Agaricus campestris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agaric champêtre, Rosé des prés

L'agaric champêtre ou rosé des prés (Agaricus campestris) est un champignon (Fungi) basidiomycète de la famille des Agaricaceae. Au XIXe siècle), il était aussi appelé Souris-rose[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le chapeau est blanc, parfois faiblement jaunissant et recouvert de petites écailles, ou soyeux à fibres rayonnantes. Il mesure 5 à 10 cm de diamètre. D'abord de forme hémisphérique, il s'aplatit à maturité.

La chair blanche devient légèrement rougeâtre en cas de meurtrissure. Le goût est doux.

Les lames, d'abord roses, puis rouge-brun, deviennent brun foncé à maturité. Les spores sont elles aussi de teinte brun foncé.

Le pied qui ne dépasse pas 7 cm de haut est blanc et porte un anneau mince inconstant.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

On le trouve dans les champs et pâturages, les prés (jamais dans les bois) et les jardins, après la pluie à partir de la fin de l'été et pendant tout l'automne dans le monde entier.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Il est largement ramassé et mangé, même par des personnes inexpérimentées. Ce champignon n'est pas cultivé commercialement en raison de sa maturation rapide et de sa courte durée de vie. Il peut être consommé sauté ou frit, en sauce, ou même cru dans les salades. Par sa saveur et sa texture, ce champignon est presque entièrement identique au champignon de Paris (Agaricus bisporus).

Il est important de bien le laver pour le débarrasser de tout le sable et des petites larves blanches qui creusent des tunnels dans le pied et le chapeau.

Risques de confusion[modifier | modifier le code]

Agaricus campestris est parfois confondu avec l'Amanite vireuse (Amanita virosa) et l'Amanite phalloïde (Amanita phalloides), cette dernière surtout à l'état jeune, champignons mortels dont les lamelles sont blanches. Ces amanites peuvent s'aventurer en prairie à quelques mètres de la lisière d'un bois, se mêlant aux Agaricus comestibles, d'où la confusion fatale
Le rougissement de sa chair le distingue de l’Agaricus xanthodermus (responsable de problèmes gastro-intestinaux) dont la chair jaunit.
Il est parfois aussi confondu avec des Clitocybes blancs vénéneux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]