Affaire soudanaise du blasphème à l'ours en peluche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’affaire soudanaise du blasphème à l’ours en peluche consiste en l’arrestation, le procès, la condamnation, l’emprisonnement et la libération de Gillian Gibbons, enseignante britannique en fonctions à la Unity High School au Soudan, en 2007.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Gillian Gibbons (née en 1953), de Liverpool, reçut en 1975 le diplôme du CF Mott College of Education, sis Huyton Lane à Prescott. Elle fut arrêtée par les autorités soudanaises du chef d’avoir blasphémé l’islam en permettant à sa classe de nommer un ours en peluche « Muhammad »[1],[2]. Un garçon de la classe, nommé lui aussi Muhammad, affirma plus tard que l’ours avait été nommé d’après lui[2].

On pensa d’abord que la plainte émanait des parents d’un élève de l’école, mais on apprit plus tard qu’elle avait été déposée par une employée de l’administration de l’école, Sara Khawad, qui servait de témoin-clé à l’accusation[3].

L’opinion musulmane sunnite majoritaire condamne toute représentation de Mahomet comme un blasphème. Toutefois, de nombreuses organisations musulmanes d’autres pays blâmèrent les réactions des Soudanais[4], du fait que Gibbons n’avait pas eu d’intentions offensantes[5].

Condamnation et réactions[modifier | modifier le code]

Le 28 novembre 2007, on annonçait que Gibbons avait été inculpée formellement, en application de la section 125 du code soudanais d’instruction criminelle, d’avoir « insulté la religion, incité à la haine et montré du mépris pour les croyances religieuses »[6],[7]. Ces actes exposent à une peine d’emprisonnement, à une amende ou à 40 coups de fouet.

Le 29 novembre 2007, Gibbons fut déclarée coupable d’insulte à la religion, un des trois chefs d’accusation qui pesaient sur elle, et fut condamnée à 15 jours de prison et à l’expulsion[8]. Le Muslim Council of Britain (Conseil musulman de Grande-Bretagne), organisation chapeautant des groupes musulmans du Royaume-Uni, qualifia la peine de « complètement injustifiée »[9], se déclara consterné[10] et demanda au gouvernement du Soudan d’intervenir[11].

Le 30 novembre, environ 400 manifestants descendirent dans la rue[12], certains brandissant des épées et des machettes, pour demander l’exécution de Gibbons, que des imams avaient dénoncée pendant les prières du vendredi[13],[14]. Pendant la marche, on scanda des slogans tels que « Honte, honte sur le Royaume-Uni », « Pas de tolérance, l’exécution » et « À mort, à mort par peloton d’exécution ». Des témoins certifièrent que des employés du gouvernement avaient incité à ces protestations[15]. Gibbons fut alors transférée en un lieu secret, sa sécurité semblant menacée[16].

Libération[modifier | modifier le code]

Pour tenter de hâter la libération de Gibbons, deux pairs (membres de la Chambre des Lords) de religion musulmane, Lord Ahmed (travailliste) et la baronne Warsi (conservatrice), se rendirent au Soudan dans l’espoir de parler au président du pays, Omar al-Bashir[16].

Le 3 décembre, pendant que ces deux politiciens britanniques rencontraient le président, on annonça que Mme Gibbons allait être libérée par grâce du président. À sa sortie de prison, elle fut confiée à l’ambassade britannique à Khartoum puis retourna à Liverpool, après avoir remis une déclaration écrite disant : « J’ai un grand respect pour la religion musulmane et je n’offenserais personne sciemment[17],[18]. »

Suites[modifier | modifier le code]

L’école fut fermée jusqu’en janvier 2008 pour la sécurité des élèves et des enseignants, car on craignait des représailles[19],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« 'Muhammad' teddy teacher arrested », BBC, 26 novembre 2007, consulté le 28 novembre 2007
  2. a et b Rob Crilly, à Khartoum, et Lucy Bannerman, (en)« Sudan police throw teacher in jail for teddy bear named Muhammad », The Times, 27 novembre 2007, consulté le 28 novembre 2007.
  3. (en)« The complainant was named as Sara Khawad, an office assistant at the school, who was the key prosecution witness. », in « Jailed teddy row teacher appeals for tolerance », The Guardian, 30 novembre 2007, consulté le 1er décembre 2007.
  4. (en)« Muhammad & the teddy bear: a case of intercultural incompetence », site Kwintessential, 29 novembre 2007, consulté le 1er décembre 2007.
  5. (en)« Sudanese Views differ in Teddy Row », BBC News.
  6. (en)« 'Muhammad' Teacher charged over teddy row », BBC, 28 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  7. (en)« UK teacher goes to court in Sudan », BBC, 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  8. (en)« UK teacher jailed over teddy row », BBC, 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  9. (en)« U.K.: Sudan Ambassador Will Relay Concerns Over Teddy Bear Teacher », Fox News (Associated Press), 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  10. Stephen Addison, (en)« Teddy bear teacher ― was she naive? », Reuters, 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  11. Alfred de Montesquiou, (en)« Sudan Charges Teacher for Teddy Bear Name », Guardian Unlimited, 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.
  12. (en)« The calm after Sudan teddy storm », BBC News, 4 décembre 2007, consulté le 9 décembre 2007.
  13. Mohamed Osman, (en)« Calls in Sudan for execution of Briton », Associated Press, 30 novembre 2007.
  14. Charles Onians, (en)« Khartoum demo calls for teacher to be shot », Agence France-Presse, 30 novembre 2007, consulté le 1er décembre 2007.
  15. (en)« Calls in Sudan for Execution of British Teacher », The New York Times, 30 novembre 2007, consulté le 30 novembre 2007.
  16. a et b (en)« UK peers in bid to free teacher », BBC News, 1er décembre 2007.
  17. (en)« Teddy row teacher freed from jail », BBC World Service, 3 décembre 2007.
  18. (en)« "Teddy bear" teacher leaves Sudan after pardon », MSNBC.
  19. Rob Crilly, à Khartoum, et Lucy Bannerman, (en)« Sudan police throw teacher in jail for teddy bear named Muhammad », The Times, 27 novembre 2007, consulté le 28 novembre 2007.
  20. (en)« Teddy bear teacher found guilty », Daily News, 29 novembre 2007, consulté le 29 novembre 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]