[modifier | modifier le code]

Mezcal, jus cuit et fermenté des feuilles après distillation et pulque, non distillé. La tequila est produite par un autre agave, Agave tequilana.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le mezcal est embouteillé avec une larve d'insecte, soit une larve de Comadia redtenbacheri (gusano rojo, ver rouge), soit une larve de Scyphophorus acupunctatus (ver du maguey), tous les deux parasites de l'Agave américain[11].

Médecine traditionnelle[modifier | modifier le code]

La plante est utilisée en médecine traditionnelle au Mexique, mais aussi dans des pays où elle s'est naturalisée tels que le Brésil, la Chine et l'Inde[4]. Elle aurait des propriétés anti-inflammatoires, anti-bactériennes, anti-fongiques et diurétiques[4]. Son activité contre la production de toxines d’Aspergillus parasiticus a été mise en évidence[12], ainsi que son action inhibitrice sur la reproduction de deux espèces d’Aspergillus[13].

Production de biomasse et de biocarburants[modifier | modifier le code]

Des études sont menées pour estimer la rentabilité d'une production de biomasse et de biocarburants à partir de l'Agave américain[14]. Selon les estimations d'un chercheur, Arturo Velez Jimenez, un hectare de culture produirait plus de 500 tonnes de biomasse, 3 fois plus de sucres que la canne à sucre, 4 fois plus de cellulose que l'eucalyptus et 5 fois plus de biomasse sèche que le peuplier[14].

Culture de l'Agave américain[modifier | modifier le code]

C'est une plante rustique qui peut survivre jusqu'à -12 °C[15] sur une courte période et tolère une grande variété de sols, même si sa multiplication végétative est meilleure sur sols sableux[16].

Il peut subir des attaques fongiques ou de parasites tels que la cochenille lanigère, les larves de Scyphophorus acupunctatus...

L'Agave américain dans la culture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mayahuel[modifier | modifier le code]

Mayahuel est une divinité aztèque, la déesse de l'ébriété et de l'agave.

L'Agave américain dans l'art[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • en castillan : acíbara, agave, alcibara, alcibarón, alcimara, alcimarón, aloe, aloe americana, aloe americano, alzabara, alzavara, arzabara, arzabarón, atzahara, atzavara, azabara, azabarón, cabuyá, cardón, cimbara, donarda, figarasa, ágave, javila, magüey, maguey, metl, pita, pitaca, pitacón, pitaco, pita común, pitera, pitón, sábila, zabilla, zábila[17], pita, cardal, champagra del Perú, maguey, galime, tepehuán.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Flora of North America, consulté le 25 mai 2014
  2. a, b et c Guillaume Fried, Guide des plantes invasives, Éditions Belin,‎ 2012, 272 p. (ISBN 9782701157931), p. 31
  3. a, b, c, d et e Flora of China, consulté le 25 mai 2014
  4. a, b, c, d, e, f et g GISD, consulté le 25 mai 2014
  5. a et b Flora of Pakistan, consulté le 25 mai 2014
  6. a, b, c et d Jardins et décors : fleurs d'été, page 34
  7. (es) Park S. Nobel, « Environmental influences on CO2 uptake by agaves, CAM Plants with high productivities », Economic Botany, vol. 44, no 4,‎ octobre-décembre 1990, p. 488-502 (ISSN 00130001, lire en ligne).
  8. (en) M.R. Ricks, P.S. Vogel, D.M. Elston et C. Hivnor, « Purpuric agave dermatitis », sur FDA Poisonous Plant Database, U.S. Food and Drug Administration,‎ 1999 (consulté le 29 mai 2014).
  9. Encyclopédie Universelle, « Pite », sur encyclopedie_universelle.fracademic.com,‎ 2000-2013 (consulté le 7 juin 2014).
  10. a et b (en) Trevor Rowe, Interior Textiles : Design and Developments, Elsevier,‎ 25 septembre 2009, 304 p. (ISBN 1845696875, lire en ligne), p. 16.
  11. (es) Mezcales de Oaxaca, « Acerca del gusano del maguey », sur http://www.mezcalesdeoaxaca.com (consulté le 26 mai 2014), http://www.mezcalesdeoaxaca.com/acercadelgusano.html.
  12. (en) A. Rosas-Taraco, E. Sanchez, S. Garcia, N. Heredia, D. Bhatnagar, « Extracts of Agave americana inhibit aflatoxin production in Aspergillus parasiticus », World Mycotoxin Journal, vol. 4, no 1,‎ 14 février 2011, p. 37-42 (ISSN 1875-0710, lire en ligne).
  13. (en) Susana Lozano-Muñiz, Santos García, Norma Heredia, Rafael Castro-Franco, « Species of Agave induces morphological changes in Aspergillus parasiticus Speare and Aspergillus flavus Link ex Fries », Journal of Food, Agriculture & Environment, vol. 9, no 2,‎ 2011, p. 768-771 (ISSN 1459-0255, lire en ligne).
  14. a et b (en) Lisa Gibson, « Agave might be missing energy crop », Biomass magazine,‎ 19 octobre 2009 (lire en ligne).
  15. Pépinière Palmaris, « Les Agaves », sur www.palmaris.org,‎ 23 Octobre 2013 (consulté le 26 mai 2014).
  16. FloraBase (Australie-Occidentale), consulté le 25 mai 2014
  17. « Agave americana », Real Jardín Botánico: Proyecto Anthos (consulté le 27 de noviembre de 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Trudel, Jardins et décors : fleurs d'été, Saint-Laurent (Québec), Livre-Loisirs Ltée,‎ 1984, 65 p. (ISBN 2-89210-22-7[à vérifier : ISBN invalide]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guillaume Fried, Guide des plantes invasives, Éditions Belin,‎ 2012, 272 p. (ISBN 9782701157931) Document utilisé pour la rédaction de l’article