Affaire de Plogoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affaire de Plogoff
Généralités
Type Protestation contre l'implantation d'une centrale nucléaire
Localisation Plogoff, France
Coordonnées 48° 02′ 15″ N 4° 39′ 53″ O / 48.0375, -4.66472248° 02′ 15″ Nord 4° 39′ 53″ Ouest / 48.0375, -4.664722  
Date de 1978 à 1981

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Affaire de Plogoff

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Affaire de Plogoff

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Affaire de Plogoff

L'affaire de Plogoff désigne le projet d'installation d'une centrale nucléaire sur la commune de Plogoff, en France et la mobilisation populaire que ce projet a déclenchée contre lui entre 1978 et 1981. Les manifestations ont abouti à son abandon. « Pour l’une des premières fois, les habitants d’une petite commune ont réussi à faire plier un projet d’aménagement “d’intérêt général” porté par l’État[1]. »

Un documentaire Plogoff, des pierres contre des fusils a été tourné lors des émeutes par Nicole Le Garrec.

Site de Plogoff[modifier | modifier le code]

Plogoff est une commune du Finistère à proximité de la Pointe du Raz, ouest de la Bretagne. La centrale nucléaire aurait été située en bordure de la baie d'Audierne.

Chronologie des évènements[modifier | modifier le code]

En 1975, un accord de principe est pris entre les conseils généraux et le Conseil économique et social pour la construction d'une centrale nucléaire en Bretagne. Le site de Plogoff est retenu par le Conseil économique et social et le conseil général du Finistère en septembre 1978. Le 29 novembre 1978, le conseil général du Finistère se prononce pour l'implantation d'une centrale nucléaire à Plogoff par 28 voix contre 17[2].

Le 30 janvier 1980, les dossiers pour l'enquête d'utilité publique sont réceptionnés à la mairie de Plogoff, devant laquelle ils sont brûlés l'après-midi même. Le 31 janvier 1980 l'enquête d'utilité publique débute à Plogoff[3], elle est assurée dans des camionnettes faisant office de mairies annexes. Des manifestations violentes ont lieu. Le 16 mars 1980, 50 000 personnes manifestent à l'occasion de la clôture de l'enquête d'utilité publique. Le 24 mai 1980 100 à 150 000 manifestants fêtent la fin de la procédure, 50 à 60 000 restent pour le fest-noz qui clôture la fête.

Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la république et le nouveau gouvernement socialiste décide l'abandon du projet.

Forces de l'ordre[modifier | modifier le code]

Sept escadrons de gendarmes mobiles sont stationnés à Pont-Croix et à Loctudy et interviennent à Plogoff. Les gendarmes-parachutistes furent déployés en renfort.

Les gendarmes mobiles utilisent parfois des blindés sur roues à Plogoff. Un hélicoptère surveille les manifestants afin de protéger les déplacements des mairies annexes. Des véhicules du génie militaire venus d'Angers seront mobilisés pour franchir les barricades.

Concernant l'armement, des grenades incapacitantes seront employées en grand nombre, dont des « grenades lacrymogènes instantanées » (tolite + gaz CS) (par exemple 85 le vendredi 14 mars, dernier jour de l'enquête d'utilité publique). Du bromo-acétate d'éthyle, bien qu'interdit, semble avoir été utilisé par la police urbaine lors d'émeutes à Quimper qui aurait ainsi liquidé de vieux stocks[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite d'une mobilisation importante, le projet a été abandonné, ce qui représentait une première en France. L'année précédente, une manifestation à Creys-Malville avait été réprimée dans le sang. En parallèle à cette action, des manifestations eurent lieu au Pellerin, près de Nantes, où une autre centrale nucléaire était prévue. Celle-ci fut abandonnée en 1983 conformément aux promesses du candidat socialiste François Mitterrand, avant d'être remplacée par un autre projet, la centrale nucléaire du Carnet, lui aussi abandonné en 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyprien Richer, « L’aménagement, entre jeux d’acteurs et enjeu de territoire », EspacesTemps.net, 23 mai 2008. [lire en ligne]
  2. Errances.info
  3. Documentaires
  4. Gérard Borvon, Plogoff, Un combat pour demain.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Borvon, Plogoff : un combat pour demain, 2004, éditions Cloître, 230 pages, ISBN 978-2-35002-001-3
  • Renée Conan et Annie Laurent, Femmes de Plogoff, Éditions La Digitale, Quimperlé, ISBN 978-2-903383-05-3
  • Marc Keraron, Réactions nucléaires sur Plogoff, Rennes, 92 p., (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 612)
  • Tudi Kernalegenn, Luttes écologistes dans le Finistère (1967-1981). Les chemins bretons de l'écologie, Yoran Embanner, Fouesnant, 2006
  • T. Le Diouron, Alain Cabon, G. de Lignières, Plogoff-la-révolte, Éditions Le Signor, Le Guilvinec, 1980
  • René Pichavant, Les pierres de la liberté : Plogoff, 1975-1980, Éditions Morgane, 1980
  • Gilles Simon, Plogoff. L'apprentissage de la mobilisation sociale, PUR, Rennes, 2010.
  • Alexis Horellou et Delphine Le Lay, Plogoff, Éditions Delcourt, 2013, ISBN 978-2-7560-3151-4

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Plogoff, des pierres contre des fusils, Nicole Le Garrec, sorti en 1980, film-documentaire tourné pendant les manifestations.
  • L'affaire Plogoff, Brigitte Chevet, 2000.
  • Le Dossier Plogoff, Brigitte Chevet, 2000.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]