Agatha Christie mène l'enquête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agatha Christie mène l'enquête
Épisode de Doctor Who
Titre original The Unicorn and the Wasp
Numéro d'épisode Saison 4 (2de série)
Épisode 7
Réalisation Graeme Harper
Scénario Gareth Roberts (en)
Production Susie Liggat
Durée 44 minutes
Diffusion 17 mai 2008
Personnages Docteur :
10e (David Tennant)
Compagnon :
Donna Noble
Époque 1926
Chronologie
Précédent La Fille du Docteur Bibliothèque des ombres, première partie Suivant
Liste des épisodes

Agatha Christie mène l'enquête est le 7e épisode de la quatrième saison de la deuxième série de la série télévisée de science-fiction britannique Doctor Who.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Voyageant dans le temps au début du XXe siècle, le Docteur et Donna Noble rencontrent Agatha Christie. Des meurtres sont commis, et le Docteur résout l'énigme en compagnie de la romancière. Ils découvrent au passage les circonstances exactes de la mystérieuse disparition d'Agatha Christie en 1926.

Distribution[modifier | modifier le code]

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Donna remarque que rencontrer Agatha Christie pour résoudre un mystère est aussi improbable que de rencontrer Charles Dickens entouré de fantômes le jour de Noël, ce que le Docteur a effectivement fait dans l'épisode de la saison 1 Des morts inassouvis.
  • Le Docteur possède un coffre remplit d'objets commençant par la lettre C, on trouve ainsi l'armure d'un Cyberman (Le Règne des Cybermen) et la boule de cristal dans laquelle sont enfermées les Carrionites de l'épisode Peines d'amour gagnées.
  • Afin de consoler Agatha de son mari qui la trompe, Donna lui parle d'un homme qui l'a utilisée, faisant expressément référence à son fiancé Lance dans l'épisode Le Mariage de Noël.
  • Le Docteur se met à divaguer sur un voyage qu'il a fait en Belgique sur les traces de Charlemagne enlevé par un ordinateur diabolique et on le voit avec un arc et des flèches. Si l'histoire n'est qu'ébauchée, la page de l'épisode sur le site de la BBC raconte toute l'histoire dans une nouvelle[1].
  • On retrouve, comme précédemment, le souci de Donna au sujet de la disparition des abeilles.

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Cet épisode est écrit par Gareth Roberts (en) qui avait écrit un autre épisode pseudo-historique, Peines d'amour gagnées. Roberts avait été engagé par Russell T Davies pour écrire un épisode lors de la saison 4 et seul un nom lui avait été donné par e-mail : "Agatha Christie"[2]. Cette idée d'un meurtre mystérieux mettant en scène Agatha Christie venait d'une proposition du producteur Phil Collinson[3].

Roberts, lui-même grand admirateur du travail d'Agatha Christie, décida d'opter pour un ton comique. Il prit inspiration sur son roman préféré de Christie : La Maison biscornue, qui décrit les secrets de la société aristocratique de l'époque, ainsi que sur l'adaptation filmique de 1982 de Meurtre au soleil. Selon lui, il était assez étrange d'écrire "un épisode moderne de Doctor Who avec des gens de la haute société, et cette classe de gens qu'on ne voit plus à la télévision, sauf à Noël. Il y a toujours quelque chose de drôle à propos des marques de respect de la haute société, qui garde pourtant des secrets de famille cachés. Il n'y a rien de plus bon que de voir des acteurs anglais discutant dans un lieu exotique... et soudain, quelqu'un s'est fait tuer !"

Le titre original (pouvant se traduire par "La Licorne et la guêpe") avait été choisi afin de sonner vaguement comme un roman d'Agatha Christie, mais plus tard, Roberts se rendra compte qu'Agatha Christie n'a utilisé la forme "Le ____ et le ______" pour aucun de ses titres[2].

Lors de l'écriture de l'épisode, Roberts, qui voulait quelque chose de "grand, drôle et plein de mystère", a été influencé par une remarque de Davies qui craignait qu'à force d'aller trop loin vers l'humour à la Douglas Adams on risquait de devenir à un moment absolument pas drôle, car se rapprochant beaucoup trop de la caricature. "Il ne fallait pas que les acteurs cernent trop la comédie et se mettent à se forcer à avoir des voix de faussets et des tournures ridicules"[2].

Interviewé par Doctor Who Magazine, Roberts explique qu'il éprouvait un certain plaisir à écrire des épisodes comme "Peines d'amour gagnées" ou l'épisode de The Sarah Jane Adventures en deux parties Whatever Happened to Sarah Jane? car finalement, il ne décide de rien sur l'avenir des personnages[2].

L'épisode est en lui-même écrit sous la trame et les atmosphères de crimes anglais : rencontre des protagonistes, meurtre dans un cercle de gens très rapprochés, un ou deux détectives sont sur place, interrogations séparées des différents alibis, autre meurtre, discussion au salon, tentative de meurtre sur le détective, repas avec coupure de courant, confrontation finale dans un salon. Certaines idées sont reprises de différents romans d'Agatha Christie : une histoire de vol de bijoux n'ayant rien à voir avec les meurtres (Le Secret de Chimneys), la mort sous une gargouille tombée d'un toit (Dix petits nègres) et la révélation au sujet de la fausse infirmité du Colonel (Le Cheval pâle).

Casting[modifier | modifier le code]

  • Alexander McDonald, le père de David Tennant, fait un petit caméo au début de l'épisode dans le rôle d'un des majordomes[4].
  • C'est David Tennant qui a suggéré le nom de Fenella Woolgar pour jouer le rôle d'Agatha Christie. Il avait joué avec précédemment sur Bright Young Things and He Knew He Was Right[4]. Celle-ci ainsi que David Quilter ont joué dans des épisodes de la série Hercule Poirot.
  • Christopher Benjamin qui joue le rôle du Colonel Hugh a joué dans deux épisodes de la première série de Doctor Who. En 1970 il jouait le rôle de Sir Keith Gold dans l'épisode Inferno et en 1977 le rôle de Henry Gordon Jago dans The Talons of Weng-Chiang.

Musique[modifier | modifier le code]

  • C'est un pur hasard si les fans ont eu l'impression que le disque gramophone qui joue lors de la "garden party" semble être une reprise du générique de Doctor Who. Il s'agit en fait du début de Twentieth Century Blues, de Noël Coward, tiré de sa comédie musicale de 1931, Cavalcade. On entend aussi un autre disque de la même période, un enregistrement de Love is the Sweetest Thing par Ray Noble et le New Mayfair Orchestra.

Lieux[modifier | modifier le code]

Le lac nommé "Silent Pool" est le vrai lieu où l'on a retrouvé la voiture d'Agatha Christie lors de sa disparition. Par contre, l'Hotel The Harrogate Hotel où le Docteur laisse Agatha est purement fictif. Le véritable hôtel où elle fut retrouvée fut celui de Swan Hydro, bien moins imposant que celui vu dans cet épisode.

Édition[modifier | modifier le code]

Afin que l'épisode parvienne au temps imparti, une scène où Agatha Christie tente de se rappeler ses souvenirs a été coupée, ainsi qu'une scène où Donna et le Docteur rendaient visite à Agatha sur la fin de sa vie. Ces scènes sont disponibles sur le DVD anglais de la saison (jamais édité en France à ce jour).

Anachronismes[modifier | modifier le code]

Vers les 3/4 de l'épisode, on voit un flash back du jeudi précédent, montrant Lady Edison dans la bibliothèque, lisant un livre devant un feu. Le livre en lui-même possède une reliure cohérente avec l'époque de l'épisode (1926), mais il est enrobé d'une feuille de protection imprimée en couleur, et plastifiée, que l'on ne savait pas réaliser à cette époque.

Dans la scène qui suit, lorsque l'on voit entrer le prêtre dans son église, le support des interrupteurs électriques ne semble pas conforme aux usages de l'époque. Les interrupteurs sont fixés sur une planche en bois, mais cette planche est très probablement posée sur un coffrage en plastique.

Donna explique à Agatha Christie que ses livres feraient de bons films, et se voit obligée de lui expliquer ce qu'est le cinéma : or, en 1926, le cinéma n'en est plus à ses balbutiements, c'est même les tout débuts du cinéma parlant.

Références externes[modifier | modifier le code]

  • Donna note que le meurtre initial ressemble au jeu de société Cluedo ("Professeur Pêche, dans la bibliothèque, avec une matraque").
  • Donna se demande si le Docteur n'aurait pas rencontré, en plus de Dickens et Christie, Enid Blyton et lui demande si le personnage de Oui-oui existe vraiment.
  • Alors que le Docteur est en train de mimer un ingrédient vital, Donna se met à sortir les réponses les plus absurdes, comme si elle jouait à deviner ses mimes, et se met à citer le film américain La Tour infernale (The Towering Inferno).
  • Lors de son interrogatoire, Evans dit qu'il était seul comme le nuage dans un poème de William Wordsworth.

Références aux œuvres d'Agatha Christie[modifier | modifier le code]

L'épisode est évidemment bourré de références aux romans d'Agatha Christie, et Russell T Davies et Gareth Roberts (en) se sont amusés à insérer le plus possible de titres de ses romans dans les dialogues, mais ceux-ci ne sont évidemment visibles que si l'on connaît les titres originaux. On trouve donc les titres Why Didn't They Ask Evans (Pourquoi pas Evans ?) ; Towards Zero (L'Heure Zéro) ; Un cadavre dans la bibliothèque ; The Secret Adversary ("L'adversaire secret", renommé en français Mr Brown) ; N ou M ; Nemesis ; Le Chat et les Pigeons ; Dead Man's Folly ("La folie du mort", renommé en français Poirot joue le jeu) ; Jeux de glaces ; Rendez-vous avec la mort ; Cartes sur table ; Sparkling Cyanide ("Le Cyanure brillant", renommé en français Meurtre au champagne) ; La Nuit qui ne finit pas ; La Maison biscornue ; The Moving Finger ("Le doigt tendu", renommé en français La Plume empoisonnée) ; Le Flux et le Reflux ; Death Comes as the End ("La mort vient toujours à la fin" renommé en français "La mort n'est pas une fin") ; Le Crime de l'Orient-Express et The Murder at the Vicarage ("Le Crime du Presbytère", renommé en français L'Affaire Protheroe).

Il y a de plus une scène coupée où le Docteur se fait appeler L'Homme au complet marron.

À cela il faut ajouter l'idée et le nom de Miss Marple suggéré par Donna, et l'utilisation par Agatha Christie de l'expression « utiliser ses petites cellules grises ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Lonely Computer
  2. a, b, c et d (en) « Script Doctors », Doctor Who Magazine, no 393,‎ 6 mars 2008, p. 48–52
  3. (en) « Phil's Full Of Ideas! Executive Producer on Collinson's Series Four suggestions. », Doctor Who: News, BBC,‎ 14 August 2008 (consulté le 2008-08-16)
  4. a et b Épisode Nemesis, septième épisode de la quatrième saison de la série Doctor Who Confidential. Diffusé pour la première fois le 2008-05-17 sur la chaîne BBC Three du réseau BBC.

Lien[modifier | modifier le code]